journée d’études : Les projets de bibliographie du livre ancien à l’époque du numérique : méthodes et réseaux

8 et 9 novembre 2010, enssib

Cette journée d’études a pour objectif d’aider les responsables de projets de bibliographie ou d’étude de corpus d’éditions des débuts de l’époque moderne et les centres de recherche à réfléchir à des collaborations possibles, dans le domaine scientifique, technique et financier.

8 novembre, 13h30-18h.

9 novembre, 9h-13h15.

Ont déjà accepté de participer :

Michèle Clément, Université Lyon 2-Grac/UMR histoire de la pensée classique, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en littérature.

Claudia Fabian, directrice du département des manuscrits et livres rares de la Bayerische Staatsbibliothek München, pour VD16 (bibliographie des éditions allemandes et en allemand du seizième siècle)

Erik Geleijns, de la Koninklijke Bibliotheek, La Haye, pour le STCN (bibliographie des livres néerlandais 1540-1800)

Jean-François Gilmont, Université de Louvain, Académie royale de Belgique, responsable scientifique de GLN 15-16 qui couvre les livres imprimés ou édités à Genève, Lausanne et Neuchâtel.

John Goldfinch, ISTC-British Library, pour présenter le fonctionnement en réseau, au niveau international, de l’Incunabula Short-Title Catalog, catalogue mondial des incunables.

Michel Jourde, ENS de Lyon-Cerphi/UMR histoire de la pensée classique, pour parler du travail de l’équipe qu’il a réunie sur l’imprimeur Jean de Tournes.

Isabelle Le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France, pour établir les conclusions de la journée.

Claudia Leoncini, ICCU, pour EDIT16, bibliographie des livres publiés en Italie ou en italien au seizième siècle.

Philippe Martin, Université de Lyon2-Larhra, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en histoire.

Pascale Mounier, pour présenter le projet d’analyse des romans lyonnais du seizième siècle, qui s’appuiera sur Bel16 et lui apportera un complément scientifique très riche.

Andrew Pettigree, Université Saint-Andrews, responsable du projet USTC, qui a pour objectif de donner accès dans un seul portail à l’intégralité des ouvrages publiés au seizième siècle.

Dominique Varry, enssib-centre Gabriel Naudé, pour rappeler les apports de la bibliographie matérielle

Magali Vène, de la Réserve des livres rares, Bibliothèque nationale de France, pour présenter les évolutions en cours du projet Renouard, consacré aux imprimeurs-libraires parisiens du seizième siècle.

Voir le programme dans calenda.


Qu’est-ce qu’une bonne base de données

La question a été posée récemment et des réflexions ont été menées.

Dans le cas de Bel 16, la réflexion est facilitée par le fait que la description du livre ancien est normalisée au niveau international depuis longtemps. Il ne reste qu’à s’interroger sur les informations qui ne correspondent pas aux objectifs du catalogage (signalement de collections existantes afin de permettre leur localisation et leur consultation) mais qui peuvent nous paraître indispensables pour construire une base bibliographique (réunion d’informations permettant d’identifier très précisément et sans erreur une édition spécifique et ses particularités, la description d’exemplaires n’y étant que rattachée).

Une des questions est évidemment celle de la pérennité des données, et des logiciels à utiliser, avec une réflexion en particulier sur l’utilisation de Filemaker Pro (utlisé pour la saisie de Bel 16). Toutes ces questions sont réunies dans un très riche article du carnet « Mame et fils » hébergé par hypothèses :

« L’art et la mesure : réflexions pour une base de données