Une proposition de Rémi Mathis : un numéro unique d’identification

Dans son blog consacré au patrimoine des bibliothèques, À la toison d’or, Rémi Mathis se pose plein de questions pertinentes sur la coordination internationale dans le domaine de la description des livres anciens dans un billet intitulé : « Pour un identifiant des éditions anciennes« .

La question qu’il pose est essentielle, posant en particulier les limites de la normalisation du catalogage, limites que connaissent tous ceux qui peinent ou échouent à trouver dans un catalogue de bibliothèque un livre qui pourtant s’y trouve. Sa question renvoie à la possibilité de rendre la description des livres conservés dans les bibliothèques plus efficace, plus rapide et plus fiable.

Il fait référence en passant au Short Title Catalog Netherlands, qui n’est pas un catalogue (voir ailleurs sur la différence entre les deux…), mais une bibliographie rétrospective, comme l’annonce d’ailleurs la page d’accueil.

Il me semble que la réponse à ses questions est précisément donnée par les projets actuels de bibliographie rétrospective. En effet, ces dernières, qu’elles soient imprimées ou électroniques, attribuent un numéro à chacune de leurs notices, n’établissant qu’une seule notice pour tous les exemplaires semblables du même livre. Dans l’idéal, elles différencient états, émissions, signalent les éditions partagées et les fausses adresses. On peut le contrôler aisément en allant voir Edit-16 (et c’est là qu’on comprend enfin tout l’intérêt de l’empreinte, moyen de différencier deux états, deux émissions, deux éditions…) ou GLN15-16. Certes, il faudrait s’assurer que ces numéros soient uniques et ne se recouvrent pas : rien de plus facile, si l’on ajoute un préfixe indiquant la provenance. Mais on peut raisonnablement penser qu’à terme :

– tous les livres publiés dans le monde avant 1501 seront décrits dans ISTC et GV, dans GLN15-16, etc.

– tous les livres publiés entre 1501 et 1600

* en Allemagne ou en allemand seront décrits dans VD16 ;

* à Genève, Lausanne et Neuchâtel seront décrits dans GLN15-16 ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN et dans USTC (voir annonce) ;

* en Italie ou en italien seront décrits dans Edit16 ;

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* en France en langue vernaculaire et en latin seront décrits dans la version électronique du French Vernacular Books, dans le futur portail Universal Short Title Catalog de l’université Saint-Andrews (USTC) ;

* à Lyon seront décrits dans Bel16 ;

* à Paris seront décrits d’une manière ou d’une autre dans le « projet Renouard » de la Bibliothèque nationale de France et de la Ville de Paris ;

– tous les livres publiés entre 1601 et 1700

* en Allemagne et en allemand seront décrits dans VD17

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN ;

* en Flandre seront décrits dans le STCV ;

– tous les livres publiés entre 1701 et 1800

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits par le STCN

sans oublier tous les projets pratiquement inconnus :

– tous les livres publiés à Rovereto et Trento jusqu’en 1800 décrits dans Ester

– le « tracker de livres du XVIIIe siècle » de Benjamin F. Pauley

– tous les livres publiés par l’imprimerie Mame de 1796 à 1975 décrits par le projet Mame

– les multiples bibliographies publiées chaque année sous forme papier ; pour prendre un exemple récent, tous les livres publiés à Fribourg entre 1585 et 1816, bibliographie établie par Alain Bosson. N’oublions pas les multiples volumes de la Bibliotheca bibliographia aureliana (de fiabilité variable)…

Bref, si on essayait de faire une vraie liste complète on aurait pas mal de travaux de base, déjà faits, à disposition.

SI on essayait de faire une liste complète, on trouverait de l’aide dans  l’identification des livres imprimés anciens de Magali Vène, ou dans le blog Early modern online bibliography… et il faudrait recevoir de l’aide d’une manière très large (les commentaires sont ouverts…)

Il serait donc, à mon avis, assez aisé de rattacher des notices catalographiques à une notice mère de référence (en mettant un lien dans la notice), chaque notice catalographique ne décrivant au fond qu’un exemplaire spécifique… cela améliorerait en passant une des grandes faiblesses des bibliographies, qui est la description des exemplaires, absente ou réduite au nom de la bibliothèque qui le conserve et à sa cote. L’avantage des bibliographies électroniques est qu’on peut les compléter et les corriger, chaque fois qu’on découvre un nouvel état, une émission… comme c’est arrivé il y a quelques jours à la bibliothèque Méjanes pour une édition de Calvin, qui a été signalée à Jean-François Gilmont, l’auteur de GLN 15-16.

Mais qui pourrait faire ça?

Rémi Mathis pensait à la section des manuscrits et livres rares de l’IFLA. Le projet est peut-etre un peu gros pour cette section bien petite et inactive. Ou alors en collaboration avec la section bibliographie?

Autre solution : commencer par une candidature à un financement européen, en réunissant un certain nombre de grandes bibliothèques européennes? Se rapprocher de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche (LIBER)?

Je reste à l’écoute d’avis et de commentaires.

BEL 16 et Etienne Dolet

Les 26 et 27 novembre 2009 a eu lieu à Lyon le colloque consacré à Etienne Dolet. En préparation de ce colloque, William Kemp, Jean-François Vallée et Gérard Morisse ont repris et mis à jour il y a plusieurs mois le catalogue des livres imprimés ou écrits par Etienne Dolet. Ce travail a été mis à disposition des participants au colloque.

Cette bibliographie a déjà bénéficié des corrections et des apports de certains participants, qui nous ont signalé des travaux de recherche qui n’avaient pas été utilisés. D’autres personnes nous ont signalé des exemplaires manquants.

Au cours du colloque, les communications nous ont appris beaucoup de choses et nous ont permis d’avancer dans la connaissance de certaines éditions, états, corrections, éditions partagées… de nouveaux exemplaires ont été signalés… des études de caractères, de lettrines, de mise en page ont ouvert de nouvelles pistes, qui vont demander beaucoup de travail pour arriver à des résultats probants.

Nous espérons bien sûr maintenant que les participants vont nous donner leurs corrections, qui s’enrichiront encore lorsque les actes du colloque seront publiés.

Cet exemple de collaboration étroite entre la bibliographie et la recherche, l’un mettant son travail à disposition des autres et vice versa, me semble être aujourd’hui le moyen indispensable de progresser dans notre connaissance de la production éditoriale ancienne. Espérons pouvoir continuer à l’avenir à mener à bien d’autres dossiers de la même façon.

Que peut apporter Bel16?

La question rejoint la question « à quoi sert la bibliographie ». Des projets de bibliographie en cours, comme par exemple USTC, se donnent pour objectif de décrire la production imprimée d’une région, ou d’un certain type, rapidement. Pour ce faire, le meilleur moyen est de récupérer des notices déjà existantes. Que sont ces notices existantes? Elles peuvent être essentiellement de deux types.

  • il peut s’agir de notices catalographiques : ces notices viennent de catalogues de bibliothèques. Or, les catalogues de bibliothèques présentent plusieurs risques. Tout d’abord, ils peuvent avoir été établis récemment sous forme informatique, ou avoir été informatisés à partir de notices papier (c’est la rétroconversion ou conversion rétrospective). Quels sont les risques? Ces notices peuvent avoir été établies par un bibliothécaire spécialiste, ou par une personne qui ne maîtrisait pas l’histoire du livre. Par ailleurs, pour des raisons d’efficacité, la plupart du temps établir une notice ne s’accompagne pas de vérifications bibliographiques pointues. Cela consiste essentiellement en recopier la page de titre et établir la description matérielle. Ainsi, si la page de titre indique « Lyon », la notice indiquera que le livre a été imprimé à Lyon même si c’est faux. Autre risque : pour établir la notice, on a copié la notice d’une autre bibliothèque, sans voir qu’il ne s’agit pas tout à fait du même livre : émission ou même réédition, format différents… Dans ce cas, l’exemplaire a été vu par la personne qui a établi la description mais celle-ci n’a été établie que dans le but d’assurer la localisation de l’ouvrage ; elle n’a pas les garanties d’exactitude que l’on peut attendre en établissant une bibliographie aujourd’hui.
  • il peut s’agir de notices bibliographiques : elles sont tirées de bibliographies existantes. Là aussi, tout dépend de la bibliographie. Il faut savoir si le bibliographe a établi sa notice en menant à bien toutes les vérifications nécessaires afin d’assurer l’exactitude et la complétude des informations fournies, ou s’il a parfois (mais sans le dire) copié des notices catalographiques non vérifiées. Il faut savoir s’il a vu au moins un exemplaire, fait toutes les vérifications nécessaires et n’a pas fait preuve de trop d’enthousiasme : par exemple en traduisant en français un nom latinisé sans vérifier, ce qui peut entraîner des erreurs, pas vraiment anodines.

La récupération de notices n’est donc qu’une étape, et ces notices récupérées ne peuvent pas être considérées comme toutes fiables à priori. Elles demandent un certain nombre de vérifications destinées à en assurer la fiabilité scientifique. Ces vérifications se mènent en premier lieu sur des informations de seconde main : travaux de recherches essentiellement, dont on doit mener le dépouillement extensif. C’est parfois difficile, tout n’est pas aisément disponible. Il faut ensuite voir des exemplaires, en étant parfois suffisamment spécialiste du domaine pour s’apercevoir de la présence d’une fausse adresse. Dans l’idéal, il faut même voir plusieurs exemplaires.

BEL16 a pour objectif essentiellement, à travers la constitution d’une bibliographie exhaustive rétrospective, d’apporter des informations fiables et vérifiées pour construire un corpus scientifique auquel les chercheurs peuvent faire confiance. Cela entraîne de nombreuses vérifications des informations que nous recueillons. En fait, le fait que le projet soit électronique ne nous dispense pas de l’exigence d’excellence d’un travail scientifique ambitieux.

Mais au fond, qu’est ce que la bibliographie ?

Non, non, je ne m’en vais pas rappeler les définitions de Marie-Noëlle Malclès, du moins pas cette fois. Je me demande plus exactement ce qu’est une bibliographie aujourd’hui. Cette question est le résultat d’informations récentes qui nous sont parvenues sur les avancées de projets du même type, qui ont entraîné des discussions entre William Kemp et moi, entre William Kemp et Henrik Vervliet…

Pendant que je réfléchissais à une tentative de mise au point de ce que doivent être aujourd’hui, à mon avis, les objectifs d’un tel travail, et  ce qui peut justifier les budgets que cela entraîne, je suis tombée sur un texte de Mario Infelise qui exprime à la perfection ce vers quoi me menaient mes réflexions. Il s’agit de son chapitre introductif « Questioni aperte sulla storia del libro nel XVIII secolo », publié dans les actes du colloque « Navigare nei mari dell’umano sapere » : biblioteche e circolazione libraria nel Trentino e nell’Italia del XVIII secolo. Atti del convegno di studio (Rovereto, 25-27 ottobre 2007), éd. Giancarlo Petrella, Trento, Provincia autonoma di Trento, Soprintendenza per i beni librari e archivistici, 2008 (Biblioteche e bibliotecari del Trentino, 6). J’étais en train de le lire car je dois en faire le compte rendu pour le BBF. Mario Infelise parle des difficultés que l’on rencontre à établir la bibliographie des livres des XVIIe et XVIIIe siècles italiens, mais ces difficultés existent tout autant pour les livres lyonnais du XVIe siècle.

Voici donc une citation de ce texte, qui se trouve p. XX-XXI, dont j’encourage vivement la lecture extensive :

« Fare cataloghi non  però un’operazione simplice. (…)

Negli scorsi anni ho diretto la realizzazione di un repertorio dedicato all’editoria veneziana del ‘600. Si sono potute recuperare notizie di oltre 20 000 edizioni, ma di queste, solo circa 6 000 edizioni sono quelle note (la grande letteratura, il libertinismo, la scienza, ecc.) perché presenti in quasi tutte le più importanti biblioteche nazionali d’Italia e nelle grandi collezioni straniere. Esiste però anche una grandissima quantità di libri di consumo di categorie diverse (religione, devozione, almanacchi, libretti, attualità, materiale scolastico, ecc.) che non sono mai stati porgettualmente conservati e si recuperano oggi solo in collezioni particolari o laterali, nelle biblioteche secondarie, nelle religiose non interessate dalle soppressioni sette e ottocentesche che hanno eliminato una gran quantità di libri ritenuti inutili. In effetti le biblioteche del Trentino hano spesso conservato moltissimo materiale che nel resto d’Italia è sparito, proprio perché questa zona ha avuto vicende diverse dal resto d’Italia. Allora, per realizzare repertori bibliografici affidabili, non bastra considerare le grandi biblioteche della penisola, ma occorre tenere in conto anche molte altre realà minore o laterali. ‘E ad esempio significativo considerare que l’Opac del Sistema bibliotecario nazionale [italien] segnali al momento cira il 10 % della produzione registrata da Ester [Editori e stampatori di Trento e Rovereto], a segno di come una ricerca diffusa sul territorio può servire ad integrare sensibilmente i dati.

Molta altra attenzione va riservata alle informazioni bibliografiche fornite dagli stessi prodotti editoriali : il ‘600, ma soprattutto il ‘700, sono maestri nel manomettere i dati bibliografici, cosicché una quantità considerevole delle informazioni ricavabili dai frontespizi sono falsificate e inducono in errore il lettore ingenuo. Gli Stati concedevano talvolta autorizzazioni alla stampa con falso luogo o sotto falsa data e le edizioni clandestine sono numerose. Un altro aspetto scivoloso della produzione settecentesca è il problema dei libri pubblicati senza indicazione della data. Si tratta di opere popolari o comunque dalla larga diffusione di solito insistentemente ristampate (…). Le registrazioni bibliografiche correnti (troppo sintetiche per giungere a tale grado di dettaglio) non sono in grado di registrare queste diverse edizioni che si succedono nel tempo. Occorre dunque sviluppare una buone dose di consapevolezza bibliografica per rendersi conto di questi diversi aspetti. Redigere una bibliografia non significa copiare passivamente le informazioni dai frontespizi, ma cercare di ricostruire il DNA di un libro (come ama dire Neil Harris). »

Mario Infelise, « Questioni aperte sulla storia del libro nel XVIII secolo ».

journée d’études sur la bibliographie VD 17

Je signale un symposium international consacré à la bibliographie VD17, mené par la Bayerische Staatsbibliothek de Munich et consacré à la description des livres publiés en Allemagne ou en allemand au XVIIe siècle.

Il aura lieu à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich les 27 et 28 octobre prochains.

Malheureusement, je ne pourrai pas y aller. Dommage, car les journées d’études sur les projets de bibliographie rétrospective, ça n’arrive pas tous les jours.
Informations :

http://www.bsb-muenchen.de/Einzeldarstellung.408+M556df96ce9f.0.html

Le projet BEL 16 en juin 2009 et les étapes à venir

L’année 2008-2009 a été essentiellement occupée à la saisie de notices de livres, en continuant à avancer imprimeur par imprimeur. Ce travail a été mené à bien par William Kemp. Cette saisie se fait toujours sous FMP. Une mise à jour, à venir très prochainement, de la page « dossiers traités » pourra rendre compte des avancées.

La base de données : nous avons lancé un appel à proposition pour une aide à la décision. À partir du mois de septembre 2009, nous travaillerons donc avec un prestataire extérieur pour préciser nos besoins scientifiques et techniques, identifier les solutions, choisir celle qui nous convient le mieux et arriver jusqu’à l’acquisition, si besoin est, d’une solution logicielle. Nous espérons que cette étape cruciale nous permettra de déterminer avant la fin de l’année 2009 de quoi nous avons besoin et comment l’utiliser. Pendant ce temps, nous allons continuer la saisie et « nettoyer » les notices existantes (il y a eu quelques modifications de saisie avec le temps), avec l’aide d’un assistant recruté au 1er octobre 2009, docteur ou titulaire d’un diplôme lui ayant permis d’acquérir les connaissances nécessaires (l’appel à candidatures est , n’hésitez pas à le signaler autour de vous).

Quelques étudiants inscrits dans les diverses formations de l’enssib travaillent sur les imprimeurs libraires lyonnais du XVIe siècle. Quelques soutenances à venir en septembre, d’autres en janvier (conservateurs stagiaires).

Réponse au commentaire de Cécile Boulaire

Le commentaire de Cécile Boulaire à l’article précédent plonge au cœur du sujet. Je crois que tous les projets du même type se heurtent aux mêmes problèmes. Une partie de ces problèmes vient de la méthodologie retenue. Il est probable que je me pose, depuis le début du projet, des questions d’utilisation et de publics variés à cause de réflexes acquis lorsque j’étais bibliothécaire. J’ai assisté récemment à une réunion entre chercheurs et informaticien dans le cadre d’un autre projet de base de données soutenu par l’ANR, beaucoup plus complexe il est vrai. J’ai été frappée de voir que l’informaticien construit sa base théoriquement, c’est à dire en se basant uniquement sur les questions scientifiques que pose le projet, en refusant en particulier de s’interroger sur les utilisations possibles de la base. J’ai peur qu’il n’y ait de mauvaises surprises à la fin.
Ce qui est surprenant c’est que les catalogues de bibliothèques, les SIGB, savent fort bien, depuis longtemps, offrir de multiples modes d’interrogation ; et des champs qui étaient longtemps non indexables dans ces systèmes le deviennent peu à peu : la date par exemple, que l’on retrouve trop souvent encore comme restriction de recherche et rarement comme recherche principale. Je pense que les SIGB savent faire la plupart des choses qu’on veut leur demander, et ils opèrent de plus en plus facilement (ou du moins sont censés le faire) les transferts de formats (XML-Marc). Ils ont des limites, celles de logiciels propriétaires très chers à l’achat car prévus pour une utilisation très complexe dont le catalogage et la mise en ligne des notices ne sont qu’une petite partie (je laisse de côté les logiciels libres, évidemment gratuits mais impossibles à mettre en oeuvre sans une prestation de spécialistes de l’informatique documentaire).

Il existe aussi des choses déjà développées, comme le moteur Cheshire 3 auquel je ne comprends rien mais qui sera regardé de près par nos prestataires, du moins j’espère (il est utilisé par l’ISTC et la British Library en est très contente). Et quel peut être le moteur magique utilisé par SBDS, qui trouve tout n’importe où?
Mon idée depuis le début était qu’il fallait regarder du côté de XML, comme les métadonnées utilisées par les bibliothèques numériques (comme Persée par exemple) : cela a au moins l’avantage de la pérennité des données et de leur transfert possible vers un autre système. C’est aussi un avantage du format Marc.

Tout ça pour dire que je suis très, très méfiante devant la tentation de développement d’un nouvel outil, vu les outils extrêmement performants qui existent aujourd’hui. Et que j’ai l’ambition, peut-être utopique, d’y échapper. Quand je vois VD 16, EDIT 16, l’ISTC ou le projet en cours de l’Universal Short-Title Catalogue, je me dis qu’il reste sans doute encore à développer des petites choses, pour des particularités propres à tel ou tel projet, mais que nous avons à notre disposition des outils performants.

Je crois quand même que le résultat de FMP en ligne, qui demande quand même pas mal de travail aux informaticiens, sous utilise l’outil, y compris pour la saisie, la description des exemplaires, la participation collective avec enrichissement en ligne de collaborateurs distants…
Enfin, concernant votre dernière remarque, vous avez raison dans l’absolu mais parfois des raisons stratégiques et des organisations chronologiques, la lenteur de certains aspects, demandent de commencer par la saisie… Il me semble que cela sera récupérable, même s’il faudra peut-être faire un petit nettoyage… Je dois dire que pour l’instant nous avons laissés vides un certain nombre de champs pour lesquels l’outil informatique nous sera précieux : les formes d’autorité n’ont pas été entrées (auteurs, titres normalisés, dates, lieux), une partie des informations reste incomplète et non normalisée (références bibliographiques, nom des établissements conservant un exemplaire, etc.). Il s’agit pour l’instant de données brutes réunies par des spécialistes du livre lyonnais au XVIe siècle, qui pourront être complétées et corrigées par des personnes moins spécialistes.

Pour l’instant j’en suis au stade théorique, je regarde les expériences des autres en essayant d’identifier les écueils et de tirer profit de leurs erreurs mais aussi de leurs résultats… à suivre!

Si j’écris des choses fausses ou à moitié vraies, car je m’aventure dans un domaine que je maîtrise à moitié, j’espère des remarques de nos lecteurs! écrivez sans hésiter à : belxvi@gmail.com

Où en est le projet Bel 16 en mai 2009 ?

L’avancement de la saisie des données

– La page “dossiers traités” est mise à jour tous les six mois. Elle donne la liste des imprimeurs dont le catalogue a été établi, toujours pour l’instant en utilisant FilemakerPro. Certains dossiers ont été repris et enrichis à plusieurs reprises, et en particulier le dossier Sébastien Gryphe, qui sert de test pour évaluer la validité de certains choix de description.

–  le dossier Étienne Dolet a été traité en urgence pour aider les participants au colloque organisé en novembre 2009 à Lyon sur Dolet. En attendant le développement d’une base, il est pour l’instant disponible en ligne en HTML, ce qui permet de faire des recherches dans le catalogue. Pas tout à fait satisfaisant pour nous mais pratique :
http://raphaele-mouren.enssib.fr/dolet

– nous mettrons aussi en ligne dans les jours à venir le dossier Sébastien Gryphe, toujours comme test, en espérant des retours et des remarques :
http://raphaele-mouren.enssib.fr/gryphe

La construction de la base de données

– nous avons défini depuis longtemps les champs de description.

– Nous n’avons pas fini de travailler sur les modalités de recherche et d’interrogation qui nous semblent indispensables pour l’utilisateur.

– nous allons très vite lancer la réflexion avec l’aide de spécialistes de l’informatique documentaire.

– un petit essai a été fait au Québec à l’occasion de cours donnés par William Kemp : il s’agit de la mise en ligne directe des notices du dossier Vingle en FilemakerPro.

Les pistes de travail

– nous avons laissé de côté le projet d’une base d’illustrations, car le même projet a été lancé à Lyon par les historiens d’art. Nous travaillerons certainement avec eux.

– nous n’avons pas encore vraiment travaillé à la conception de la base d’ornements typographiques, mais nous restons dans l’idée d’envisager en premier lieu l’utilisation des structures existantes, déclinées à partir du modèle créé à Lausanne et réunies dans Passe-Partout : essentiellement Fleuron et Maguelone, qui est désormais hébergée à l’enssib.

– nous sommes en discussion avec l’Universal Short-title Catalogue pour travailler en collaboration, comme le font déjà VD16 et EDIT16

La question des exemplaires

Un ami, grand spécialiste du livre lyonnais, nous interpelle par mail au sujet de la question des exemplaires, car il lui semble que nous avons montré peu d’intérêt pour la question. Or, nous avons commencé nos réflexions par le début, la notice bibliographique avant la notice d’exemplaire qui lui sera liée…

Voilà une question qui nous préoccupe, et qui est un exemple intéressant des différences de culture et de traduction entre plusieurs métiers : en l’occurrence, une fois encore, bibliographes et bibliothécaires.

Un catalogue de bibliothèque, conçu pour indiquer si la bibliothèque conserve un document précis et où, indique nécessairement les exemplaires : au moins la cote, le lieu de conservation (une bibliothèque, un département spécifiques).

Les bibliographies portent généralement peu d’attention aux exemplaires : au mieux une liste indique les exemplaires localisés, généralement sans la cote et sans indication précise sur l’exemplaire lui-même.

Or les spécialistes de bibliographie matérielle, et même de nombreux chercheurs qui s’intéressent à la question, savent que pour décrire un livre, il est préférable de voir plusieurs exemplaires. Par ailleurs, une de nos préoccupations principales étant celle du public auquel s’adresse notre travail, l’importance des exemplaires est cruciale dans ce cadre : car leur description est indispensable à tous ceux qui travaillent sur la réception et l’utilisation des oeuvres, sur l’histoire des collections et des bibliothèques, et bien d’autres domaines pour lesquels les particularités d’exemplaire sont une source importante.

Les deux (catalogue et bibliographie) ne sont pas toujours incompatibles : je prendrai pour exemple le monumental et exemplaire livre intitulé The Aldine Press: Catalogue of the Ahmanson-Murphy Collection of Books by or Relating to the Press in the Library of the University of California, Los Angeles, Incorporating Works Recorded Elsewhere : ce livre, consacré à l’intégralité de la production des Manuce, et constitué à partir de la collection Ahmanson-Murphy de la Charles E. Young Library (UCLA),  donne une description très précise des exemplaires permettant d’identifier les différences d’émission et les particularités d’exemplaire : reliure, provenance, marques d’utilisation…

Il décrit en détail les éditions dont un exemplaire au moins est présent dans la Charles E. Young Library à UCLA, mais il décrit aussi, un peu plus succinctement, les éditions dont ils n’ont pas d’exemplaire ; les auteurs ont ajouté aussi les livres édités pendant deux ans par Paul Manuce pour l’Accademia veneta, fournissant ainsi une bibliographie précise et détaillée des livres édités par les Manuce. Bon, en cherchant un peu, on peut bien y trouver une erreur, mais la description des éditions aldines, aujourd’hui, c’est fait : c’est dans ce catalogue.

En revanche, quand j’ai demandé si ces notices parfaites avaient été reversées dans le catalogue en ligne de la bibliothèque, on n’a pas compris ma question (mais mon anglais n’est pas terrible).