Réflexions en cours : la mise en ligne

Les moyens de mettre en ligne une base de données complexe ne sont pas si nombreux. L’enssib a demandé une aide extérieure pour identifier ses besoins et les choix possibles. La société Six et Dix a répondu et mené à bien l’étude.

La partie consistant à étudier les possibiliés réelles de mise en ligne s’est révélée bien plus longue que prévu. En effet, après avoir concocté un très léger cahier des charges exposant les besoins et les demandes de Bel16, on l’a envoyé à diverses sociétés ou partenaires possibles.

Tout d’abord, signalons que la possibilité d’utiliser un SIGB a été écartée dès le début : les fiches que nous souhaitons proposer à terme pour chaque ouvrage publié à Lyon au seizième siècle sont très enrichies et le format Marc n’y correspondait pas.

Ont été contactées :

– deux sociétés spécialisées dans la conception des bases de données. Elles ont envoyé des devis tournant plus ou moins autour de 100 000 euros.

– deux sociétés spécialisées dans l’adaptation de logiciels libres. Malgré plusieurs relances, elles n’ont jamais répondu, ce que nous avons analysé comme le signe du peu d’intérêt que nous représentions pour ces sociétés, qui avaient peu de chances de réutiliser le travail qu’elles auraient fait pour nous.

– les responsables scientifiques ou exécutifs de deux projets très semblables au nôtre. Pour le premier projet, aussi bien le concepteur que les propriétaires de la base de mise en ligne ont sur le champ accepté que nous utilisons leur travail, gratuitement pour une partie, dans des conditions financières qui restent à fixer pour l’autre partie. Le responsable exécutif  du second projet a été rencontré en personne, a montré son enthousiasme, mais, après réception du cahier des charges et la demande d’une réponse écrite, n’a même pas pris la peine d’accuser réception, malgré des relances.

Au bout de six mois d’attente vaine d’une réponse pour 3 des 6 possibilités envisagées, un comité de pilotage a tranché au début du mois de juin entre les 3 possibilités, qui sont donc :

– deux possibilités à 100 000 euros où tout reste à faire

– une possibilité fonctionnant déjà depuis plusieurs années, à moitié gratuite et à moitié sans doute payante à un prix forfaitaire bien inférieur.

Je vous laisse deviner…

En guise de post -scriptum : à la suite d’échanges de mails sur un autre sujet, une proposition est arrivée le 22 juillet du responsable scientifique du deuxième projet déjà existant que nous avions contacté en mars, qui ne répond pas à notre demande mais propose une collaboration d’un type assez différent, et a spécifié que pour travailler avec lui, nous devrions changer s’il le fallait les 7 000 notices déjà établies pour les adapter à son modèle. On attendait une réponse depuis mars, on a pris une décision il y a presque deux mois… pfuuu… voilà bien le genre de dossiers qu’on range délicatement en se disant qu’on aura toute l’énergie qu’il faut pour s’en occuper après l’été.

Bon été, donc, et les affaires reprendront à la rentrée, avec en particulier une réunion prévue les 8 et 9 novembre prochains des responsables des projets déjà existants au niveau national et international : VD 16, EDIT16, GLN 15-16, ISTC, j’espère aussi le projet Renouard, ainsi que des représentants d’équipes de recherche lyonnaises. Réservez les dates si vous vous intéressez aux bibliographies exhaustives rétrospectives électroniques !