un peu de constance ne nuit pas

Ce qui est vraiment difficile, c’est de fixer un mode de description et de s’y tenir. Cela a l’air simple, pourtant. La description des livres, et des livres anciens en particulier, a fait l’objet de tentatives de normalisation depuis deux siècles. Mais comme je l’ai déjà écrit, on se heurte aux différences d’habitude des bibliographes et des bibliothécaires pour les informations de base (titre, auteur), et, par ailleurs, les choses se compliquent lorsqu’on veut aller dans un niveau de détail inhabituel dans les notices catalographiques.

Il faut partir de l’existant : se baser sur l’ISBD(A), et réfléchir aux informations supplémentaires que l’on souhaite ajouter : notices d’autorité (auteur, imprimeur, collaborateurs divers), pièces liminaires, etc.

Mais ce n’est pas si simple, car si l’ISBD(A) paraît d’un usage normal pour un bibliothécaire, il n’en est pas forcément de même pour un bibliographe, qui se posera d’autres questions. Et par ailleurs l’ISBD(A) laisse une certaine liberté au catalogueur, y compris dans sa version française (norme Afnor) actuellement en cours de mise à jour. Et puis on est parfois distrait… on laisse passer quelque chose… on part d’une notice copiée ailleurs et on ne s’aperçoit pas tout de suite qu’elle est incomplète… on oublie de faire tous les renvois vers les formes rejetées, ce qui permettrait à l’utilisateur de trouver ce qu’il cherche…

A l’automne 2009, nous avons défini un modèle de description, très complet. Il prévoit en particulier l’utilisation de nombreuses notices d’autorité destinées à aider à la recherche à l’intérieur de la base.

Bien entendu, nous ne prévoyons pas de remplir chaque notice en entier tout de suite, mais plutôt de les enrichir peu à peu par un travail collaboratif.

Eh bien, 3 mois plus tard, il s’avère qu’on ne l’utilise pas, et si on décide de l’utiliser, c’est de manière incomplète.

Il ne reste plus qu’à reprendre les notices existantes pour les fondre dans ce nouveau modèle, complet, que voici (remarques et critiques sont les bienvenues) :

Description

Commentaire

Bloc 1 : données de gestion

Numéro BEL16

Attribué une fois pour toutes par le système, non modifiable, unique. 1

CHAMP OBLIGATOIRE

Numéro source

Numéro de la notice dans une base d’origine.

CHAMP REPETABLE

Niveau de catalogage

Liste codée : « sommaire », « vérifiée », « validée ».

CHAMP OBLIGATOIRE

Niveau d’enrichissement

Liste codée : « sommaire », « avec autorités ».

CHAMP OBLIGATOIRE

Niveau édition/émission

Codé (édition (par défaut), émission)

Liens vers les autres émissions

Liens cliquables et réciproques. Ne peut être rempli que si le champ ci-dessus = « émission ».

Création par … le …

Champ système.

CHAMP OBLIGATOIRE

Fantôme

Oui/Probable/Non (valeur par défaut). Signifie qu’on considère que l’édition n’a jamais existé. « Probable » est indexé comme « Oui ».

Dernière modification par … le …

Champ système.

CHAMP OBLIGATOIRE

[Liens cliquables vers une autre notice] : nom du lien, numéro BEL16 de la cible.

Vers autre notice d’édition associée, édition partagée, réémission tardive, etc. Données répétables.

[Liens vers les exemplaires]

Bloc 2 : notice abrégée normalisée

Auteur principal

Forme normalisée, avec code de fonction.

CHAMP REPETABLE

Titre uniforme principal

Forme normalisée, avec code de fonction

CHAMP REPETABLE

Titre abrégé

Texte structuré. Titre modernisé…

CHAMP OBLIGATOIRE

Adresse (Lieu : imprimeur/libraire, dates)

Texte structuré. Adresse normalisée, éventuellement restituée entre crochets.

CHAMP OBLIGATOIRE

Date de recherche et de tri

AAAA, AAAA, AAAA… [Toutes dates sont cherchables, la première sert de critère de tri]

Fourchette de datation

AAAA-AAAA

Pour la recherche, cette fourchette est énumérée en dates du début à fin. Exemple : [1561-1563] est indexé comme 1561, 1562, 1563.

Format réel (4°, 8°, etc.) 2

Normalisé, liste de valeurs codées (cf. GLN).

Langue et musique

Saisie codée ISO 639-2, avec un niveau attaché.

1 = langue principale.

2 = langue d’ouvrage multilingue.

3 = langue résiduelle.

Affichée en clair, donnée répétable.

Exemple : français 1 ; latin 3.

Prévoir la langue « mus = musique ».

Contributeurs secondaires

Inclut : auteurs, illustrateurs, gens du livre, y compris les dédicataires.

Forme normalisée (personne + code de fonction).

CHAMP REPETABLE

Références vers un livre numérisé

Permalien cliquable, à poser ici si l’exemplaire numérisé n’est pas identifié.

CHAMP REPETABLE

Bloc 3 : notice descriptive

Titre complet

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, y compris les noms d’auteurs qui y apparaissent, les contractions étant développées, et les i/j, u/v normalisés. Uniquement en minuscules. Pas de saut de ligne.

Adresse complète sur le titre

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions.

Autres adresses

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions, et mention de l’emplacement.

CHAMP REPETABLE

Colophon

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions, et mention de l’emplacement.

Privilège

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions.

[Lien vers le privilège]

Cliquable

CHAMP REPETABLE

Marque typographique

Texte libre. Description, dimensions, références, devise, emplacement.

[Liens vers les images]

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Format | signatures | collation

Texte structuré.

Nombre de feuilles

Numérique 3

Matière codifiée

Donnée codée (liste GLN). CHAMP REPETABLE

Matière

Texte libre. Class. Brunet-Parguez ? Rameau ?

CHAMP REPETABLE 4.

Dates

Dates trouvée, emplacement dans le livre, saisie en ISO 8601 :2000 (format AAAA-MM-JJ)

Notes sur l’édition / l’émission

Texte libre

Bloc 4 : contenu

Pièces liminaires

Texte structuré. Type, emplacement, auteur, début, noms de personnes tels que dans le texte, lieu, dates. Données répétables.

Exemple : Au f. 3v, épître dédicatoire de Marc-Antoine de Muret à Jean de Belleville, signée de Lyon, 13 juillet 1564. A très honoré Seigneur…

Titre de dépouillement musical | Auteur | Forme | Emplacement

Texte structuré.

CHAMP REPETABLE

Exemple : Missa Stephane gloriosa| P. Moulu| Messe 4 v. | f. 2r

La forme normalisée des auteurs sera saisie dans le champ Contributeur secondaire du bloc 2.

Notes sur le contenu

Texte libre.

Bloc 5 : typographie et ornementation

Types de caractères

Texte libre.

Caractères utilisés

Texte libre. Références et pages concernées.

Ornements

Texte libre. Types, emplacement, techniques

[Liens vers le matériel]

Ce champ peut aussi accueillir un lien vers la base Maguelone.

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Illustrations

Texte libre. Type, nombre, emplacement, techniques.

[Liens vers les images]

Ce champ peut aussi accueillir un lien vers la base Maguelone 5.

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Notes sur la typographie et l’ornementation

Texte libre.

Bloc 6 : Références

Références bibliographiques

Champ unique avec toutes les références à la suite, sous la forme Code + page/numéro. Exemple :

BAUDRIER VI, 67 ; CARTIER n° 234.

Le code renvoie à une référence saisie dans la table « Référence » 6.

Liste des exemplaires

Champ temporaire servant à accueillir temporairement les exemplaires saisis sous FMP.

1 Après la suppression d’un doublon, il y aura donc un trou dans la numérotation.

2 Les formats apparents sont notés au niveau de l’exemplaire (en cm).

3 Le nombre de feuilles sert à estimer le travail de composition et de presse. Il peut être déduit du format et de la collation.

4 L’intérêt d’un champ répétable réside dans l’usage de différentes classifications qu’on ne souhaite pas mélanger.

5 http://maguelone.enssib.fr/vignette.php?samesession

6 Il pourrait d’ailleurs être sensitif au curseur. Le code des articles serait sous la forme : AUTEUR AAAA.

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

3e sous-question : les titres

Le 30 janvier avait lieu à Lyon une table ronde organisée par l’association Renaissance, Humanisme, Réforme, consacrée au roman à Lyon au XVIe siècle. Un projet de base de données des romans imprimés à Lyon au XVIe siècle a été présenté, dont j’ai pris connaissance à ce moment-là.

Le cœur du projet est de donner des informations précises sur le contenu des ouvrages: table des matières, voire transcription et/ou édition de certains romans, c’est à dire faire réellement de l’édition (comme Epistemon ?), etc. Cette partie du projet est très intéressante et ses promotrices ont entre autres comme objectif d’aider à connaître la production parfois difficile à trouver dans les catalogues de bibliothèque : titres non fixés, plaquettes parfois mal décrites dans les recueils sont autant d’obstacles qui font disparaître un texte pourtant présent dans les catalogues.

Un des aspects très importants que fait ressortir ce projet est la nécessité d’établir des titres uniformes dans ce domaine particulier du roman. Nous avons  déjà parlé de cette question, et en particulier des FRBR. Et en écoutant la présentation du projet Romans à Lyon, je me suis rendue compte que j’avais mésestimé l’importance du titre uniforme : dans le cas des romans, ce sera le seul moyen de permettre une recherche dans cette catégorie, tant les titres sont fluctuants au XVIe siècle, abandonnant peu à peu la forme médiévale de l’incipit (« Cy s’ensuyt l’histoire… ») au profit du titre moderne (« Flamette »), ou bien découpant ou réunissant des œuvres. J’ai vu donc s’ouvrir devant moi un énorme chantier sous forme de gouffre, pour lequel Bel16 aura certainement besoin de l’aide des littéraires spécialistes du domaine.

Que peut apporter Bel16?

La question rejoint la question « à quoi sert la bibliographie ». Des projets de bibliographie en cours, comme par exemple USTC, se donnent pour objectif de décrire la production imprimée d’une région, ou d’un certain type, rapidement. Pour ce faire, le meilleur moyen est de récupérer des notices déjà existantes. Que sont ces notices existantes? Elles peuvent être essentiellement de deux types.

  • il peut s’agir de notices catalographiques : ces notices viennent de catalogues de bibliothèques. Or, les catalogues de bibliothèques présentent plusieurs risques. Tout d’abord, ils peuvent avoir été établis récemment sous forme informatique, ou avoir été informatisés à partir de notices papier (c’est la rétroconversion ou conversion rétrospective). Quels sont les risques? Ces notices peuvent avoir été établies par un bibliothécaire spécialiste, ou par une personne qui ne maîtrisait pas l’histoire du livre. Par ailleurs, pour des raisons d’efficacité, la plupart du temps établir une notice ne s’accompagne pas de vérifications bibliographiques pointues. Cela consiste essentiellement en recopier la page de titre et établir la description matérielle. Ainsi, si la page de titre indique « Lyon », la notice indiquera que le livre a été imprimé à Lyon même si c’est faux. Autre risque : pour établir la notice, on a copié la notice d’une autre bibliothèque, sans voir qu’il ne s’agit pas tout à fait du même livre : émission ou même réédition, format différents… Dans ce cas, l’exemplaire a été vu par la personne qui a établi la description mais celle-ci n’a été établie que dans le but d’assurer la localisation de l’ouvrage ; elle n’a pas les garanties d’exactitude que l’on peut attendre en établissant une bibliographie aujourd’hui.
  • il peut s’agir de notices bibliographiques : elles sont tirées de bibliographies existantes. Là aussi, tout dépend de la bibliographie. Il faut savoir si le bibliographe a établi sa notice en menant à bien toutes les vérifications nécessaires afin d’assurer l’exactitude et la complétude des informations fournies, ou s’il a parfois (mais sans le dire) copié des notices catalographiques non vérifiées. Il faut savoir s’il a vu au moins un exemplaire, fait toutes les vérifications nécessaires et n’a pas fait preuve de trop d’enthousiasme : par exemple en traduisant en français un nom latinisé sans vérifier, ce qui peut entraîner des erreurs, pas vraiment anodines.

La récupération de notices n’est donc qu’une étape, et ces notices récupérées ne peuvent pas être considérées comme toutes fiables à priori. Elles demandent un certain nombre de vérifications destinées à en assurer la fiabilité scientifique. Ces vérifications se mènent en premier lieu sur des informations de seconde main : travaux de recherches essentiellement, dont on doit mener le dépouillement extensif. C’est parfois difficile, tout n’est pas aisément disponible. Il faut ensuite voir des exemplaires, en étant parfois suffisamment spécialiste du domaine pour s’apercevoir de la présence d’une fausse adresse. Dans l’idéal, il faut même voir plusieurs exemplaires.

BEL16 a pour objectif essentiellement, à travers la constitution d’une bibliographie exhaustive rétrospective, d’apporter des informations fiables et vérifiées pour construire un corpus scientifique auquel les chercheurs peuvent faire confiance. Cela entraîne de nombreuses vérifications des informations que nous recueillons. En fait, le fait que le projet soit électronique ne nous dispense pas de l’exigence d’excellence d’un travail scientifique ambitieux.

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

2e sous question : La description des éditions : les informations nécessaires

copie exacte de la page de titre

Certains bibliographes s’interrogent sur l’utilité de la copie exacte de la page de titre, qui donne des indications difficiles à comprendre et déchiffrer, et incomplètes. Une fois encore, il faut se poser avant tout la question du type d’utilisateurs de ces notices. Pour moi, cette copie est utile et nécessaire, oui, suffisante non. L’utilité principale tient dans l’aide à l’identification d’un exemplaire : un chercheur, un bibliothécaire qui a un livre en main et cherche à savoir de quelle édition il s’agit. Il a donc besoin d’effectuer des comparaisons. Dans ce cas, une notice incomplète, dans laquelle il manque par exemple les premiers mots du titre (cela arrive!), ou bien la fin d’un long titre, rend impossible l’identification. C’est particulièrement flagrant pour des livres très souvent édités, comme Cicéron par exemple. Etablir une notice en enlevant les 3 premiers mots, « Marci Tullii Ciceronis », empêche donc l’identification et rend la bibliographie inutilisable pour une catégorie d’utilisateurs.

informations à ajouter

* nom de l’auteur et auteurs secondaires

Ces derniers n’apparaissent pas toujours sur la page de titre, ou bien à l’inverse un auteur affiché sur la page de titre n’est pas intervenu dans le livre. Quelle utilité ? Tout d’abord, différencier une édition d’une autre. Prenons le cas de Sébastien Gryphe, qui imprime tous les ans plusieurs livres de Cicéron : il réimprime régulièrement les mêmes textes, mais établis par des humanistes différents. La plupart du temps, le nom de l’éditeur scientifique n’apparaît pas au titre, et la lecture de celui-ci ne nous donne pas assez d’informations. Impossible de savoir de quel texte il s’agit, celui de Hegendorf, celui de Vettori, celui de Melanchthon…

Ainsi, dans le livre suivant : M.T. Ciceronis opera, ex Petri Victorii castigationibus, his accesserunt castigationum eiusdem Victorii explicationes, ac Joachimi Camerarii Pabenbergensis annotationes, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, [16], 742 p. : il n’y a aucune intervention de Joachim Camerarius dans le livre…

* contenu des pièces liminaires

C’est un des moyens de différencier des éditions, et en particulier d’identifier une nouvelle édition qui n’est pas une simple réimpression, ou de connaître le contenu d’un livre sans même avoir à l’ouvrir. Suffit-il de donner le titre et le nom de l’auteur, et dans le cas le plus fréquent, celui du destinataire de l’épître dédicatoire ? L’information est insuffisante, en voici quelques exemples :

1/ Paul Manuce éditeur de Cicéron.

En 1533, en commençant sa carrière, Paul Manuce édite les Lettres familières de Cicéron. Il est à la fois l’éditeur et l’éditeur scientifique, et dédicace son édition à Maffeo Leoni. Il réédite à plusieurs reprises ce livre. La réédition de 1540 contient aussi une épître à Maffeo Leoni, mais ce n’est pas la même : il en a écrit une nouvelle. La réédition de 1546 ne contient aucune des deux épîtres mais deux brèves adresses aux lecteurs érudits. Donc il faut non seulement indiquer la présence des pièces liminaires, préciser de quoi il s’agit, mais donner aussi l’incipit, les premiers mots du texte.

2/ Deux livres en un.

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Lugduni, apud Antonium Vincentium, [Excudebat Symphorianus Barbierus], 1562, 8°, 700 p.

Le titre laisse penser qu’il s’agit d’une réimpression d’un livre édité pour la première fois chez les Giunti de Venise en 1536, et réédité à Paris en 1538, puis à Bâle et Lyon en 1540 :

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Venetiis, [in Officina Lucæantonii Iuntæ Florentini], 1536 [1537 Mense Ianuario], 2°, 79 f. + 1 f. de corrections
f. 2. « Petrus Victorius Bartholomeo Cavalcanti suo s. ». Inc. « Veram semper esse putaui… ».
f. 79 v. « Ad Lectorem » Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Parisiis, ex officina Roberti Stephani, 1538, 158 p.
« Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
p. 141. « Ad Lectorem », Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… » ; « Attende autem lector an posteriores nostrae cogitationes… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Basileæ in officina Hervagiana, 1540, 124 p.
« Petri Victorii Bartholomaeo Cavalcanti suo, s. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
« Ad Lectorem ». Inc. « Haec sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem Castigationum, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, 553, [12] p.

p. 3. « Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ». L’épître au lecteur de l’édition de 1536 est répétée aussi p. 549.

Mais sans avoir à ouvrir l’édition de 1562, la description des pièces liminaires permet de savoir qu’elle contient un autre livre, non indiqué au titre : il s’agit d’un petit livre publié pour la première fois à Lyon en 1542 :

Posteriores Petri Victorii castigationes in Epistolas, quas uocant Familiares, Luguduni [sic], apud Seb. Gryphium, 1541, 8°, 132, [4] p. Pièces liminaires :
p. 3. « Victorius Campano sal. » « Huiusmodi est studium illud… ». 8 septembre 1540.
p. 7. « Gryphius lectori ».

Voici donc la description des pièces liminaires de l’édition de 1562, dont une partie des exemplaires porte l’adresse « apud J. Frellonium ».  :
« Petrus Victorius Bartholomaœ Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ».
p. 549. « Ad lectorem ». Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».
p. 568. « Victorius Campano sal. ». Inc. « Huiusmodi est studium illud, cui nos… ».

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

1e sous question :

comment saisir les informations présentes sur le livre

le contenu de la page de titre

Cette partie n’a rien d’évident car les deux responsables du projet viennent de traditions différentes, celle de la bibliographie d’un côté, celle des bibliothèques de l’autre.

Elle sous-entend une autre question sur laquelle je reviendrai, et que nous avons définitivement tranchée. Dans la question générale « quel projet pour quels apports scientifiques et quels publics ? », il fallait se poser la question de la composition des notices, et en particulier du modèle des Short Title Catalogs. Nous avons décidé de ne pas faire un STC, pour diverses raisons que j’essaierai de mettre en ordre bientôt.

Pour le livre lyonnais du XVIe siècle, nous avions deux exemples sous les yeux : celle de la Bibliographie lyonnaise d’Henri Baudrier, et celle des volumes concernant Lyon rédigés par Sybille von Gültlingen pour le Bibliotheca bibliographica aureliana.

Baudrier avait choisi la notice diplomatique, reproduisant les capitales, les choix de casse, indiquant les coupures de ligne et la présence de décorations.

S. V. Gültlingen propose des notices de plusieurs types, soit des notices diplomatiques, soit des notices abrégées. ces abréviations concernent parfois le début du titre, lorsque celui-ci concerne le nom de l’auteur. Ainsi un titre commençant par Marci Tullii Ciceronis opera philosophica apparaîtra sous la forme : Opera philosophica, précédé dun nom de l’auteur sous une forme moderne (notice d’autorité précédent le titre).

Nous nous sommes donc aperçus d’abord que ce qui était évident pour l’un de nous ne l’était pas pour l’autre, et nous avons réfléchi aux besoins des utilisateurs (ces réflexions seront réunies dans un autre post).

Pour moi, il était évident que nous devions recopier in extenso le contenu de la page de titre tel qu’il apparaît sur le livre, ces informations étant ensuite complétées par un certain nombre d’informations normalisées et notices d’autorité destinées à donner des informations supplémentaires et à aider aux recherches à l’intérieur du catalogue.

Nous avons donc étudié la norme internationale de description du livre ancien, l’ISBD(A), et nous sommes partis de là en enrichissant grâce à l’utilisation de champs supplémentaires comme par exemple ceux qui donnent les titres normalisés ou abrégés.

Bien longtemps plus tard, il y a quelques jours, Michel Fingerhut, trouvant que l’ISBD a ses limites, m’a interrogée pour savoir si nous avions regardé du côté des frbr, en particulier pour la question d’un titre unique pour une œuvre connue sous plusieurs noms.

C’est quelque chose que nous avons fait effectivement pour certains titres, mais pas pour tous, ni de façon très poussée pour ce qui concerne les ensembles de titres, qui peuvent être mouvants : par exemple, Cicéron, œuvres philosophiques. Les concepteurs des frbr sont en effet loin d’avoir inventé cette idée.

Que penser de l’idée de l’appliquer à toutes les notices? cela me semble illusoire car trop lourd, concernant de nombreux textes de l’Antiquité, mais aussi des textes de littérature du XVIe siècle, toutes catégories pour lesquelles il n’est pas si facile d’identifier un titre de forme, ni même de savoir en quelle langue le mettre (pour les auteurs grecs par exemple). La réflexion reste à mener et je pense qu’il nous faudra y revenir pour certains types de textes, et en particulier pour les recueils : indiquer systématiquement le titre de toutes les œuvres comprises dans des recueils et des œuvres complètes, par exemple.

Je ne sais pas du tout s’il y a des réflexions en cours dans le domaine du livre ancien sur l’utilisation des frbr, mais je suis très intéressée.

RM