1e question : comment structurer les notices bibliographiques

3e sous-question : les titres

Le 30 janvier avait lieu à Lyon une table ronde organisée par l’association Renaissance, Humanisme, Réforme, consacrée au roman à Lyon au XVIe siècle. Un projet de base de données des romans imprimés à Lyon au XVIe siècle a été présenté, dont j’ai pris connaissance à ce moment-là.

Le cœur du projet est de donner des informations précises sur le contenu des ouvrages: table des matières, voire transcription et/ou édition de certains romans, c’est à dire faire réellement de l’édition (comme Epistemon ?), etc. Cette partie du projet est très intéressante et ses promotrices ont entre autres comme objectif d’aider à connaître la production parfois difficile à trouver dans les catalogues de bibliothèque : titres non fixés, plaquettes parfois mal décrites dans les recueils sont autant d’obstacles qui font disparaître un texte pourtant présent dans les catalogues.

Un des aspects très importants que fait ressortir ce projet est la nécessité d’établir des titres uniformes dans ce domaine particulier du roman. Nous avons  déjà parlé de cette question, et en particulier des FRBR. Et en écoutant la présentation du projet Romans à Lyon, je me suis rendue compte que j’avais mésestimé l’importance du titre uniforme : dans le cas des romans, ce sera le seul moyen de permettre une recherche dans cette catégorie, tant les titres sont fluctuants au XVIe siècle, abandonnant peu à peu la forme médiévale de l’incipit (« Cy s’ensuyt l’histoire… ») au profit du titre moderne (« Flamette »), ou bien découpant ou réunissant des œuvres. J’ai vu donc s’ouvrir devant moi un énorme chantier sous forme de gouffre, pour lequel Bel16 aura certainement besoin de l’aide des littéraires spécialistes du domaine.

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

2e sous question : La description des éditions : les informations nécessaires

copie exacte de la page de titre

Certains bibliographes s’interrogent sur l’utilité de la copie exacte de la page de titre, qui donne des indications difficiles à comprendre et déchiffrer, et incomplètes. Une fois encore, il faut se poser avant tout la question du type d’utilisateurs de ces notices. Pour moi, cette copie est utile et nécessaire, oui, suffisante non. L’utilité principale tient dans l’aide à l’identification d’un exemplaire : un chercheur, un bibliothécaire qui a un livre en main et cherche à savoir de quelle édition il s’agit. Il a donc besoin d’effectuer des comparaisons. Dans ce cas, une notice incomplète, dans laquelle il manque par exemple les premiers mots du titre (cela arrive!), ou bien la fin d’un long titre, rend impossible l’identification. C’est particulièrement flagrant pour des livres très souvent édités, comme Cicéron par exemple. Etablir une notice en enlevant les 3 premiers mots, « Marci Tullii Ciceronis », empêche donc l’identification et rend la bibliographie inutilisable pour une catégorie d’utilisateurs.

informations à ajouter

* nom de l’auteur et auteurs secondaires

Ces derniers n’apparaissent pas toujours sur la page de titre, ou bien à l’inverse un auteur affiché sur la page de titre n’est pas intervenu dans le livre. Quelle utilité ? Tout d’abord, différencier une édition d’une autre. Prenons le cas de Sébastien Gryphe, qui imprime tous les ans plusieurs livres de Cicéron : il réimprime régulièrement les mêmes textes, mais établis par des humanistes différents. La plupart du temps, le nom de l’éditeur scientifique n’apparaît pas au titre, et la lecture de celui-ci ne nous donne pas assez d’informations. Impossible de savoir de quel texte il s’agit, celui de Hegendorf, celui de Vettori, celui de Melanchthon…

Ainsi, dans le livre suivant : M.T. Ciceronis opera, ex Petri Victorii castigationibus, his accesserunt castigationum eiusdem Victorii explicationes, ac Joachimi Camerarii Pabenbergensis annotationes, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, [16], 742 p. : il n’y a aucune intervention de Joachim Camerarius dans le livre…

* contenu des pièces liminaires

C’est un des moyens de différencier des éditions, et en particulier d’identifier une nouvelle édition qui n’est pas une simple réimpression, ou de connaître le contenu d’un livre sans même avoir à l’ouvrir. Suffit-il de donner le titre et le nom de l’auteur, et dans le cas le plus fréquent, celui du destinataire de l’épître dédicatoire ? L’information est insuffisante, en voici quelques exemples :

1/ Paul Manuce éditeur de Cicéron.

En 1533, en commençant sa carrière, Paul Manuce édite les Lettres familières de Cicéron. Il est à la fois l’éditeur et l’éditeur scientifique, et dédicace son édition à Maffeo Leoni. Il réédite à plusieurs reprises ce livre. La réédition de 1540 contient aussi une épître à Maffeo Leoni, mais ce n’est pas la même : il en a écrit une nouvelle. La réédition de 1546 ne contient aucune des deux épîtres mais deux brèves adresses aux lecteurs érudits. Donc il faut non seulement indiquer la présence des pièces liminaires, préciser de quoi il s’agit, mais donner aussi l’incipit, les premiers mots du texte.

2/ Deux livres en un.

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Lugduni, apud Antonium Vincentium, [Excudebat Symphorianus Barbierus], 1562, 8°, 700 p.

Le titre laisse penser qu’il s’agit d’une réimpression d’un livre édité pour la première fois chez les Giunti de Venise en 1536, et réédité à Paris en 1538, puis à Bâle et Lyon en 1540 :

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Venetiis, [in Officina Lucæantonii Iuntæ Florentini], 1536 [1537 Mense Ianuario], 2°, 79 f. + 1 f. de corrections
f. 2. « Petrus Victorius Bartholomeo Cavalcanti suo s. ». Inc. « Veram semper esse putaui… ».
f. 79 v. « Ad Lectorem » Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Parisiis, ex officina Roberti Stephani, 1538, 158 p.
« Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
p. 141. « Ad Lectorem », Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… » ; « Attende autem lector an posteriores nostrae cogitationes… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Basileæ in officina Hervagiana, 1540, 124 p.
« Petri Victorii Bartholomaeo Cavalcanti suo, s. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
« Ad Lectorem ». Inc. « Haec sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem Castigationum, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, 553, [12] p.

p. 3. « Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ». L’épître au lecteur de l’édition de 1536 est répétée aussi p. 549.

Mais sans avoir à ouvrir l’édition de 1562, la description des pièces liminaires permet de savoir qu’elle contient un autre livre, non indiqué au titre : il s’agit d’un petit livre publié pour la première fois à Lyon en 1542 :

Posteriores Petri Victorii castigationes in Epistolas, quas uocant Familiares, Luguduni [sic], apud Seb. Gryphium, 1541, 8°, 132, [4] p. Pièces liminaires :
p. 3. « Victorius Campano sal. » « Huiusmodi est studium illud… ». 8 septembre 1540.
p. 7. « Gryphius lectori ».

Voici donc la description des pièces liminaires de l’édition de 1562, dont une partie des exemplaires porte l’adresse « apud J. Frellonium ».  :
« Petrus Victorius Bartholomaœ Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ».
p. 549. « Ad lectorem ». Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».
p. 568. « Victorius Campano sal. ». Inc. « Huiusmodi est studium illud, cui nos… ».