journée d’études : Les projets de bibliographie du livre ancien à l’époque du numérique : méthodes et réseaux

8 et 9 novembre 2010, enssib

Cette journée d’études a pour objectif d’aider les responsables de projets de bibliographie ou d’étude de corpus d’éditions des débuts de l’époque moderne et les centres de recherche à réfléchir à des collaborations possibles, dans le domaine scientifique, technique et financier.

8 novembre, 13h30-18h.

9 novembre, 9h-13h15.

Ont déjà accepté de participer :

Michèle Clément, Université Lyon 2-Grac/UMR histoire de la pensée classique, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en littérature.

Claudia Fabian, directrice du département des manuscrits et livres rares de la Bayerische Staatsbibliothek München, pour VD16 (bibliographie des éditions allemandes et en allemand du seizième siècle)

Erik Geleijns, de la Koninklijke Bibliotheek, La Haye, pour le STCN (bibliographie des livres néerlandais 1540-1800)

Jean-François Gilmont, Université de Louvain, Académie royale de Belgique, responsable scientifique de GLN 15-16 qui couvre les livres imprimés ou édités à Genève, Lausanne et Neuchâtel.

John Goldfinch, ISTC-British Library, pour présenter le fonctionnement en réseau, au niveau international, de l’Incunabula Short-Title Catalog, catalogue mondial des incunables.

Michel Jourde, ENS de Lyon-Cerphi/UMR histoire de la pensée classique, pour parler du travail de l’équipe qu’il a réunie sur l’imprimeur Jean de Tournes.

Isabelle Le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France, pour établir les conclusions de la journée.

Claudia Leoncini, ICCU, pour EDIT16, bibliographie des livres publiés en Italie ou en italien au seizième siècle.

Philippe Martin, Université de Lyon2-Larhra, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en histoire.

Pascale Mounier, pour présenter le projet d’analyse des romans lyonnais du seizième siècle, qui s’appuiera sur Bel16 et lui apportera un complément scientifique très riche.

Andrew Pettigree, Université Saint-Andrews, responsable du projet USTC, qui a pour objectif de donner accès dans un seul portail à l’intégralité des ouvrages publiés au seizième siècle.

Dominique Varry, enssib-centre Gabriel Naudé, pour rappeler les apports de la bibliographie matérielle

Magali Vène, de la Réserve des livres rares, Bibliothèque nationale de France, pour présenter les évolutions en cours du projet Renouard, consacré aux imprimeurs-libraires parisiens du seizième siècle.

Voir le programme dans calenda.


Inventaire, bibliographie, catalogue?

Base de données, inventaire

Le projet a été lancé sous les noms de « base de données » et « inventaire chronologique« , c’est à dire une double référence à l’outil informatique et à la forme papier, contradictoire à mon avis. Inventaire chronologique fait référence bien entendu à l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, publié depuis 1972 par la BnF et le Service des travaux historiques de la ville de Paris.

L’idée de la base de données vient bien entendu du fait que les outils papiers existants sont incomplets et ne peuvent être enrichis. En particulier, les bibliographies décrivant la production imprimée lyonnaise au XVIe siècle laissent non datés un bon nombre d’ouvrages. Il y a donc un travail à mener dans ce sens. Une base de données est consultable à distance et peut s’enrichir. Elle permet le travail collectif et elle est aussi modulable. Ainsi si le manque d’un inventaire sous forme chronologique se fait sentir, on peut imaginer assez facilement qu’une base de données puisse être affichée au choix de l’utilisateur, par nom d’auteur, par nom d’imprimeur ou par date. La réflexion sur la forme de l’objet final n’a donc plus de raison d’être (à mon avis), si les questions techniques peuvent être réglées.

Dans une terminologie peut-être plus archivistique, »inventaire » décrit un outil de travail plus succinct, moins complet qu’une bibliographie. Et effectivement, la proposition initiale de l’inventaire était celle d’un Short Title Catalog, à l’image des notices de l’Inventaire chronologique, de l’ESTC, de l’ISTC ou du STCN. Il semblait indispensable de pouvoir disposer d’un inventaire chronologique de la production lyonnaise, qui manquait. Toutefois, il est vite apparu que la multiplication des informations désormais disponibles dans les catalogues informatiques des bibliothèques et dans les métacatalogues rendait nécessaire un travail plus fouillé. Par ailleurs, nous y reviendrons, la forme nécessairement succincte des STC rends ceux-ci à peu près inutilisables pour un certain nombre de chercheurs qui ne sont pas des bibliographes mais des spécialistes d’autres disciplines historiques ou littéraires, utilisant le livre non pour une étude de bibliographie ou d’histoire du livre, mais pour d’autres travaux, le livre imprimé ancien étant pour eux la source de leur étude.

Il apparaît donc que :

– l’outil informatique, structuré en ce sens dès l’origine, permet d’ordonner les données de manière différente, afin de permettre des lectures diversifiées de la bibliographie (et pas seulement des recherches ciblées) : présentation chronologique, ou bien par imprimeur, ou bien encore par auteur, type d’ouvrage etc.

– la richesse des informations aujourd’hui aisément disponibles par Internet (catalogues, catalogues collectifs, métacatalogues, bibliothèques numériques) et la volonté de servir des publics variés nécessite d’envisager des notices donnant davantage d’informations qu’un STC, voire qu’un catalogue de bibliothèque. Dans ce cas l’aspect évolutif de la bibliographie imprimée est primordial : les notices pourront être enrichies petit à petit.

Note tirée d’un document programmatique du 1er juin 2007.