Une proposition de Rémi Mathis : un numéro unique d’identification

Dans son blog consacré au patrimoine des bibliothèques, À la toison d’or, Rémi Mathis se pose plein de questions pertinentes sur la coordination internationale dans le domaine de la description des livres anciens dans un billet intitulé : « Pour un identifiant des éditions anciennes« .

La question qu’il pose est essentielle, posant en particulier les limites de la normalisation du catalogage, limites que connaissent tous ceux qui peinent ou échouent à trouver dans un catalogue de bibliothèque un livre qui pourtant s’y trouve. Sa question renvoie à la possibilité de rendre la description des livres conservés dans les bibliothèques plus efficace, plus rapide et plus fiable.

Il fait référence en passant au Short Title Catalog Netherlands, qui n’est pas un catalogue (voir ailleurs sur la différence entre les deux…), mais une bibliographie rétrospective, comme l’annonce d’ailleurs la page d’accueil.

Il me semble que la réponse à ses questions est précisément donnée par les projets actuels de bibliographie rétrospective. En effet, ces dernières, qu’elles soient imprimées ou électroniques, attribuent un numéro à chacune de leurs notices, n’établissant qu’une seule notice pour tous les exemplaires semblables du même livre. Dans l’idéal, elles différencient états, émissions, signalent les éditions partagées et les fausses adresses. On peut le contrôler aisément en allant voir Edit-16 (et c’est là qu’on comprend enfin tout l’intérêt de l’empreinte, moyen de différencier deux états, deux émissions, deux éditions…) ou GLN15-16. Certes, il faudrait s’assurer que ces numéros soient uniques et ne se recouvrent pas : rien de plus facile, si l’on ajoute un préfixe indiquant la provenance. Mais on peut raisonnablement penser qu’à terme :

– tous les livres publiés dans le monde avant 1501 seront décrits dans ISTC et GV, dans GLN15-16, etc.

– tous les livres publiés entre 1501 et 1600

* en Allemagne ou en allemand seront décrits dans VD16 ;

* à Genève, Lausanne et Neuchâtel seront décrits dans GLN15-16 ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN et dans USTC (voir annonce) ;

* en Italie ou en italien seront décrits dans Edit16 ;

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* en France en langue vernaculaire et en latin seront décrits dans la version électronique du French Vernacular Books, dans le futur portail Universal Short Title Catalog de l’université Saint-Andrews (USTC) ;

* à Lyon seront décrits dans Bel16 ;

* à Paris seront décrits d’une manière ou d’une autre dans le « projet Renouard » de la Bibliothèque nationale de France et de la Ville de Paris ;

– tous les livres publiés entre 1601 et 1700

* en Allemagne et en allemand seront décrits dans VD17

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC et l’EEBO ;

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits dans dans le STCN ;

* en Flandre seront décrits dans le STCV ;

– tous les livres publiés entre 1701 et 1800

* en anglais en Grande-Bretagne et en Amérique du Nord seront décrits dans l’ESTC

* aux Pays-Bas ou en néerlandais seront décrits par le STCN

sans oublier tous les projets pratiquement inconnus :

– tous les livres publiés à Rovereto et Trento jusqu’en 1800 décrits dans Ester

– le « tracker de livres du XVIIIe siècle » de Benjamin F. Pauley

– tous les livres publiés par l’imprimerie Mame de 1796 à 1975 décrits par le projet Mame

– les multiples bibliographies publiées chaque année sous forme papier ; pour prendre un exemple récent, tous les livres publiés à Fribourg entre 1585 et 1816, bibliographie établie par Alain Bosson. N’oublions pas les multiples volumes de la Bibliotheca bibliographia aureliana (de fiabilité variable)…

Bref, si on essayait de faire une vraie liste complète on aurait pas mal de travaux de base, déjà faits, à disposition.

SI on essayait de faire une liste complète, on trouverait de l’aide dans  l’identification des livres imprimés anciens de Magali Vène, ou dans le blog Early modern online bibliography… et il faudrait recevoir de l’aide d’une manière très large (les commentaires sont ouverts…)

Il serait donc, à mon avis, assez aisé de rattacher des notices catalographiques à une notice mère de référence (en mettant un lien dans la notice), chaque notice catalographique ne décrivant au fond qu’un exemplaire spécifique… cela améliorerait en passant une des grandes faiblesses des bibliographies, qui est la description des exemplaires, absente ou réduite au nom de la bibliothèque qui le conserve et à sa cote. L’avantage des bibliographies électroniques est qu’on peut les compléter et les corriger, chaque fois qu’on découvre un nouvel état, une émission… comme c’est arrivé il y a quelques jours à la bibliothèque Méjanes pour une édition de Calvin, qui a été signalée à Jean-François Gilmont, l’auteur de GLN 15-16.

Mais qui pourrait faire ça?

Rémi Mathis pensait à la section des manuscrits et livres rares de l’IFLA. Le projet est peut-etre un peu gros pour cette section bien petite et inactive. Ou alors en collaboration avec la section bibliographie?

Autre solution : commencer par une candidature à un financement européen, en réunissant un certain nombre de grandes bibliothèques européennes? Se rapprocher de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche (LIBER)?

Je reste à l’écoute d’avis et de commentaires.

Que peut apporter Bel16?

La question rejoint la question « à quoi sert la bibliographie ». Des projets de bibliographie en cours, comme par exemple USTC, se donnent pour objectif de décrire la production imprimée d’une région, ou d’un certain type, rapidement. Pour ce faire, le meilleur moyen est de récupérer des notices déjà existantes. Que sont ces notices existantes? Elles peuvent être essentiellement de deux types.

  • il peut s’agir de notices catalographiques : ces notices viennent de catalogues de bibliothèques. Or, les catalogues de bibliothèques présentent plusieurs risques. Tout d’abord, ils peuvent avoir été établis récemment sous forme informatique, ou avoir été informatisés à partir de notices papier (c’est la rétroconversion ou conversion rétrospective). Quels sont les risques? Ces notices peuvent avoir été établies par un bibliothécaire spécialiste, ou par une personne qui ne maîtrisait pas l’histoire du livre. Par ailleurs, pour des raisons d’efficacité, la plupart du temps établir une notice ne s’accompagne pas de vérifications bibliographiques pointues. Cela consiste essentiellement en recopier la page de titre et établir la description matérielle. Ainsi, si la page de titre indique « Lyon », la notice indiquera que le livre a été imprimé à Lyon même si c’est faux. Autre risque : pour établir la notice, on a copié la notice d’une autre bibliothèque, sans voir qu’il ne s’agit pas tout à fait du même livre : émission ou même réédition, format différents… Dans ce cas, l’exemplaire a été vu par la personne qui a établi la description mais celle-ci n’a été établie que dans le but d’assurer la localisation de l’ouvrage ; elle n’a pas les garanties d’exactitude que l’on peut attendre en établissant une bibliographie aujourd’hui.
  • il peut s’agir de notices bibliographiques : elles sont tirées de bibliographies existantes. Là aussi, tout dépend de la bibliographie. Il faut savoir si le bibliographe a établi sa notice en menant à bien toutes les vérifications nécessaires afin d’assurer l’exactitude et la complétude des informations fournies, ou s’il a parfois (mais sans le dire) copié des notices catalographiques non vérifiées. Il faut savoir s’il a vu au moins un exemplaire, fait toutes les vérifications nécessaires et n’a pas fait preuve de trop d’enthousiasme : par exemple en traduisant en français un nom latinisé sans vérifier, ce qui peut entraîner des erreurs, pas vraiment anodines.

La récupération de notices n’est donc qu’une étape, et ces notices récupérées ne peuvent pas être considérées comme toutes fiables à priori. Elles demandent un certain nombre de vérifications destinées à en assurer la fiabilité scientifique. Ces vérifications se mènent en premier lieu sur des informations de seconde main : travaux de recherches essentiellement, dont on doit mener le dépouillement extensif. C’est parfois difficile, tout n’est pas aisément disponible. Il faut ensuite voir des exemplaires, en étant parfois suffisamment spécialiste du domaine pour s’apercevoir de la présence d’une fausse adresse. Dans l’idéal, il faut même voir plusieurs exemplaires.

BEL16 a pour objectif essentiellement, à travers la constitution d’une bibliographie exhaustive rétrospective, d’apporter des informations fiables et vérifiées pour construire un corpus scientifique auquel les chercheurs peuvent faire confiance. Cela entraîne de nombreuses vérifications des informations que nous recueillons. En fait, le fait que le projet soit électronique ne nous dispense pas de l’exigence d’excellence d’un travail scientifique ambitieux.

La question des exemplaires

Un ami, grand spécialiste du livre lyonnais, nous interpelle par mail au sujet de la question des exemplaires, car il lui semble que nous avons montré peu d’intérêt pour la question. Or, nous avons commencé nos réflexions par le début, la notice bibliographique avant la notice d’exemplaire qui lui sera liée…

Voilà une question qui nous préoccupe, et qui est un exemple intéressant des différences de culture et de traduction entre plusieurs métiers : en l’occurrence, une fois encore, bibliographes et bibliothécaires.

Un catalogue de bibliothèque, conçu pour indiquer si la bibliothèque conserve un document précis et où, indique nécessairement les exemplaires : au moins la cote, le lieu de conservation (une bibliothèque, un département spécifiques).

Les bibliographies portent généralement peu d’attention aux exemplaires : au mieux une liste indique les exemplaires localisés, généralement sans la cote et sans indication précise sur l’exemplaire lui-même.

Or les spécialistes de bibliographie matérielle, et même de nombreux chercheurs qui s’intéressent à la question, savent que pour décrire un livre, il est préférable de voir plusieurs exemplaires. Par ailleurs, une de nos préoccupations principales étant celle du public auquel s’adresse notre travail, l’importance des exemplaires est cruciale dans ce cadre : car leur description est indispensable à tous ceux qui travaillent sur la réception et l’utilisation des oeuvres, sur l’histoire des collections et des bibliothèques, et bien d’autres domaines pour lesquels les particularités d’exemplaire sont une source importante.

Les deux (catalogue et bibliographie) ne sont pas toujours incompatibles : je prendrai pour exemple le monumental et exemplaire livre intitulé The Aldine Press: Catalogue of the Ahmanson-Murphy Collection of Books by or Relating to the Press in the Library of the University of California, Los Angeles, Incorporating Works Recorded Elsewhere : ce livre, consacré à l’intégralité de la production des Manuce, et constitué à partir de la collection Ahmanson-Murphy de la Charles E. Young Library (UCLA),  donne une description très précise des exemplaires permettant d’identifier les différences d’émission et les particularités d’exemplaire : reliure, provenance, marques d’utilisation…

Il décrit en détail les éditions dont un exemplaire au moins est présent dans la Charles E. Young Library à UCLA, mais il décrit aussi, un peu plus succinctement, les éditions dont ils n’ont pas d’exemplaire ; les auteurs ont ajouté aussi les livres édités pendant deux ans par Paul Manuce pour l’Accademia veneta, fournissant ainsi une bibliographie précise et détaillée des livres édités par les Manuce. Bon, en cherchant un peu, on peut bien y trouver une erreur, mais la description des éditions aldines, aujourd’hui, c’est fait : c’est dans ce catalogue.

En revanche, quand j’ai demandé si ces notices parfaites avaient été reversées dans le catalogue en ligne de la bibliothèque, on n’a pas compris ma question (mais mon anglais n’est pas terrible).

Inventaire, bibliographie, catalogue?

Base de données, inventaire

Le projet a été lancé sous les noms de « base de données » et « inventaire chronologique« , c’est à dire une double référence à l’outil informatique et à la forme papier, contradictoire à mon avis. Inventaire chronologique fait référence bien entendu à l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, publié depuis 1972 par la BnF et le Service des travaux historiques de la ville de Paris.

L’idée de la base de données vient bien entendu du fait que les outils papiers existants sont incomplets et ne peuvent être enrichis. En particulier, les bibliographies décrivant la production imprimée lyonnaise au XVIe siècle laissent non datés un bon nombre d’ouvrages. Il y a donc un travail à mener dans ce sens. Une base de données est consultable à distance et peut s’enrichir. Elle permet le travail collectif et elle est aussi modulable. Ainsi si le manque d’un inventaire sous forme chronologique se fait sentir, on peut imaginer assez facilement qu’une base de données puisse être affichée au choix de l’utilisateur, par nom d’auteur, par nom d’imprimeur ou par date. La réflexion sur la forme de l’objet final n’a donc plus de raison d’être (à mon avis), si les questions techniques peuvent être réglées.

Dans une terminologie peut-être plus archivistique, »inventaire » décrit un outil de travail plus succinct, moins complet qu’une bibliographie. Et effectivement, la proposition initiale de l’inventaire était celle d’un Short Title Catalog, à l’image des notices de l’Inventaire chronologique, de l’ESTC, de l’ISTC ou du STCN. Il semblait indispensable de pouvoir disposer d’un inventaire chronologique de la production lyonnaise, qui manquait. Toutefois, il est vite apparu que la multiplication des informations désormais disponibles dans les catalogues informatiques des bibliothèques et dans les métacatalogues rendait nécessaire un travail plus fouillé. Par ailleurs, nous y reviendrons, la forme nécessairement succincte des STC rends ceux-ci à peu près inutilisables pour un certain nombre de chercheurs qui ne sont pas des bibliographes mais des spécialistes d’autres disciplines historiques ou littéraires, utilisant le livre non pour une étude de bibliographie ou d’histoire du livre, mais pour d’autres travaux, le livre imprimé ancien étant pour eux la source de leur étude.

Il apparaît donc que :

– l’outil informatique, structuré en ce sens dès l’origine, permet d’ordonner les données de manière différente, afin de permettre des lectures diversifiées de la bibliographie (et pas seulement des recherches ciblées) : présentation chronologique, ou bien par imprimeur, ou bien encore par auteur, type d’ouvrage etc.

– la richesse des informations aujourd’hui aisément disponibles par Internet (catalogues, catalogues collectifs, métacatalogues, bibliothèques numériques) et la volonté de servir des publics variés nécessite d’envisager des notices donnant davantage d’informations qu’un STC, voire qu’un catalogue de bibliothèque. Dans ce cas l’aspect évolutif de la bibliographie imprimée est primordial : les notices pourront être enrichies petit à petit.

Note tirée d’un document programmatique du 1er juin 2007.

mise à disposition d’une bibliographie

J’ai ouvert sur le site une page bibliographie destinée à signaler les livres ou articles portant dans un premier temps sur le livre lyonnais au XVIe siècle, car les travaux sont souvent très dispersés et pas toujours aisés à trouver. N’hésitez pas à signaler les publications récentes pourtant sur le sujet ou le traitant en partie.

RM