BEL 16 et Etienne Dolet

Les 26 et 27 novembre 2009 a eu lieu à Lyon le colloque consacré à Etienne Dolet. En préparation de ce colloque, William Kemp, Jean-François Vallée et Gérard Morisse ont repris et mis à jour il y a plusieurs mois le catalogue des livres imprimés ou écrits par Etienne Dolet. Ce travail a été mis à disposition des participants au colloque.

Cette bibliographie a déjà bénéficié des corrections et des apports de certains participants, qui nous ont signalé des travaux de recherche qui n’avaient pas été utilisés. D’autres personnes nous ont signalé des exemplaires manquants.

Au cours du colloque, les communications nous ont appris beaucoup de choses et nous ont permis d’avancer dans la connaissance de certaines éditions, états, corrections, éditions partagées… de nouveaux exemplaires ont été signalés… des études de caractères, de lettrines, de mise en page ont ouvert de nouvelles pistes, qui vont demander beaucoup de travail pour arriver à des résultats probants.

Nous espérons bien sûr maintenant que les participants vont nous donner leurs corrections, qui s’enrichiront encore lorsque les actes du colloque seront publiés.

Cet exemple de collaboration étroite entre la bibliographie et la recherche, l’un mettant son travail à disposition des autres et vice versa, me semble être aujourd’hui le moyen indispensable de progresser dans notre connaissance de la production éditoriale ancienne. Espérons pouvoir continuer à l’avenir à mener à bien d’autres dossiers de la même façon.

Que peut apporter Bel16?

La question rejoint la question « à quoi sert la bibliographie ». Des projets de bibliographie en cours, comme par exemple USTC, se donnent pour objectif de décrire la production imprimée d’une région, ou d’un certain type, rapidement. Pour ce faire, le meilleur moyen est de récupérer des notices déjà existantes. Que sont ces notices existantes? Elles peuvent être essentiellement de deux types.

  • il peut s’agir de notices catalographiques : ces notices viennent de catalogues de bibliothèques. Or, les catalogues de bibliothèques présentent plusieurs risques. Tout d’abord, ils peuvent avoir été établis récemment sous forme informatique, ou avoir été informatisés à partir de notices papier (c’est la rétroconversion ou conversion rétrospective). Quels sont les risques? Ces notices peuvent avoir été établies par un bibliothécaire spécialiste, ou par une personne qui ne maîtrisait pas l’histoire du livre. Par ailleurs, pour des raisons d’efficacité, la plupart du temps établir une notice ne s’accompagne pas de vérifications bibliographiques pointues. Cela consiste essentiellement en recopier la page de titre et établir la description matérielle. Ainsi, si la page de titre indique « Lyon », la notice indiquera que le livre a été imprimé à Lyon même si c’est faux. Autre risque : pour établir la notice, on a copié la notice d’une autre bibliothèque, sans voir qu’il ne s’agit pas tout à fait du même livre : émission ou même réédition, format différents… Dans ce cas, l’exemplaire a été vu par la personne qui a établi la description mais celle-ci n’a été établie que dans le but d’assurer la localisation de l’ouvrage ; elle n’a pas les garanties d’exactitude que l’on peut attendre en établissant une bibliographie aujourd’hui.
  • il peut s’agir de notices bibliographiques : elles sont tirées de bibliographies existantes. Là aussi, tout dépend de la bibliographie. Il faut savoir si le bibliographe a établi sa notice en menant à bien toutes les vérifications nécessaires afin d’assurer l’exactitude et la complétude des informations fournies, ou s’il a parfois (mais sans le dire) copié des notices catalographiques non vérifiées. Il faut savoir s’il a vu au moins un exemplaire, fait toutes les vérifications nécessaires et n’a pas fait preuve de trop d’enthousiasme : par exemple en traduisant en français un nom latinisé sans vérifier, ce qui peut entraîner des erreurs, pas vraiment anodines.

La récupération de notices n’est donc qu’une étape, et ces notices récupérées ne peuvent pas être considérées comme toutes fiables à priori. Elles demandent un certain nombre de vérifications destinées à en assurer la fiabilité scientifique. Ces vérifications se mènent en premier lieu sur des informations de seconde main : travaux de recherches essentiellement, dont on doit mener le dépouillement extensif. C’est parfois difficile, tout n’est pas aisément disponible. Il faut ensuite voir des exemplaires, en étant parfois suffisamment spécialiste du domaine pour s’apercevoir de la présence d’une fausse adresse. Dans l’idéal, il faut même voir plusieurs exemplaires.

BEL16 a pour objectif essentiellement, à travers la constitution d’une bibliographie exhaustive rétrospective, d’apporter des informations fiables et vérifiées pour construire un corpus scientifique auquel les chercheurs peuvent faire confiance. Cela entraîne de nombreuses vérifications des informations que nous recueillons. En fait, le fait que le projet soit électronique ne nous dispense pas de l’exigence d’excellence d’un travail scientifique ambitieux.