Le projet

Bibliographie des éditions lyonnaises

Seizième siècle

Centre Gabriel Naudé

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (enssib)

Responsables :
William Kemp (chercheur associé, centre Gabriel Naudé)
Raphaële Mouren (maître de conférences, Enssib)

Collaborateurs du projet :
– Gérard Morisse (Bordeaux)
– Jean Duchamp (Prag Lyon 2) pour la musique imprimée
– Jean-François Vallée (collège Maisonneuve, Toronto/centre Guillaume Budé, Paris)
– Pascale Mounier (Lyon)
– étudiants du master 2 Cultures de l’écrit et de l’image (Lyon 2/enssib) travaillant sur des imprimeurs spécifiques
– spécialistes d’histoire littéraire.

Avec l’aide de nombreux spécialistes du domaine : Betty Chambers, Sybille von Gültlingen, Henrik Vervliet…

Le projet de bibliographie des éditions lyonnaises du XVIe siècle est un projet ambitieux de bibliographie rétrospective exhaustive de description de tous les livres imprimés à Lyon au XVIe siècle, dont l’objectif est d’utiliser la compétence des spécialistes actuels ainsi que les possibilités nouvelles offertes par la technique pour apporter des connaissances nouvelles et être utile à de nombreux domaines de recherche.

Pour la première fois, un projet de ce type est mené par des spécialistes réunis pour apporter leurs connaissances et leur savoir-faire :
– un bibliographe spécialiste du livre lyonnais de la première moitié du XVIe siècle, William Kemp, maîtrisant les enjeux, les questions et les problèmes, connaissant l’histoire de ce livre, des hommes qui le font (imprimeurs, auteurs, collaborateurs, traducteurs) comme des outils qu’ils utilisent (fontes, illustrations) ;
– des spécialistes de domaines spécifiques d’histoire du livre à la même période : histoire de la philologie et de l’édition savante (Raphaële Mouren), histoire de la musique imprimée (Jean Duchamp).
– des spécialistes de domaines.

Objectifs et atouts scientifiques

Scientifiquement, le projet a pour ambition de répondre aux besoins de spécialistes de nombreuses disciplines dans l’objectif de renouveler les possibilités d’études :
– aux bibliographes et chercheurs en histoire du livre, qui pourront y trouver l’outil de travail indispensable préalable à des monographies et études thématiques, sur un ou plusieurs imprimeurs, sur une période donnée, sur un type d’ouvrages, en histoire culturelle du livre, sur les influences et l’histoire longue de l’imprimerie et de l’édition ;
– aux historiens de la culture, de la littérature, dont les études ne peuvent être menées à bien correctement sans une connaissance précise des supports de leurs objets de recherche ;
– aux historiens de la philologie travaillant sur l’histoire de cette discipline et étudiant les éditions d’auteurs de l’antiquité gréco-romaines préparées pendant cette époque de Second humanisme qui voit des progrès importants dans ce domaine, en décalage chronologique de plus de cinquante ans par rapport à l’invention de l’imprimerie ;
– aux historiens d’art ayant besoin d’informations fiables sur les éditions dont ils étudient les images.

Les atouts du projet proposé en novembre 2006 par William Kemp à l’enssib tiennent en particulier dans la réunion de compétences complémentaires. Une étude menée récemment a pu montrer que les projets menés exclusivement par des bibliographes ou des bibliothécaires souffraient de défauts inhérents au fait que les apports de la bibliographie sont trop peu utilisés par les bibliothécaires, et les apports de la bibliothéconomie restent souvent inconnus des bibliographes. Les travaux préparatoires qui ont été menés depuis deux ans ont consisté tout d’abord à un échange de connaissances et d’expériences, aussi bien pour les questions scientifiques que pour ce qui concerne la mise en ligne et les besoins de recherche et de description ; ces réflexions ont conduit à l’établissement d’une notice descriptive de base, constituée à partir des normes internationales de description et des besoins du public visé.

Enjeux stratégiques

Divers projets de bibliographies exhaustives rétrospectives ont été lancés depuis plusieurs années pour le XVIe siècle :

– des projets nationaux ayant pour objectif de décrire l’intégralité de la production nationale :
¤ VD 16. Projet national couvrant la production de l’ère germanique, piloté par la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. L’édition sous forme papier avait com¬mencé en 1983 avant de devenir une base de données électronique.
¤ Edit 16. Projet national italien lancé à l’origine sous forme papier (le premier volume était sorti en 1988) et continué sous forme électronique, piloté par l’Istituto centrale per il catalogo unico (de même que le Sistema bibliografico nazionale), hébergé par la Biblioteca nazionale Vittorio Emanuele II, Rome. Il s’agit de décrire les livres imprimés en Italie, en italien dans tous les pays, et les contrefaçons de livres italiens, conservés dans les bibliothèques italiennes.
¤ GLN15-16. Le projet Genève, Lausanne, Neuchâtel 15-16 a été mené à bien par Jean-François Gilmont, spécialiste de la bibliographie et de l’histoire du livre (spécialement le livre protestant). Projet entièrement mené à bien sous forme électronique.

– un projet universitaire, le French Vernacular Books de l’University of Saint Andrews, qui a consisté dans un premier temps à décrire les livres publiés en France en langue vernaculaire au XVIe siècle ; le projet est en cours d’élargissement, il est devenu l’Universal ShortTitle Catalog Project.

La France accuse un grand retard dans ce domaine. Une seule entreprise nationale a été lancée depuis fort longtemps, celle qui concerne les imprimeurs-libraires parisiens et l’inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, menées par la Bibliothèque nationale de France. Le projet reste sur papier, avec les difficultés d’utilisation que cela suppose (sous-utilisation des richesses du projet), et l’inventaire chronologique est conçu sur le modèle du Short term catalog, donnant des notices réduites et des informations incomplètes utiles à un très petit nombre de chercheurs pouvant disposer d’autres sources d’information. Pour le reste de la France, aucun projet de bibliographie n’a été lancé .

C’est pourquoi l’objectif est de mener à bien dans un premier temps la bibliographie des éditions lyonnaises du XVIe siècle, mais aussi de lancer en même temps la bibliographie des éditions rouennaises et d’envisager à terme la biblio¬graphie exhaustive des livres publiés en France au XVIe siècle, hors Paris, avec des collaborations institutionnelles qui restent à déterminer.

L’enssib a donc, grâce au projet proposé par William Kemp, la possibilité de continuer dans une direction de recherche entreprise depuis longtemps, celle de l’établissement de bases de données descriptives, mais aussi de participer au niveau international à des entreprises de description, en affirmant sa place dans le domaine de la bibliographie (domaine actuellement presque inexistant en France à la différence des autres pays) et de l’histoire du livre.
Deux projets en effet ont été lancés depuis longtemps à l’enssib :
Esprit des livres (Dominique Varry). L’enssib a établi le catalogue des catalogues de ventes de livres conservés dans les bibliothèques municipales de Lyon et de Grenoble.
– Gens du livre à Lyon au XVIIIe siècle (Dominique Varry). Environ 700 personnes ont, officiellement ou non, fabriqué ou diffusé du livre à Lyon à l’époque considérée : imprimeurs-libraires, relieurs, papetiers, colporteurs, apprentis et compagnons, autres personnes étrangères au monde du livre mais prises en flagrant délit de diffusion d’ouvrages prohibés ; établissement de fiches prosopographiques contenant des informations sur l’état-civil, la formation, la carrière, la production, le matériel, les appartenances sociales…. avec renvoi systématique aux cotes d’archives. La base, une fois en ligne, sera en lien avec les travaux scientifiques en ligne (articles, thèses), des documents d’archives, livres, portraits numérisés, et les bases de matériel typographique (Maguelone en particulier).
– rappelons aussi base Maguelone. Cette base de matériel et ornementation typographiques, mise en œuvre par le CNRS et l’université de Montpellier, est désormais hébergée par l’enssib et consultable à partir de son site internet.

L’enjeu est donc fort dans un domaine de recherche où la France, après avoir dominé au XIXe siècle, se trouve aujourd’hui très en retard par rapport à d’autres pays européens.

Composition du projet

Le projet se compose de plusieurs ensembles complémentaires et indissociables ; le premier ensemble se présente en trois parties :
l’établissement de la notice bibliographique exacte et complète de tous les livres, basé sur les normes internationales et françaises en vigueur (ISBD(A), Z44-074), à partir des outils existants (bibliographies, articles, monographiques, travaux académiques) complétés par l’étude directe des livres autant que de besoin ; ces notices seront enrichies par l’ajout de toutes les mentions d’autorité utiles aux chercheurs : à l’auteur s’ajoutent les collaborateurs (auteur des pièces liminaires par exemple), l’éditeur scientifique, le traducteur, les commentateurs, mais aussi l’imprimeur et la ville présentés sous la forme d’autorité internationale permettant leur utilisation par des chercheurs de langues et de niveaux de spécialisation très variables ; les titres uniformes, titres de formes et titres traditionnels sont ajoutés dans certains cas, anticipant sur une possible structuration conforme au modèle FRBR ;
la description des exemplaires vus, qui permettra d’identifier clairement les différences d’état, d’émission, etc., les éditions fantômes nées de l’erreur de nos prédécesseurs, mais aussi l’utilisation et la réception de ces livres par l’indication de la présence d’ex-libris, d’ex-dono, d’annotations, etc., avec, autant que possible, des images ;
l’établissement d’une base du matériel typographique utilisé, dans l’objectif de multiplier les possibilités de recherche et d’études à partir de ce corpus, mais aussi et surtout de donner des outils d’identification pour toutes les éditions pour lesquelles nous disposons à ce jour d’informations incomplètes (lieu de publication, éditeur, date, etc.).

Le second ensemble principal de ce projet est la base d’illustrations qui s’appuiera sur la bibliographie. Cette base d’illustrations, prévue dès l’origine dans le projet, avait été laissée de côté faute de moyen et est intégrée dans le projet de candidature pour un financement de l’Agence nationale de la recherche actuellement engagé (projet piloté au sein de l’École normale supérieure Lettres sciences humaines de Lyon).

Ce projet a donc pour ambition finale de mettre à disposition des chercheurs une bibliographie fiable et, à terme, complète, des livres lyonnais du XVIe siècle. Les apports attendus d’un tel travail sont d’établir la bibliographie exhaustive :
– en signalant séparément les éditions fantômes
– en différenciant les éditions et rééditions des émissions
– en complétant nos connaissances actuelles par l’identification complète des éditions mal renseignées (absence du nom de l’éditeur par exemple)
– en établissant des notices et une base offrant aux chercheurs de multiples possibilités d’interrogation.

Ce carnet a pour objectif de reprendre les discussions menées jusqu’ici pour voir son évolution, son état actuel, et prendre toutes les décisions nécessaires. Il a aussi pour objet de tenir informées les personnes intéressées sur son avancement (liste des imprimeurs traités) et, espérons le, de bénéficier des réflexions de chercheurs engagés dans des projets du même type.

Raphaële Mouren

Décembre 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.