Réflexions en cours : la mise en ligne

Les moyens de mettre en ligne une base de données complexe ne sont pas si nombreux. L’enssib a demandé une aide extérieure pour identifier ses besoins et les choix possibles. La société Six et Dix a répondu et mené à bien l’étude.

La partie consistant à étudier les possibiliés réelles de mise en ligne s’est révélée bien plus longue que prévu. En effet, après avoir concocté un très léger cahier des charges exposant les besoins et les demandes de Bel16, on l’a envoyé à diverses sociétés ou partenaires possibles.

Tout d’abord, signalons que la possibilité d’utiliser un SIGB a été écartée dès le début : les fiches que nous souhaitons proposer à terme pour chaque ouvrage publié à Lyon au seizième siècle sont très enrichies et le format Marc n’y correspondait pas.

Ont été contactées :

– deux sociétés spécialisées dans la conception des bases de données. Elles ont envoyé des devis tournant plus ou moins autour de 100 000 euros.

– deux sociétés spécialisées dans l’adaptation de logiciels libres. Malgré plusieurs relances, elles n’ont jamais répondu, ce que nous avons analysé comme le signe du peu d’intérêt que nous représentions pour ces sociétés, qui avaient peu de chances de réutiliser le travail qu’elles auraient fait pour nous.

– les responsables scientifiques ou exécutifs de deux projets très semblables au nôtre. Pour le premier projet, aussi bien le concepteur que les propriétaires de la base de mise en ligne ont sur le champ accepté que nous utilisons leur travail, gratuitement pour une partie, dans des conditions financières qui restent à fixer pour l’autre partie. Le responsable exécutif  du second projet a été rencontré en personne, a montré son enthousiasme, mais, après réception du cahier des charges et la demande d’une réponse écrite, n’a même pas pris la peine d’accuser réception, malgré des relances.

Au bout de six mois d’attente vaine d’une réponse pour 3 des 6 possibilités envisagées, un comité de pilotage a tranché au début du mois de juin entre les 3 possibilités, qui sont donc :

– deux possibilités à 100 000 euros où tout reste à faire

– une possibilité fonctionnant déjà depuis plusieurs années, à moitié gratuite et à moitié sans doute payante à un prix forfaitaire bien inférieur.

Je vous laisse deviner…

En guise de post -scriptum : à la suite d’échanges de mails sur un autre sujet, une proposition est arrivée le 22 juillet du responsable scientifique du deuxième projet déjà existant que nous avions contacté en mars, qui ne répond pas à notre demande mais propose une collaboration d’un type assez différent, et a spécifié que pour travailler avec lui, nous devrions changer s’il le fallait les 7 000 notices déjà établies pour les adapter à son modèle. On attendait une réponse depuis mars, on a pris une décision il y a presque deux mois… pfuuu… voilà bien le genre de dossiers qu’on range délicatement en se disant qu’on aura toute l’énergie qu’il faut pour s’en occuper après l’été.

Bon été, donc, et les affaires reprendront à la rentrée, avec en particulier une réunion prévue les 8 et 9 novembre prochains des responsables des projets déjà existants au niveau national et international : VD 16, EDIT16, GLN 15-16, ISTC, j’espère aussi le projet Renouard, ainsi que des représentants d’équipes de recherche lyonnaises. Réservez les dates si vous vous intéressez aux bibliographies exhaustives rétrospectives électroniques !

un peu de constance ne nuit pas

Ce qui est vraiment difficile, c’est de fixer un mode de description et de s’y tenir. Cela a l’air simple, pourtant. La description des livres, et des livres anciens en particulier, a fait l’objet de tentatives de normalisation depuis deux siècles. Mais comme je l’ai déjà écrit, on se heurte aux différences d’habitude des bibliographes et des bibliothécaires pour les informations de base (titre, auteur), et, par ailleurs, les choses se compliquent lorsqu’on veut aller dans un niveau de détail inhabituel dans les notices catalographiques.

Il faut partir de l’existant : se baser sur l’ISBD(A), et réfléchir aux informations supplémentaires que l’on souhaite ajouter : notices d’autorité (auteur, imprimeur, collaborateurs divers), pièces liminaires, etc.

Mais ce n’est pas si simple, car si l’ISBD(A) paraît d’un usage normal pour un bibliothécaire, il n’en est pas forcément de même pour un bibliographe, qui se posera d’autres questions. Et par ailleurs l’ISBD(A) laisse une certaine liberté au catalogueur, y compris dans sa version française (norme Afnor) actuellement en cours de mise à jour. Et puis on est parfois distrait… on laisse passer quelque chose… on part d’une notice copiée ailleurs et on ne s’aperçoit pas tout de suite qu’elle est incomplète… on oublie de faire tous les renvois vers les formes rejetées, ce qui permettrait à l’utilisateur de trouver ce qu’il cherche…

A l’automne 2009, nous avons défini un modèle de description, très complet. Il prévoit en particulier l’utilisation de nombreuses notices d’autorité destinées à aider à la recherche à l’intérieur de la base.

Bien entendu, nous ne prévoyons pas de remplir chaque notice en entier tout de suite, mais plutôt de les enrichir peu à peu par un travail collaboratif.

Eh bien, 3 mois plus tard, il s’avère qu’on ne l’utilise pas, et si on décide de l’utiliser, c’est de manière incomplète.

Il ne reste plus qu’à reprendre les notices existantes pour les fondre dans ce nouveau modèle, complet, que voici (remarques et critiques sont les bienvenues) :

Description

Commentaire

Bloc 1 : données de gestion

Numéro BEL16

Attribué une fois pour toutes par le système, non modifiable, unique. 1

CHAMP OBLIGATOIRE

Numéro source

Numéro de la notice dans une base d’origine.

CHAMP REPETABLE

Niveau de catalogage

Liste codée : « sommaire », « vérifiée », « validée ».

CHAMP OBLIGATOIRE

Niveau d’enrichissement

Liste codée : « sommaire », « avec autorités ».

CHAMP OBLIGATOIRE

Niveau édition/émission

Codé (édition (par défaut), émission)

Liens vers les autres émissions

Liens cliquables et réciproques. Ne peut être rempli que si le champ ci-dessus = « émission ».

Création par … le …

Champ système.

CHAMP OBLIGATOIRE

Fantôme

Oui/Probable/Non (valeur par défaut). Signifie qu’on considère que l’édition n’a jamais existé. « Probable » est indexé comme « Oui ».

Dernière modification par … le …

Champ système.

CHAMP OBLIGATOIRE

[Liens cliquables vers une autre notice] : nom du lien, numéro BEL16 de la cible.

Vers autre notice d’édition associée, édition partagée, réémission tardive, etc. Données répétables.

[Liens vers les exemplaires]

Bloc 2 : notice abrégée normalisée

Auteur principal

Forme normalisée, avec code de fonction.

CHAMP REPETABLE

Titre uniforme principal

Forme normalisée, avec code de fonction

CHAMP REPETABLE

Titre abrégé

Texte structuré. Titre modernisé…

CHAMP OBLIGATOIRE

Adresse (Lieu : imprimeur/libraire, dates)

Texte structuré. Adresse normalisée, éventuellement restituée entre crochets.

CHAMP OBLIGATOIRE

Date de recherche et de tri

AAAA, AAAA, AAAA… [Toutes dates sont cherchables, la première sert de critère de tri]

Fourchette de datation

AAAA-AAAA

Pour la recherche, cette fourchette est énumérée en dates du début à fin. Exemple : [1561-1563] est indexé comme 1561, 1562, 1563.

Format réel (4°, 8°, etc.) 2

Normalisé, liste de valeurs codées (cf. GLN).

Langue et musique

Saisie codée ISO 639-2, avec un niveau attaché.

1 = langue principale.

2 = langue d’ouvrage multilingue.

3 = langue résiduelle.

Affichée en clair, donnée répétable.

Exemple : français 1 ; latin 3.

Prévoir la langue « mus = musique ».

Contributeurs secondaires

Inclut : auteurs, illustrateurs, gens du livre, y compris les dédicataires.

Forme normalisée (personne + code de fonction).

CHAMP REPETABLE

Références vers un livre numérisé

Permalien cliquable, à poser ici si l’exemplaire numérisé n’est pas identifié.

CHAMP REPETABLE

Bloc 3 : notice descriptive

Titre complet

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, y compris les noms d’auteurs qui y apparaissent, les contractions étant développées, et les i/j, u/v normalisés. Uniquement en minuscules. Pas de saut de ligne.

Adresse complète sur le titre

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions.

Autres adresses

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions, et mention de l’emplacement.

CHAMP REPETABLE

Colophon

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions, et mention de l’emplacement.

Privilège

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions.

[Lien vers le privilège]

Cliquable

CHAMP REPETABLE

Marque typographique

Texte libre. Description, dimensions, références, devise, emplacement.

[Liens vers les images]

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Format | signatures | collation

Texte structuré.

Nombre de feuilles

Numérique 3

Matière codifiée

Donnée codée (liste GLN). CHAMP REPETABLE

Matière

Texte libre. Class. Brunet-Parguez ? Rameau ?

CHAMP REPETABLE 4.

Dates

Dates trouvée, emplacement dans le livre, saisie en ISO 8601 :2000 (format AAAA-MM-JJ)

Notes sur l’édition / l’émission

Texte libre

Bloc 4 : contenu

Pièces liminaires

Texte structuré. Type, emplacement, auteur, début, noms de personnes tels que dans le texte, lieu, dates. Données répétables.

Exemple : Au f. 3v, épître dédicatoire de Marc-Antoine de Muret à Jean de Belleville, signée de Lyon, 13 juillet 1564. A très honoré Seigneur…

Titre de dépouillement musical | Auteur | Forme | Emplacement

Texte structuré.

CHAMP REPETABLE

Exemple : Missa Stephane gloriosa| P. Moulu| Messe 4 v. | f. 2r

La forme normalisée des auteurs sera saisie dans le champ Contributeur secondaire du bloc 2.

Notes sur le contenu

Texte libre.

Bloc 5 : typographie et ornementation

Types de caractères

Texte libre.

Caractères utilisés

Texte libre. Références et pages concernées.

Ornements

Texte libre. Types, emplacement, techniques

[Liens vers le matériel]

Ce champ peut aussi accueillir un lien vers la base Maguelone.

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Illustrations

Texte libre. Type, nombre, emplacement, techniques.

[Liens vers les images]

Ce champ peut aussi accueillir un lien vers la base Maguelone 5.

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Notes sur la typographie et l’ornementation

Texte libre.

Bloc 6 : Références

Références bibliographiques

Champ unique avec toutes les références à la suite, sous la forme Code + page/numéro. Exemple :

BAUDRIER VI, 67 ; CARTIER n° 234.

Le code renvoie à une référence saisie dans la table « Référence » 6.

Liste des exemplaires

Champ temporaire servant à accueillir temporairement les exemplaires saisis sous FMP.

1 Après la suppression d’un doublon, il y aura donc un trou dans la numérotation.

2 Les formats apparents sont notés au niveau de l’exemplaire (en cm).

3 Le nombre de feuilles sert à estimer le travail de composition et de presse. Il peut être déduit du format et de la collation.

4 L’intérêt d’un champ répétable réside dans l’usage de différentes classifications qu’on ne souhaite pas mélanger.

5 http://maguelone.enssib.fr/vignette.php?samesession

6 Il pourrait d’ailleurs être sensitif au curseur. Le code des articles serait sous la forme : AUTEUR AAAA.

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

3e sous-question : les titres

Le 30 janvier avait lieu à Lyon une table ronde organisée par l’association Renaissance, Humanisme, Réforme, consacrée au roman à Lyon au XVIe siècle. Un projet de base de données des romans imprimés à Lyon au XVIe siècle a été présenté, dont j’ai pris connaissance à ce moment-là.

Le cœur du projet est de donner des informations précises sur le contenu des ouvrages: table des matières, voire transcription et/ou édition de certains romans, c’est à dire faire réellement de l’édition (comme Epistemon ?), etc. Cette partie du projet est très intéressante et ses promotrices ont entre autres comme objectif d’aider à connaître la production parfois difficile à trouver dans les catalogues de bibliothèque : titres non fixés, plaquettes parfois mal décrites dans les recueils sont autant d’obstacles qui font disparaître un texte pourtant présent dans les catalogues.

Un des aspects très importants que fait ressortir ce projet est la nécessité d’établir des titres uniformes dans ce domaine particulier du roman. Nous avons  déjà parlé de cette question, et en particulier des FRBR. Et en écoutant la présentation du projet Romans à Lyon, je me suis rendue compte que j’avais mésestimé l’importance du titre uniforme : dans le cas des romans, ce sera le seul moyen de permettre une recherche dans cette catégorie, tant les titres sont fluctuants au XVIe siècle, abandonnant peu à peu la forme médiévale de l’incipit (« Cy s’ensuyt l’histoire… ») au profit du titre moderne (« Flamette »), ou bien découpant ou réunissant des œuvres. J’ai vu donc s’ouvrir devant moi un énorme chantier sous forme de gouffre, pour lequel Bel16 aura certainement besoin de l’aide des littéraires spécialistes du domaine.

Une proposition de Rémi Mathis : un numéro unique d’identification

Dans son blog consacré au patrimoine des bibliothèques, À la toison d’or, Rémi Mathis se pose plein de questions pertinentes sur la coordination internationale dans le domaine de la description des livres anciens dans un billet intitulé : « Pour un identifiant des éditions anciennes« .

La question qu’il pose est essentielle, posant en particulier les limites de la normalisation du catalogage, limites que connaissent tous ceux qui peinent ou échouent à trouver dans un catalogue de bibliothèque un livre qui pourtant s’y trouve. Sa question renvoie à la possibilité de rendre la description des livres conservés dans les bibliothèques plus efficace, plus rapide et plus fiable.

Il fait référence en passant au Short Title Catalog Netherlands, qui n’est pas un catalogue (voir ailleurs sur la différence entre les deux…), mais une bibliographie rétrospective, comme l’annonce d’ailleurs la page d’accueil.

Il me semble que la réponse à ses questions est précisément donnée par les projets actuels de bibliographie rétrospective. En effet, ces dernières, qu’elles soient imprimées ou électroniques, attribuent un numéro à chacune de leurs notices, n’établissant qu’une seule notice pour tous les exemplaires semblables du même livre. Dans l’idéal, elles différencient états, émissions, signalent les éditions partagées et les fausses adresses. On peut le contrôler aisément en allant voir Edit-16 (et c’est là qu’on comprend enfin tout l’intérêt de l’empreinte, moyen de différencier deux états, deux émissions, deux éditions…) ou GLN15-16. Certes, il faudrait s’assurer que ces numéros soient uniques et ne se recouvrent pas : rien de plus facile, si l’on ajoute un préfixe indiquant la provenance. Mais on peut raisonnablement penser qu’à terme :

– tous les livres publiés dans le monde avant 1501 seront décrits dans ISTC et GV, dans GLN15-16, etc.

– tous les livres publiés entre 1501 et 1600

* en Allemagne ou en allemand seront décrits dans VD16 ;

* à Genève, Lausanne et Neuchâtel seront décrits dans GLN15-16 ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN et dans USTC (voir annonce) ;

* en Italie ou en italien seront décrits dans Edit16 ;

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* en France en langue vernaculaire et en latin seront décrits dans la version électronique du French Vernacular Books, dans le futur portail Universal Short Title Catalog de l’université Saint-Andrews (USTC) ;

* à Lyon seront décrits dans Bel16 ;

* à Paris seront décrits d’une manière ou d’une autre dans le « projet Renouard » de la Bibliothèque nationale de France et de la Ville de Paris ;

– tous les livres publiés entre 1601 et 1700

* en Allemagne et en allemand seront décrits dans VD17

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN ;

* en Flandre seront décrits dans le STCV ;

– tous les livres publiés entre 1701 et 1800

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits par le STCN

sans oublier tous les projets pratiquement inconnus :

– tous les livres publiés à Rovereto et Trento jusqu’en 1800 décrits dans Ester

– le « tracker de livres du XVIIIe siècle » de Benjamin F. Pauley

– tous les livres publiés par l’imprimerie Mame de 1796 à 1975 décrits par le projet Mame

– les multiples bibliographies publiées chaque année sous forme papier ; pour prendre un exemple récent, tous les livres publiés à Fribourg entre 1585 et 1816, bibliographie établie par Alain Bosson. N’oublions pas les multiples volumes de la Bibliotheca bibliographia aureliana (de fiabilité variable)…

Bref, si on essayait de faire une vraie liste complète on aurait pas mal de travaux de base, déjà faits, à disposition.

SI on essayait de faire une liste complète, on trouverait de l’aide dans  l’identification des livres imprimés anciens de Magali Vène, ou dans le blog Early modern online bibliography… et il faudrait recevoir de l’aide d’une manière très large (les commentaires sont ouverts…)

Il serait donc, à mon avis, assez aisé de rattacher des notices catalographiques à une notice mère de référence (en mettant un lien dans la notice), chaque notice catalographique ne décrivant au fond qu’un exemplaire spécifique… cela améliorerait en passant une des grandes faiblesses des bibliographies, qui est la description des exemplaires, absente ou réduite au nom de la bibliothèque qui le conserve et à sa cote. L’avantage des bibliographies électroniques est qu’on peut les compléter et les corriger, chaque fois qu’on découvre un nouvel état, une émission… comme c’est arrivé il y a quelques jours à la bibliothèque Méjanes pour une édition de Calvin, qui a été signalée à Jean-François Gilmont, l’auteur de GLN 15-16.

Mais qui pourrait faire ça?

Rémi Mathis pensait à la section des manuscrits et livres rares de l’IFLA. Le projet est peut-etre un peu gros pour cette section bien petite et inactive. Ou alors en collaboration avec la section bibliographie?

Autre solution : commencer par une candidature à un financement européen, en réunissant un certain nombre de grandes bibliothèques européennes? Se rapprocher de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche (LIBER)?

Je reste à l’écoute d’avis et de commentaires.

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

1e sous question :

comment saisir les informations présentes sur le livre

le contenu de la page de titre

Cette partie n’a rien d’évident car les deux responsables du projet viennent de traditions différentes, celle de la bibliographie d’un côté, celle des bibliothèques de l’autre.

Elle sous-entend une autre question sur laquelle je reviendrai, et que nous avons définitivement tranchée. Dans la question générale « quel projet pour quels apports scientifiques et quels publics ? », il fallait se poser la question de la composition des notices, et en particulier du modèle des Short Title Catalogs. Nous avons décidé de ne pas faire un STC, pour diverses raisons que j’essaierai de mettre en ordre bientôt.

Pour le livre lyonnais du XVIe siècle, nous avions deux exemples sous les yeux : celle de la Bibliographie lyonnaise d’Henri Baudrier, et celle des volumes concernant Lyon rédigés par Sybille von Gültlingen pour le Bibliotheca bibliographica aureliana.

Baudrier avait choisi la notice diplomatique, reproduisant les capitales, les choix de casse, indiquant les coupures de ligne et la présence de décorations.

S. V. Gültlingen propose des notices de plusieurs types, soit des notices diplomatiques, soit des notices abrégées. ces abréviations concernent parfois le début du titre, lorsque celui-ci concerne le nom de l’auteur. Ainsi un titre commençant par Marci Tullii Ciceronis opera philosophica apparaîtra sous la forme : Opera philosophica, précédé dun nom de l’auteur sous une forme moderne (notice d’autorité précédent le titre).

Nous nous sommes donc aperçus d’abord que ce qui était évident pour l’un de nous ne l’était pas pour l’autre, et nous avons réfléchi aux besoins des utilisateurs (ces réflexions seront réunies dans un autre post).

Pour moi, il était évident que nous devions recopier in extenso le contenu de la page de titre tel qu’il apparaît sur le livre, ces informations étant ensuite complétées par un certain nombre d’informations normalisées et notices d’autorité destinées à donner des informations supplémentaires et à aider aux recherches à l’intérieur du catalogue.

Nous avons donc étudié la norme internationale de description du livre ancien, l’ISBD(A), et nous sommes partis de là en enrichissant grâce à l’utilisation de champs supplémentaires comme par exemple ceux qui donnent les titres normalisés ou abrégés.

Bien longtemps plus tard, il y a quelques jours, Michel Fingerhut, trouvant que l’ISBD a ses limites, m’a interrogée pour savoir si nous avions regardé du côté des frbr, en particulier pour la question d’un titre unique pour une œuvre connue sous plusieurs noms.

C’est quelque chose que nous avons fait effectivement pour certains titres, mais pas pour tous, ni de façon très poussée pour ce qui concerne les ensembles de titres, qui peuvent être mouvants : par exemple, Cicéron, œuvres philosophiques. Les concepteurs des frbr sont en effet loin d’avoir inventé cette idée.

Que penser de l’idée de l’appliquer à toutes les notices? cela me semble illusoire car trop lourd, concernant de nombreux textes de l’Antiquité, mais aussi des textes de littérature du XVIe siècle, toutes catégories pour lesquelles il n’est pas si facile d’identifier un titre de forme, ni même de savoir en quelle langue le mettre (pour les auteurs grecs par exemple). La réflexion reste à mener et je pense qu’il nous faudra y revenir pour certains types de textes, et en particulier pour les recueils : indiquer systématiquement le titre de toutes les œuvres comprises dans des recueils et des œuvres complètes, par exemple.

Je ne sais pas du tout s’il y a des réflexions en cours dans le domaine du livre ancien sur l’utilisation des frbr, mais je suis très intéressée.

RM