Bel 16, on avance

Bien que ralenti, Bel 16 avance toujours. William Kemp continue à établir le catalogue d’imprimeurs. Il a lancé des recherches pour la mise en ligne de la base.

Un autre essai de mise en ligne grandeur nature est mené par e-corpus, dont la structure souple, entièrement en XML, devrait permettre d’accueillir les notices de Bel16 sans les modifier et offrir surtout des modes de recherche adaptés à tous les publics.

Des mémoires ont été soutenus récemment : ceux d’Oliver Wagner, consacré aux éditions juridiques à Lyon au seizième siècle, et de Marie-Dominique Tamet, sur les Senneton éditeurs à Lyon, sont déjà en ligne dans la bibliothèque numérique de l’enssib.

Nouveauté, le projet BIBLYON, qui vise à réunir les recherches menées en histoire de la littérature, histoire du livre et histoire de l’art à Lyon, a désormais son site propre, et surtout une bibliographie. Celle-ci est encore en cours de constitution, n’hésitez pas à nous signaler des références qui manqueraient !

journée d’études : Les projets de bibliographie du livre ancien à l’époque du numérique : méthodes et réseaux

8 et 9 novembre 2010, enssib

Cette journée d’études a pour objectif d’aider les responsables de projets de bibliographie ou d’étude de corpus d’éditions des débuts de l’époque moderne et les centres de recherche à réfléchir à des collaborations possibles, dans le domaine scientifique, technique et financier.

8 novembre, 13h30-18h.

9 novembre, 9h-13h15.

Ont déjà accepté de participer :

Michèle Clément, Université Lyon 2-Grac/UMR histoire de la pensée classique, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en littérature.

Claudia Fabian, directrice du département des manuscrits et livres rares de la Bayerische Staatsbibliothek München, pour VD16 (bibliographie des éditions allemandes et en allemand du seizième siècle)

Erik Geleijns, de la Koninklijke Bibliotheek, La Haye, pour le STCN (bibliographie des livres néerlandais 1540-1800)

Jean-François Gilmont, Université de Louvain, Académie royale de Belgique, responsable scientifique de GLN 15-16 qui couvre les livres imprimés ou édités à Genève, Lausanne et Neuchâtel.

John Goldfinch, ISTC-British Library, pour présenter le fonctionnement en réseau, au niveau international, de l’Incunabula Short-Title Catalog, catalogue mondial des incunables.

Michel Jourde, ENS de Lyon-Cerphi/UMR histoire de la pensée classique, pour parler du travail de l’équipe qu’il a réunie sur l’imprimeur Jean de Tournes.

Isabelle Le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France, pour établir les conclusions de la journée.

Claudia Leoncini, ICCU, pour EDIT16, bibliographie des livres publiés en Italie ou en italien au seizième siècle.

Philippe Martin, Université de Lyon2-Larhra, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en histoire.

Pascale Mounier, pour présenter le projet d’analyse des romans lyonnais du seizième siècle, qui s’appuiera sur Bel16 et lui apportera un complément scientifique très riche.

Andrew Pettigree, Université Saint-Andrews, responsable du projet USTC, qui a pour objectif de donner accès dans un seul portail à l’intégralité des ouvrages publiés au seizième siècle.

Dominique Varry, enssib-centre Gabriel Naudé, pour rappeler les apports de la bibliographie matérielle

Magali Vène, de la Réserve des livres rares, Bibliothèque nationale de France, pour présenter les évolutions en cours du projet Renouard, consacré aux imprimeurs-libraires parisiens du seizième siècle.

Voir le programme dans calenda.


Réflexions en cours : la mise en ligne

Les moyens de mettre en ligne une base de données complexe ne sont pas si nombreux. L’enssib a demandé une aide extérieure pour identifier ses besoins et les choix possibles. La société Six et Dix a répondu et mené à bien l’étude.

La partie consistant à étudier les possibiliés réelles de mise en ligne s’est révélée bien plus longue que prévu. En effet, après avoir concocté un très léger cahier des charges exposant les besoins et les demandes de Bel16, on l’a envoyé à diverses sociétés ou partenaires possibles.

Tout d’abord, signalons que la possibilité d’utiliser un SIGB a été écartée dès le début : les fiches que nous souhaitons proposer à terme pour chaque ouvrage publié à Lyon au seizième siècle sont très enrichies et le format Marc n’y correspondait pas.

Ont été contactées :

– deux sociétés spécialisées dans la conception des bases de données. Elles ont envoyé des devis tournant plus ou moins autour de 100 000 euros.

– deux sociétés spécialisées dans l’adaptation de logiciels libres. Malgré plusieurs relances, elles n’ont jamais répondu, ce que nous avons analysé comme le signe du peu d’intérêt que nous représentions pour ces sociétés, qui avaient peu de chances de réutiliser le travail qu’elles auraient fait pour nous.

– les responsables scientifiques ou exécutifs de deux projets très semblables au nôtre. Pour le premier projet, aussi bien le concepteur que les propriétaires de la base de mise en ligne ont sur le champ accepté que nous utilisons leur travail, gratuitement pour une partie, dans des conditions financières qui restent à fixer pour l’autre partie. Le responsable exécutif  du second projet a été rencontré en personne, a montré son enthousiasme, mais, après réception du cahier des charges et la demande d’une réponse écrite, n’a même pas pris la peine d’accuser réception, malgré des relances.

Au bout de six mois d’attente vaine d’une réponse pour 3 des 6 possibilités envisagées, un comité de pilotage a tranché au début du mois de juin entre les 3 possibilités, qui sont donc :

– deux possibilités à 100 000 euros où tout reste à faire

– une possibilité fonctionnant déjà depuis plusieurs années, à moitié gratuite et à moitié sans doute payante à un prix forfaitaire bien inférieur.

Je vous laisse deviner…

En guise de post -scriptum : à la suite d’échanges de mails sur un autre sujet, une proposition est arrivée le 22 juillet du responsable scientifique du deuxième projet déjà existant que nous avions contacté en mars, qui ne répond pas à notre demande mais propose une collaboration d’un type assez différent, et a spécifié que pour travailler avec lui, nous devrions changer s’il le fallait les 7 000 notices déjà établies pour les adapter à son modèle. On attendait une réponse depuis mars, on a pris une décision il y a presque deux mois… pfuuu… voilà bien le genre de dossiers qu’on range délicatement en se disant qu’on aura toute l’énergie qu’il faut pour s’en occuper après l’été.

Bon été, donc, et les affaires reprendront à la rentrée, avec en particulier une réunion prévue les 8 et 9 novembre prochains des responsables des projets déjà existants au niveau national et international : VD 16, EDIT16, GLN 15-16, ISTC, j’espère aussi le projet Renouard, ainsi que des représentants d’équipes de recherche lyonnaises. Réservez les dates si vous vous intéressez aux bibliographies exhaustives rétrospectives électroniques !

Une proposition de Rémi Mathis : un numéro unique d’identification

Dans son blog consacré au patrimoine des bibliothèques, À la toison d’or, Rémi Mathis se pose plein de questions pertinentes sur la coordination internationale dans le domaine de la description des livres anciens dans un billet intitulé : « Pour un identifiant des éditions anciennes« .

La question qu’il pose est essentielle, posant en particulier les limites de la normalisation du catalogage, limites que connaissent tous ceux qui peinent ou échouent à trouver dans un catalogue de bibliothèque un livre qui pourtant s’y trouve. Sa question renvoie à la possibilité de rendre la description des livres conservés dans les bibliothèques plus efficace, plus rapide et plus fiable.

Il fait référence en passant au Short Title Catalog Netherlands, qui n’est pas un catalogue (voir ailleurs sur la différence entre les deux…), mais une bibliographie rétrospective, comme l’annonce d’ailleurs la page d’accueil.

Il me semble que la réponse à ses questions est précisément donnée par les projets actuels de bibliographie rétrospective. En effet, ces dernières, qu’elles soient imprimées ou électroniques, attribuent un numéro à chacune de leurs notices, n’établissant qu’une seule notice pour tous les exemplaires semblables du même livre. Dans l’idéal, elles différencient états, émissions, signalent les éditions partagées et les fausses adresses. On peut le contrôler aisément en allant voir Edit-16 (et c’est là qu’on comprend enfin tout l’intérêt de l’empreinte, moyen de différencier deux états, deux émissions, deux éditions…) ou GLN15-16. Certes, il faudrait s’assurer que ces numéros soient uniques et ne se recouvrent pas : rien de plus facile, si l’on ajoute un préfixe indiquant la provenance. Mais on peut raisonnablement penser qu’à terme :

– tous les livres publiés dans le monde avant 1501 seront décrits dans ISTC et GV, dans GLN15-16, etc.

– tous les livres publiés entre 1501 et 1600

* en Allemagne ou en allemand seront décrits dans VD16 ;

* à Genève, Lausanne et Neuchâtel seront décrits dans GLN15-16 ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN et dans USTC (voir annonce) ;

* en Italie ou en italien seront décrits dans Edit16 ;

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* en France en langue vernaculaire et en latin seront décrits dans la version électronique du French Vernacular Books, dans le futur portail Universal Short Title Catalog de l’université Saint-Andrews (USTC) ;

* à Lyon seront décrits dans Bel16 ;

* à Paris seront décrits d’une manière ou d’une autre dans le « projet Renouard » de la Bibliothèque nationale de France et de la Ville de Paris ;

– tous les livres publiés entre 1601 et 1700

* en Allemagne et en allemand seront décrits dans VD17

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN ;

* en Flandre seront décrits dans le STCV ;

– tous les livres publiés entre 1701 et 1800

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits par le STCN

sans oublier tous les projets pratiquement inconnus :

– tous les livres publiés à Rovereto et Trento jusqu’en 1800 décrits dans Ester

– le « tracker de livres du XVIIIe siècle » de Benjamin F. Pauley

– tous les livres publiés par l’imprimerie Mame de 1796 à 1975 décrits par le projet Mame

– les multiples bibliographies publiées chaque année sous forme papier ; pour prendre un exemple récent, tous les livres publiés à Fribourg entre 1585 et 1816, bibliographie établie par Alain Bosson. N’oublions pas les multiples volumes de la Bibliotheca bibliographia aureliana (de fiabilité variable)…

Bref, si on essayait de faire une vraie liste complète on aurait pas mal de travaux de base, déjà faits, à disposition.

SI on essayait de faire une liste complète, on trouverait de l’aide dans  l’identification des livres imprimés anciens de Magali Vène, ou dans le blog Early modern online bibliography… et il faudrait recevoir de l’aide d’une manière très large (les commentaires sont ouverts…)

Il serait donc, à mon avis, assez aisé de rattacher des notices catalographiques à une notice mère de référence (en mettant un lien dans la notice), chaque notice catalographique ne décrivant au fond qu’un exemplaire spécifique… cela améliorerait en passant une des grandes faiblesses des bibliographies, qui est la description des exemplaires, absente ou réduite au nom de la bibliothèque qui le conserve et à sa cote. L’avantage des bibliographies électroniques est qu’on peut les compléter et les corriger, chaque fois qu’on découvre un nouvel état, une émission… comme c’est arrivé il y a quelques jours à la bibliothèque Méjanes pour une édition de Calvin, qui a été signalée à Jean-François Gilmont, l’auteur de GLN 15-16.

Mais qui pourrait faire ça?

Rémi Mathis pensait à la section des manuscrits et livres rares de l’IFLA. Le projet est peut-etre un peu gros pour cette section bien petite et inactive. Ou alors en collaboration avec la section bibliographie?

Autre solution : commencer par une candidature à un financement européen, en réunissant un certain nombre de grandes bibliothèques européennes? Se rapprocher de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche (LIBER)?

Je reste à l’écoute d’avis et de commentaires.

Le projet BEL 16 en juin 2009 et les étapes à venir

L’année 2008-2009 a été essentiellement occupée à la saisie de notices de livres, en continuant à avancer imprimeur par imprimeur. Ce travail a été mené à bien par William Kemp. Cette saisie se fait toujours sous FMP. Une mise à jour, à venir très prochainement, de la page « dossiers traités » pourra rendre compte des avancées.

La base de données : nous avons lancé un appel à proposition pour une aide à la décision. À partir du mois de septembre 2009, nous travaillerons donc avec un prestataire extérieur pour préciser nos besoins scientifiques et techniques, identifier les solutions, choisir celle qui nous convient le mieux et arriver jusqu’à l’acquisition, si besoin est, d’une solution logicielle. Nous espérons que cette étape cruciale nous permettra de déterminer avant la fin de l’année 2009 de quoi nous avons besoin et comment l’utiliser. Pendant ce temps, nous allons continuer la saisie et « nettoyer » les notices existantes (il y a eu quelques modifications de saisie avec le temps), avec l’aide d’un assistant recruté au 1er octobre 2009, docteur ou titulaire d’un diplôme lui ayant permis d’acquérir les connaissances nécessaires (l’appel à candidatures est , n’hésitez pas à le signaler autour de vous).

Quelques étudiants inscrits dans les diverses formations de l’enssib travaillent sur les imprimeurs libraires lyonnais du XVIe siècle. Quelques soutenances à venir en septembre, d’autres en janvier (conservateurs stagiaires).

Qu’est-ce qu’une bonne base de données

La question a été posée récemment et des réflexions ont été menées.

Dans le cas de Bel 16, la réflexion est facilitée par le fait que la description du livre ancien est normalisée au niveau international depuis longtemps. Il ne reste qu’à s’interroger sur les informations qui ne correspondent pas aux objectifs du catalogage (signalement de collections existantes afin de permettre leur localisation et leur consultation) mais qui peuvent nous paraître indispensables pour construire une base bibliographique (réunion d’informations permettant d’identifier très précisément et sans erreur une édition spécifique et ses particularités, la description d’exemplaires n’y étant que rattachée).

Une des questions est évidemment celle de la pérennité des données, et des logiciels à utiliser, avec une réflexion en particulier sur l’utilisation de Filemaker Pro (utlisé pour la saisie de Bel 16). Toutes ces questions sont réunies dans un très riche article du carnet « Mame et fils » hébergé par hypothèses :

« L’art et la mesure : réflexions pour une base de données

Inventaire, bibliographie, catalogue?

Base de données, inventaire

Le projet a été lancé sous les noms de « base de données » et « inventaire chronologique« , c’est à dire une double référence à l’outil informatique et à la forme papier, contradictoire à mon avis. Inventaire chronologique fait référence bien entendu à l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, publié depuis 1972 par la BnF et le Service des travaux historiques de la ville de Paris.

L’idée de la base de données vient bien entendu du fait que les outils papiers existants sont incomplets et ne peuvent être enrichis. En particulier, les bibliographies décrivant la production imprimée lyonnaise au XVIe siècle laissent non datés un bon nombre d’ouvrages. Il y a donc un travail à mener dans ce sens. Une base de données est consultable à distance et peut s’enrichir. Elle permet le travail collectif et elle est aussi modulable. Ainsi si le manque d’un inventaire sous forme chronologique se fait sentir, on peut imaginer assez facilement qu’une base de données puisse être affichée au choix de l’utilisateur, par nom d’auteur, par nom d’imprimeur ou par date. La réflexion sur la forme de l’objet final n’a donc plus de raison d’être (à mon avis), si les questions techniques peuvent être réglées.

Dans une terminologie peut-être plus archivistique, »inventaire » décrit un outil de travail plus succinct, moins complet qu’une bibliographie. Et effectivement, la proposition initiale de l’inventaire était celle d’un Short Title Catalog, à l’image des notices de l’Inventaire chronologique, de l’ESTC, de l’ISTC ou du STCN. Il semblait indispensable de pouvoir disposer d’un inventaire chronologique de la production lyonnaise, qui manquait. Toutefois, il est vite apparu que la multiplication des informations désormais disponibles dans les catalogues informatiques des bibliothèques et dans les métacatalogues rendait nécessaire un travail plus fouillé. Par ailleurs, nous y reviendrons, la forme nécessairement succincte des STC rends ceux-ci à peu près inutilisables pour un certain nombre de chercheurs qui ne sont pas des bibliographes mais des spécialistes d’autres disciplines historiques ou littéraires, utilisant le livre non pour une étude de bibliographie ou d’histoire du livre, mais pour d’autres travaux, le livre imprimé ancien étant pour eux la source de leur étude.

Il apparaît donc que :

– l’outil informatique, structuré en ce sens dès l’origine, permet d’ordonner les données de manière différente, afin de permettre des lectures diversifiées de la bibliographie (et pas seulement des recherches ciblées) : présentation chronologique, ou bien par imprimeur, ou bien encore par auteur, type d’ouvrage etc.

– la richesse des informations aujourd’hui aisément disponibles par Internet (catalogues, catalogues collectifs, métacatalogues, bibliothèques numériques) et la volonté de servir des publics variés nécessite d’envisager des notices donnant davantage d’informations qu’un STC, voire qu’un catalogue de bibliothèque. Dans ce cas l’aspect évolutif de la bibliographie imprimée est primordial : les notices pourront être enrichies petit à petit.

Note tirée d’un document programmatique du 1er juin 2007.