Quelle période retenir?

La question de la période à retenir s’est posée. William Kemp et Raphaële Mouren étant spécialistes du XVIe siècle, la partie centrale ne portait pas à discussion. La réflexion a porté dans deux domaines :

– le livre avant 1501. Il est évident qu’un certain nombre d’imprimeurs sont actifs à cheval sur les deux siècles. Il sera donc impossible de ne décrire que des livres publiés à partir de 1501. Toutefois, il n’a pas paru prioritaire d’afficher la volonté de décrire les incunables, au vu des deux projets de catalogues exhaustifs déjà existants : l’Incunabula Short Title Catalogue et son extension l’Illustrated Incunabula Short-Title Catalogue, et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke. Plus ambitieux encore, le projet Incunabula : the Printing Revolution in Europe 1450-1500, ensemble de microfiches reproduisant des incunables ; 71 unités sont parues, pour environ 7100 ouvrages sur 23 000 microfiches.

Il faudra à terme intégrer les incunables lyonnais dans le projet BEL, soit environ 1250 éditions, en complétant les informations manquantes dans l’ISTC.

– la fin du projet. Doit-on, comme les projets VD16 et VD17, respecter exactement les siècles? Doit-on se caler sur l’histoire , en stoppant par exemple en 1610 (mort d’Henri IV)? ou 1660 (début du règne de Louis XIV)? Doit-on viser à terme le livre artisanal, soit jusqu’en 1810 (date traditionnelle en France), soit jusqu’en 1820 (comme la base HPB)? Pour l’instant seuls des imprimeurs actifs au XVIe siècle ont été traités.

Note tirées d’un document programmatique du 1er juin 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.