Inventaire, bibliographie, catalogue?

Base de données, inventaire

Le projet a été lancé sous les noms de « base de données » et « inventaire chronologique« , c’est à dire une double référence à l’outil informatique et à la forme papier, contradictoire à mon avis. Inventaire chronologique fait référence bien entendu à l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, publié depuis 1972 par la BnF et le Service des travaux historiques de la ville de Paris.

L’idée de la base de données vient bien entendu du fait que les outils papiers existants sont incomplets et ne peuvent être enrichis. En particulier, les bibliographies décrivant la production imprimée lyonnaise au XVIe siècle laissent non datés un bon nombre d’ouvrages. Il y a donc un travail à mener dans ce sens. Une base de données est consultable à distance et peut s’enrichir. Elle permet le travail collectif et elle est aussi modulable. Ainsi si le manque d’un inventaire sous forme chronologique se fait sentir, on peut imaginer assez facilement qu’une base de données puisse être affichée au choix de l’utilisateur, par nom d’auteur, par nom d’imprimeur ou par date. La réflexion sur la forme de l’objet final n’a donc plus de raison d’être (à mon avis), si les questions techniques peuvent être réglées.

Dans une terminologie peut-être plus archivistique, »inventaire » décrit un outil de travail plus succinct, moins complet qu’une bibliographie. Et effectivement, la proposition initiale de l’inventaire était celle d’un Short Title Catalog, à l’image des notices de l’Inventaire chronologique, de l’ESTC, de l’ISTC ou du STCN. Il semblait indispensable de pouvoir disposer d’un inventaire chronologique de la production lyonnaise, qui manquait. Toutefois, il est vite apparu que la multiplication des informations désormais disponibles dans les catalogues informatiques des bibliothèques et dans les métacatalogues rendait nécessaire un travail plus fouillé. Par ailleurs, nous y reviendrons, la forme nécessairement succincte des STC rends ceux-ci à peu près inutilisables pour un certain nombre de chercheurs qui ne sont pas des bibliographes mais des spécialistes d’autres disciplines historiques ou littéraires, utilisant le livre non pour une étude de bibliographie ou d’histoire du livre, mais pour d’autres travaux, le livre imprimé ancien étant pour eux la source de leur étude.

Il apparaît donc que :

– l’outil informatique, structuré en ce sens dès l’origine, permet d’ordonner les données de manière différente, afin de permettre des lectures diversifiées de la bibliographie (et pas seulement des recherches ciblées) : présentation chronologique, ou bien par imprimeur, ou bien encore par auteur, type d’ouvrage etc.

– la richesse des informations aujourd’hui aisément disponibles par Internet (catalogues, catalogues collectifs, métacatalogues, bibliothèques numériques) et la volonté de servir des publics variés nécessite d’envisager des notices donnant davantage d’informations qu’un STC, voire qu’un catalogue de bibliothèque. Dans ce cas l’aspect évolutif de la bibliographie imprimée est primordial : les notices pourront être enrichies petit à petit.

Note tirée d’un document programmatique du 1er juin 2007.

Quelle période retenir?

La question de la période à retenir s’est posée. William Kemp et Raphaële Mouren étant spécialistes du XVIe siècle, la partie centrale ne portait pas à discussion. La réflexion a porté dans deux domaines :

– le livre avant 1501. Il est évident qu’un certain nombre d’imprimeurs sont actifs à cheval sur les deux siècles. Il sera donc impossible de ne décrire que des livres publiés à partir de 1501. Toutefois, il n’a pas paru prioritaire d’afficher la volonté de décrire les incunables, au vu des deux projets de catalogues exhaustifs déjà existants : l’Incunabula Short Title Catalogue et son extension l’Illustrated Incunabula Short-Title Catalogue, et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke. Plus ambitieux encore, le projet Incunabula : the Printing Revolution in Europe 1450-1500, ensemble de microfiches reproduisant des incunables ; 71 unités sont parues, pour environ 7100 ouvrages sur 23 000 microfiches.

Il faudra à terme intégrer les incunables lyonnais dans le projet BEL, soit environ 1250 éditions, en complétant les informations manquantes dans l’ISTC.

– la fin du projet. Doit-on, comme les projets VD16 et VD17, respecter exactement les siècles? Doit-on se caler sur l’histoire , en stoppant par exemple en 1610 (mort d’Henri IV)? ou 1660 (début du règne de Louis XIV)? Doit-on viser à terme le livre artisanal, soit jusqu’en 1810 (date traditionnelle en France), soit jusqu’en 1820 (comme la base HPB)? Pour l’instant seuls des imprimeurs actifs au XVIe siècle ont été traités.

Note tirées d’un document programmatique du 1er juin 2007.