Bel 16, on avance

Bien que ralenti, Bel 16 avance toujours. William Kemp continue à établir le catalogue d’imprimeurs. Il a lancé des recherches pour la mise en ligne de la base.

Un autre essai de mise en ligne grandeur nature est mené par e-corpus, dont la structure souple, entièrement en XML, devrait permettre d’accueillir les notices de Bel16 sans les modifier et offrir surtout des modes de recherche adaptés à tous les publics.

Des mémoires ont été soutenus récemment : ceux d’Oliver Wagner, consacré aux éditions juridiques à Lyon au seizième siècle, et de Marie-Dominique Tamet, sur les Senneton éditeurs à Lyon, sont déjà en ligne dans la bibliothèque numérique de l’enssib.

Nouveauté, le projet BIBLYON, qui vise à réunir les recherches menées en histoire de la littérature, histoire du livre et histoire de l’art à Lyon, a désormais son site propre, et surtout une bibliographie. Celle-ci est encore en cours de constitution, n’hésitez pas à nous signaler des références qui manqueraient !

journée d’études : Les projets de bibliographie du livre ancien à l’époque du numérique : méthodes et réseaux

8 et 9 novembre 2010, enssib

Cette journée d’études a pour objectif d’aider les responsables de projets de bibliographie ou d’étude de corpus d’éditions des débuts de l’époque moderne et les centres de recherche à réfléchir à des collaborations possibles, dans le domaine scientifique, technique et financier.

8 novembre, 13h30-18h.

9 novembre, 9h-13h15.

Ont déjà accepté de participer :

Michèle Clément, Université Lyon 2-Grac/UMR histoire de la pensée classique, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en littérature.

Claudia Fabian, directrice du département des manuscrits et livres rares de la Bayerische Staatsbibliothek München, pour VD16 (bibliographie des éditions allemandes et en allemand du seizième siècle)

Erik Geleijns, de la Koninklijke Bibliotheek, La Haye, pour le STCN (bibliographie des livres néerlandais 1540-1800)

Jean-François Gilmont, Université de Louvain, Académie royale de Belgique, responsable scientifique de GLN 15-16 qui couvre les livres imprimés ou édités à Genève, Lausanne et Neuchâtel.

John Goldfinch, ISTC-British Library, pour présenter le fonctionnement en réseau, au niveau international, de l’Incunabula Short-Title Catalog, catalogue mondial des incunables.

Michel Jourde, ENS de Lyon-Cerphi/UMR histoire de la pensée classique, pour parler du travail de l’équipe qu’il a réunie sur l’imprimeur Jean de Tournes.

Isabelle Le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France, pour établir les conclusions de la journée.

Claudia Leoncini, ICCU, pour EDIT16, bibliographie des livres publiés en Italie ou en italien au seizième siècle.

Philippe Martin, Université de Lyon2-Larhra, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en histoire.

Pascale Mounier, pour présenter le projet d’analyse des romans lyonnais du seizième siècle, qui s’appuiera sur Bel16 et lui apportera un complément scientifique très riche.

Andrew Pettigree, Université Saint-Andrews, responsable du projet USTC, qui a pour objectif de donner accès dans un seul portail à l’intégralité des ouvrages publiés au seizième siècle.

Dominique Varry, enssib-centre Gabriel Naudé, pour rappeler les apports de la bibliographie matérielle

Magali Vène, de la Réserve des livres rares, Bibliothèque nationale de France, pour présenter les évolutions en cours du projet Renouard, consacré aux imprimeurs-libraires parisiens du seizième siècle.

Voir le programme dans calenda.


Une proposition de Rémi Mathis : un numéro unique d’identification

Dans son blog consacré au patrimoine des bibliothèques, À la toison d’or, Rémi Mathis se pose plein de questions pertinentes sur la coordination internationale dans le domaine de la description des livres anciens dans un billet intitulé : « Pour un identifiant des éditions anciennes« .

La question qu’il pose est essentielle, posant en particulier les limites de la normalisation du catalogage, limites que connaissent tous ceux qui peinent ou échouent à trouver dans un catalogue de bibliothèque un livre qui pourtant s’y trouve. Sa question renvoie à la possibilité de rendre la description des livres conservés dans les bibliothèques plus efficace, plus rapide et plus fiable.

Il fait référence en passant au Short Title Catalog Netherlands, qui n’est pas un catalogue (voir ailleurs sur la différence entre les deux…), mais une bibliographie rétrospective, comme l’annonce d’ailleurs la page d’accueil.

Il me semble que la réponse à ses questions est précisément donnée par les projets actuels de bibliographie rétrospective. En effet, ces dernières, qu’elles soient imprimées ou électroniques, attribuent un numéro à chacune de leurs notices, n’établissant qu’une seule notice pour tous les exemplaires semblables du même livre. Dans l’idéal, elles différencient états, émissions, signalent les éditions partagées et les fausses adresses. On peut le contrôler aisément en allant voir Edit-16 (et c’est là qu’on comprend enfin tout l’intérêt de l’empreinte, moyen de différencier deux états, deux émissions, deux éditions…) ou GLN15-16. Certes, il faudrait s’assurer que ces numéros soient uniques et ne se recouvrent pas : rien de plus facile, si l’on ajoute un préfixe indiquant la provenance. Mais on peut raisonnablement penser qu’à terme :

– tous les livres publiés dans le monde avant 1501 seront décrits dans ISTC et GV, dans GLN15-16, etc.

– tous les livres publiés entre 1501 et 1600

* en Allemagne ou en allemand seront décrits dans VD16 ;

* à Genève, Lausanne et Neuchâtel seront décrits dans GLN15-16 ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN et dans USTC (voir annonce) ;

* en Italie ou en italien seront décrits dans Edit16 ;

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* en France en langue vernaculaire et en latin seront décrits dans la version électronique du French Vernacular Books, dans le futur portail Universal Short Title Catalog de l’université Saint-Andrews (USTC) ;

* à Lyon seront décrits dans Bel16 ;

* à Paris seront décrits d’une manière ou d’une autre dans le « projet Renouard » de la Bibliothèque nationale de France et de la Ville de Paris ;

– tous les livres publiés entre 1601 et 1700

* en Allemagne et en allemand seront décrits dans VD17

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN ;

* en Flandre seront décrits dans le STCV ;

– tous les livres publiés entre 1701 et 1800

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits par le STCN

sans oublier tous les projets pratiquement inconnus :

– tous les livres publiés à Rovereto et Trento jusqu’en 1800 décrits dans Ester

– le « tracker de livres du XVIIIe siècle » de Benjamin F. Pauley

– tous les livres publiés par l’imprimerie Mame de 1796 à 1975 décrits par le projet Mame

– les multiples bibliographies publiées chaque année sous forme papier ; pour prendre un exemple récent, tous les livres publiés à Fribourg entre 1585 et 1816, bibliographie établie par Alain Bosson. N’oublions pas les multiples volumes de la Bibliotheca bibliographia aureliana (de fiabilité variable)…

Bref, si on essayait de faire une vraie liste complète on aurait pas mal de travaux de base, déjà faits, à disposition.

SI on essayait de faire une liste complète, on trouverait de l’aide dans  l’identification des livres imprimés anciens de Magali Vène, ou dans le blog Early modern online bibliography… et il faudrait recevoir de l’aide d’une manière très large (les commentaires sont ouverts…)

Il serait donc, à mon avis, assez aisé de rattacher des notices catalographiques à une notice mère de référence (en mettant un lien dans la notice), chaque notice catalographique ne décrivant au fond qu’un exemplaire spécifique… cela améliorerait en passant une des grandes faiblesses des bibliographies, qui est la description des exemplaires, absente ou réduite au nom de la bibliothèque qui le conserve et à sa cote. L’avantage des bibliographies électroniques est qu’on peut les compléter et les corriger, chaque fois qu’on découvre un nouvel état, une émission… comme c’est arrivé il y a quelques jours à la bibliothèque Méjanes pour une édition de Calvin, qui a été signalée à Jean-François Gilmont, l’auteur de GLN 15-16.

Mais qui pourrait faire ça?

Rémi Mathis pensait à la section des manuscrits et livres rares de l’IFLA. Le projet est peut-etre un peu gros pour cette section bien petite et inactive. Ou alors en collaboration avec la section bibliographie?

Autre solution : commencer par une candidature à un financement européen, en réunissant un certain nombre de grandes bibliothèques européennes? Se rapprocher de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche (LIBER)?

Je reste à l’écoute d’avis et de commentaires.

Que peut apporter Bel16?

La question rejoint la question « à quoi sert la bibliographie ». Des projets de bibliographie en cours, comme par exemple USTC, se donnent pour objectif de décrire la production imprimée d’une région, ou d’un certain type, rapidement. Pour ce faire, le meilleur moyen est de récupérer des notices déjà existantes. Que sont ces notices existantes? Elles peuvent être essentiellement de deux types.

  • il peut s’agir de notices catalographiques : ces notices viennent de catalogues de bibliothèques. Or, les catalogues de bibliothèques présentent plusieurs risques. Tout d’abord, ils peuvent avoir été établis récemment sous forme informatique, ou avoir été informatisés à partir de notices papier (c’est la rétroconversion ou conversion rétrospective). Quels sont les risques? Ces notices peuvent avoir été établies par un bibliothécaire spécialiste, ou par une personne qui ne maîtrisait pas l’histoire du livre. Par ailleurs, pour des raisons d’efficacité, la plupart du temps établir une notice ne s’accompagne pas de vérifications bibliographiques pointues. Cela consiste essentiellement en recopier la page de titre et établir la description matérielle. Ainsi, si la page de titre indique « Lyon », la notice indiquera que le livre a été imprimé à Lyon même si c’est faux. Autre risque : pour établir la notice, on a copié la notice d’une autre bibliothèque, sans voir qu’il ne s’agit pas tout à fait du même livre : émission ou même réédition, format différents… Dans ce cas, l’exemplaire a été vu par la personne qui a établi la description mais celle-ci n’a été établie que dans le but d’assurer la localisation de l’ouvrage ; elle n’a pas les garanties d’exactitude que l’on peut attendre en établissant une bibliographie aujourd’hui.
  • il peut s’agir de notices bibliographiques : elles sont tirées de bibliographies existantes. Là aussi, tout dépend de la bibliographie. Il faut savoir si le bibliographe a établi sa notice en menant à bien toutes les vérifications nécessaires afin d’assurer l’exactitude et la complétude des informations fournies, ou s’il a parfois (mais sans le dire) copié des notices catalographiques non vérifiées. Il faut savoir s’il a vu au moins un exemplaire, fait toutes les vérifications nécessaires et n’a pas fait preuve de trop d’enthousiasme : par exemple en traduisant en français un nom latinisé sans vérifier, ce qui peut entraîner des erreurs, pas vraiment anodines.

La récupération de notices n’est donc qu’une étape, et ces notices récupérées ne peuvent pas être considérées comme toutes fiables à priori. Elles demandent un certain nombre de vérifications destinées à en assurer la fiabilité scientifique. Ces vérifications se mènent en premier lieu sur des informations de seconde main : travaux de recherches essentiellement, dont on doit mener le dépouillement extensif. C’est parfois difficile, tout n’est pas aisément disponible. Il faut ensuite voir des exemplaires, en étant parfois suffisamment spécialiste du domaine pour s’apercevoir de la présence d’une fausse adresse. Dans l’idéal, il faut même voir plusieurs exemplaires.

BEL16 a pour objectif essentiellement, à travers la constitution d’une bibliographie exhaustive rétrospective, d’apporter des informations fiables et vérifiées pour construire un corpus scientifique auquel les chercheurs peuvent faire confiance. Cela entraîne de nombreuses vérifications des informations que nous recueillons. En fait, le fait que le projet soit électronique ne nous dispense pas de l’exigence d’excellence d’un travail scientifique ambitieux.

journée d’études sur la bibliographie VD 17

Je signale un symposium international consacré à la bibliographie VD17, mené par la Bayerische Staatsbibliothek de Munich et consacré à la description des livres publiés en Allemagne ou en allemand au XVIIe siècle.

Il aura lieu à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich les 27 et 28 octobre prochains.

Malheureusement, je ne pourrai pas y aller. Dommage, car les journées d’études sur les projets de bibliographie rétrospective, ça n’arrive pas tous les jours.
Informations :

http://www.bsb-muenchen.de/Einzeldarstellung.408+M556df96ce9f.0.html

La question des exemplaires

Un ami, grand spécialiste du livre lyonnais, nous interpelle par mail au sujet de la question des exemplaires, car il lui semble que nous avons montré peu d’intérêt pour la question. Or, nous avons commencé nos réflexions par le début, la notice bibliographique avant la notice d’exemplaire qui lui sera liée…

Voilà une question qui nous préoccupe, et qui est un exemple intéressant des différences de culture et de traduction entre plusieurs métiers : en l’occurrence, une fois encore, bibliographes et bibliothécaires.

Un catalogue de bibliothèque, conçu pour indiquer si la bibliothèque conserve un document précis et où, indique nécessairement les exemplaires : au moins la cote, le lieu de conservation (une bibliothèque, un département spécifiques).

Les bibliographies portent généralement peu d’attention aux exemplaires : au mieux une liste indique les exemplaires localisés, généralement sans la cote et sans indication précise sur l’exemplaire lui-même.

Or les spécialistes de bibliographie matérielle, et même de nombreux chercheurs qui s’intéressent à la question, savent que pour décrire un livre, il est préférable de voir plusieurs exemplaires. Par ailleurs, une de nos préoccupations principales étant celle du public auquel s’adresse notre travail, l’importance des exemplaires est cruciale dans ce cadre : car leur description est indispensable à tous ceux qui travaillent sur la réception et l’utilisation des oeuvres, sur l’histoire des collections et des bibliothèques, et bien d’autres domaines pour lesquels les particularités d’exemplaire sont une source importante.

Les deux (catalogue et bibliographie) ne sont pas toujours incompatibles : je prendrai pour exemple le monumental et exemplaire livre intitulé The Aldine Press: Catalogue of the Ahmanson-Murphy Collection of Books by or Relating to the Press in the Library of the University of California, Los Angeles, Incorporating Works Recorded Elsewhere : ce livre, consacré à l’intégralité de la production des Manuce, et constitué à partir de la collection Ahmanson-Murphy de la Charles E. Young Library (UCLA),  donne une description très précise des exemplaires permettant d’identifier les différences d’émission et les particularités d’exemplaire : reliure, provenance, marques d’utilisation…

Il décrit en détail les éditions dont un exemplaire au moins est présent dans la Charles E. Young Library à UCLA, mais il décrit aussi, un peu plus succinctement, les éditions dont ils n’ont pas d’exemplaire ; les auteurs ont ajouté aussi les livres édités pendant deux ans par Paul Manuce pour l’Accademia veneta, fournissant ainsi une bibliographie précise et détaillée des livres édités par les Manuce. Bon, en cherchant un peu, on peut bien y trouver une erreur, mais la description des éditions aldines, aujourd’hui, c’est fait : c’est dans ce catalogue.

En revanche, quand j’ai demandé si ces notices parfaites avaient été reversées dans le catalogue en ligne de la bibliothèque, on n’a pas compris ma question (mais mon anglais n’est pas terrible).

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

2e sous question : La description des éditions : les informations nécessaires

copie exacte de la page de titre

Certains bibliographes s’interrogent sur l’utilité de la copie exacte de la page de titre, qui donne des indications difficiles à comprendre et déchiffrer, et incomplètes. Une fois encore, il faut se poser avant tout la question du type d’utilisateurs de ces notices. Pour moi, cette copie est utile et nécessaire, oui, suffisante non. L’utilité principale tient dans l’aide à l’identification d’un exemplaire : un chercheur, un bibliothécaire qui a un livre en main et cherche à savoir de quelle édition il s’agit. Il a donc besoin d’effectuer des comparaisons. Dans ce cas, une notice incomplète, dans laquelle il manque par exemple les premiers mots du titre (cela arrive!), ou bien la fin d’un long titre, rend impossible l’identification. C’est particulièrement flagrant pour des livres très souvent édités, comme Cicéron par exemple. Etablir une notice en enlevant les 3 premiers mots, « Marci Tullii Ciceronis », empêche donc l’identification et rend la bibliographie inutilisable pour une catégorie d’utilisateurs.

informations à ajouter

* nom de l’auteur et auteurs secondaires

Ces derniers n’apparaissent pas toujours sur la page de titre, ou bien à l’inverse un auteur affiché sur la page de titre n’est pas intervenu dans le livre. Quelle utilité ? Tout d’abord, différencier une édition d’une autre. Prenons le cas de Sébastien Gryphe, qui imprime tous les ans plusieurs livres de Cicéron : il réimprime régulièrement les mêmes textes, mais établis par des humanistes différents. La plupart du temps, le nom de l’éditeur scientifique n’apparaît pas au titre, et la lecture de celui-ci ne nous donne pas assez d’informations. Impossible de savoir de quel texte il s’agit, celui de Hegendorf, celui de Vettori, celui de Melanchthon…

Ainsi, dans le livre suivant : M.T. Ciceronis opera, ex Petri Victorii castigationibus, his accesserunt castigationum eiusdem Victorii explicationes, ac Joachimi Camerarii Pabenbergensis annotationes, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, [16], 742 p. : il n’y a aucune intervention de Joachim Camerarius dans le livre…

* contenu des pièces liminaires

C’est un des moyens de différencier des éditions, et en particulier d’identifier une nouvelle édition qui n’est pas une simple réimpression, ou de connaître le contenu d’un livre sans même avoir à l’ouvrir. Suffit-il de donner le titre et le nom de l’auteur, et dans le cas le plus fréquent, celui du destinataire de l’épître dédicatoire ? L’information est insuffisante, en voici quelques exemples :

1/ Paul Manuce éditeur de Cicéron.

En 1533, en commençant sa carrière, Paul Manuce édite les Lettres familières de Cicéron. Il est à la fois l’éditeur et l’éditeur scientifique, et dédicace son édition à Maffeo Leoni. Il réédite à plusieurs reprises ce livre. La réédition de 1540 contient aussi une épître à Maffeo Leoni, mais ce n’est pas la même : il en a écrit une nouvelle. La réédition de 1546 ne contient aucune des deux épîtres mais deux brèves adresses aux lecteurs érudits. Donc il faut non seulement indiquer la présence des pièces liminaires, préciser de quoi il s’agit, mais donner aussi l’incipit, les premiers mots du texte.

2/ Deux livres en un.

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Lugduni, apud Antonium Vincentium, [Excudebat Symphorianus Barbierus], 1562, 8°, 700 p.

Le titre laisse penser qu’il s’agit d’une réimpression d’un livre édité pour la première fois chez les Giunti de Venise en 1536, et réédité à Paris en 1538, puis à Bâle et Lyon en 1540 :

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Venetiis, [in Officina Lucæantonii Iuntæ Florentini], 1536 [1537 Mense Ianuario], 2°, 79 f. + 1 f. de corrections
f. 2. « Petrus Victorius Bartholomeo Cavalcanti suo s. ». Inc. « Veram semper esse putaui… ».
f. 79 v. « Ad Lectorem » Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Parisiis, ex officina Roberti Stephani, 1538, 158 p.
« Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
p. 141. « Ad Lectorem », Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… » ; « Attende autem lector an posteriores nostrae cogitationes… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Basileæ in officina Hervagiana, 1540, 124 p.
« Petri Victorii Bartholomaeo Cavalcanti suo, s. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
« Ad Lectorem ». Inc. « Haec sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem Castigationum, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, 553, [12] p.

p. 3. « Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ». L’épître au lecteur de l’édition de 1536 est répétée aussi p. 549.

Mais sans avoir à ouvrir l’édition de 1562, la description des pièces liminaires permet de savoir qu’elle contient un autre livre, non indiqué au titre : il s’agit d’un petit livre publié pour la première fois à Lyon en 1542 :

Posteriores Petri Victorii castigationes in Epistolas, quas uocant Familiares, Luguduni [sic], apud Seb. Gryphium, 1541, 8°, 132, [4] p. Pièces liminaires :
p. 3. « Victorius Campano sal. » « Huiusmodi est studium illud… ». 8 septembre 1540.
p. 7. « Gryphius lectori ».

Voici donc la description des pièces liminaires de l’édition de 1562, dont une partie des exemplaires porte l’adresse « apud J. Frellonium ».  :
« Petrus Victorius Bartholomaœ Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ».
p. 549. « Ad lectorem ». Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».
p. 568. « Victorius Campano sal. ». Inc. « Huiusmodi est studium illud, cui nos… ».

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

1e sous question :

comment saisir les informations présentes sur le livre

le contenu de la page de titre

Cette partie n’a rien d’évident car les deux responsables du projet viennent de traditions différentes, celle de la bibliographie d’un côté, celle des bibliothèques de l’autre.

Elle sous-entend une autre question sur laquelle je reviendrai, et que nous avons définitivement tranchée. Dans la question générale « quel projet pour quels apports scientifiques et quels publics ? », il fallait se poser la question de la composition des notices, et en particulier du modèle des Short Title Catalogs. Nous avons décidé de ne pas faire un STC, pour diverses raisons que j’essaierai de mettre en ordre bientôt.

Pour le livre lyonnais du XVIe siècle, nous avions deux exemples sous les yeux : celle de la Bibliographie lyonnaise d’Henri Baudrier, et celle des volumes concernant Lyon rédigés par Sybille von Gültlingen pour le Bibliotheca bibliographica aureliana.

Baudrier avait choisi la notice diplomatique, reproduisant les capitales, les choix de casse, indiquant les coupures de ligne et la présence de décorations.

S. V. Gültlingen propose des notices de plusieurs types, soit des notices diplomatiques, soit des notices abrégées. ces abréviations concernent parfois le début du titre, lorsque celui-ci concerne le nom de l’auteur. Ainsi un titre commençant par Marci Tullii Ciceronis opera philosophica apparaîtra sous la forme : Opera philosophica, précédé dun nom de l’auteur sous une forme moderne (notice d’autorité précédent le titre).

Nous nous sommes donc aperçus d’abord que ce qui était évident pour l’un de nous ne l’était pas pour l’autre, et nous avons réfléchi aux besoins des utilisateurs (ces réflexions seront réunies dans un autre post).

Pour moi, il était évident que nous devions recopier in extenso le contenu de la page de titre tel qu’il apparaît sur le livre, ces informations étant ensuite complétées par un certain nombre d’informations normalisées et notices d’autorité destinées à donner des informations supplémentaires et à aider aux recherches à l’intérieur du catalogue.

Nous avons donc étudié la norme internationale de description du livre ancien, l’ISBD(A), et nous sommes partis de là en enrichissant grâce à l’utilisation de champs supplémentaires comme par exemple ceux qui donnent les titres normalisés ou abrégés.

Bien longtemps plus tard, il y a quelques jours, Michel Fingerhut, trouvant que l’ISBD a ses limites, m’a interrogée pour savoir si nous avions regardé du côté des frbr, en particulier pour la question d’un titre unique pour une œuvre connue sous plusieurs noms.

C’est quelque chose que nous avons fait effectivement pour certains titres, mais pas pour tous, ni de façon très poussée pour ce qui concerne les ensembles de titres, qui peuvent être mouvants : par exemple, Cicéron, œuvres philosophiques. Les concepteurs des frbr sont en effet loin d’avoir inventé cette idée.

Que penser de l’idée de l’appliquer à toutes les notices? cela me semble illusoire car trop lourd, concernant de nombreux textes de l’Antiquité, mais aussi des textes de littérature du XVIe siècle, toutes catégories pour lesquelles il n’est pas si facile d’identifier un titre de forme, ni même de savoir en quelle langue le mettre (pour les auteurs grecs par exemple). La réflexion reste à mener et je pense qu’il nous faudra y revenir pour certains types de textes, et en particulier pour les recueils : indiquer systématiquement le titre de toutes les œuvres comprises dans des recueils et des œuvres complètes, par exemple.

Je ne sais pas du tout s’il y a des réflexions en cours dans le domaine du livre ancien sur l’utilisation des frbr, mais je suis très intéressée.

RM

mise à disposition d’une bibliographie

J’ai ouvert sur le site une page bibliographie destinée à signaler les livres ou articles portant dans un premier temps sur le livre lyonnais au XVIe siècle, car les travaux sont souvent très dispersés et pas toujours aisés à trouver. N’hésitez pas à signaler les publications récentes pourtant sur le sujet ou le traitant en partie.

RM

Le projet Bel

Le projet Bel consiste dans l’établissement de la bibliographie rétrospective exhaustive des livres imprimés à Lyon entre 1501 et 1600.

Les objectifs sont les suivants :

– compléter les connaissances actuelles au fur et à mesure des découvertes d’éditions inconnues

– compléter les identifications incomplètes de livres auxquels manque l’indication de l’imprimeur, de la date ou de la ville, en offrant des possibilités de comparaison entre livres. Un des moyens sera l’établissement d’une base de matériel typographique utilisé à cette époque, sans doute ajoutée à la base Maguelone jusqu’ici consacrée au XVIIIe siècle : http://maguelone.enssib.fr

– aider les recherches en cours sur l’histoire de l’illustration à cette période

– multiplier les possibilités de recherche afin d’être utile à un grand nombre de chercheurs : bibliographes et historiens du livre mais aussi littéraires, historiens d’art, spécialistes de l’histoire de l’éducation, de la culture… avec une attention particulière portée aux chercheurs débutants ou peu habitués aux difficultés d’étude du livre ancien.

Nos réflexions portent donc sur tous ces domaines et seront réunies sur ce texte.

Le projet a été lancé par William Kemp, qui assure l’enrichissement de la base en collaboration avec Raphaële Mouren, qui suit avec lui les questions scientifiques et techniques.

Il est entrepris et mené à bien au sein du centre Gabriel Naudé, équipe de recherche de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, en collaboration avec des enseignants-chercheurs de l’Université Louis-Lumière Lyon 2.