La question des exemplaires

Un ami, grand spécialiste du livre lyonnais, nous interpelle par mail au sujet de la question des exemplaires, car il lui semble que nous avons montré peu d’intérêt pour la question. Or, nous avons commencé nos réflexions par le début, la notice bibliographique avant la notice d’exemplaire qui lui sera liée…

Voilà une question qui nous préoccupe, et qui est un exemple intéressant des différences de culture et de traduction entre plusieurs métiers : en l’occurrence, une fois encore, bibliographes et bibliothécaires.

Un catalogue de bibliothèque, conçu pour indiquer si la bibliothèque conserve un document précis et où, indique nécessairement les exemplaires : au moins la cote, le lieu de conservation (une bibliothèque, un département spécifiques).

Les bibliographies portent généralement peu d’attention aux exemplaires : au mieux une liste indique les exemplaires localisés, généralement sans la cote et sans indication précise sur l’exemplaire lui-même.

Or les spécialistes de bibliographie matérielle, et même de nombreux chercheurs qui s’intéressent à la question, savent que pour décrire un livre, il est préférable de voir plusieurs exemplaires. Par ailleurs, une de nos préoccupations principales étant celle du public auquel s’adresse notre travail, l’importance des exemplaires est cruciale dans ce cadre : car leur description est indispensable à tous ceux qui travaillent sur la réception et l’utilisation des oeuvres, sur l’histoire des collections et des bibliothèques, et bien d’autres domaines pour lesquels les particularités d’exemplaire sont une source importante.

Les deux (catalogue et bibliographie) ne sont pas toujours incompatibles : je prendrai pour exemple le monumental et exemplaire livre intitulé The Aldine Press: Catalogue of the Ahmanson-Murphy Collection of Books by or Relating to the Press in the Library of the University of California, Los Angeles, Incorporating Works Recorded Elsewhere : ce livre, consacré à l’intégralité de la production des Manuce, et constitué à partir de la collection Ahmanson-Murphy de la Charles E. Young Library (UCLA),  donne une description très précise des exemplaires permettant d’identifier les différences d’émission et les particularités d’exemplaire : reliure, provenance, marques d’utilisation…

Il décrit en détail les éditions dont un exemplaire au moins est présent dans la Charles E. Young Library à UCLA, mais il décrit aussi, un peu plus succinctement, les éditions dont ils n’ont pas d’exemplaire ; les auteurs ont ajouté aussi les livres édités pendant deux ans par Paul Manuce pour l’Accademia veneta, fournissant ainsi une bibliographie précise et détaillée des livres édités par les Manuce. Bon, en cherchant un peu, on peut bien y trouver une erreur, mais la description des éditions aldines, aujourd’hui, c’est fait : c’est dans ce catalogue.

En revanche, quand j’ai demandé si ces notices parfaites avaient été reversées dans le catalogue en ligne de la bibliothèque, on n’a pas compris ma question (mais mon anglais n’est pas terrible).