Livres déjà décrits dans Bel 16

Presque 8000 notices ont été créées, décrivant la production de plus de 80 imprimeurs ou éditeurs. Trois niveaux de complétude :

  • 1800 respectent complètement le format le plus complet que nous avons défini (décrit ici) et ont été enrichis d’autorités (personnes essentiellement) et normatisation des titres quand nécessaire.
  • 3500 respectent en partie ce format, enrichies de la façon suivante : contrôle de la complétude des titres, des références, révision des formes d’autorité personnes utilisées.
  • 2250 sont encore sommaires, avec des champs parfois incomplets, et des formes d’autorité auteur non contrôlées.

Un tiers de la production a donc été décrit, y compris des imprimeurs dont la production est particulièrement difficile à appréhender. On peut donc envisager que la description soit de plus en plus rapide au fur et à mesure qu’on avance dans le siècle, d’autant plus qu’une partie difficile du travail a été faite : tous les livres portant une adresse lyonnaise mais imprimés ou édités en réalité à Genève, ou en collaboration entre Genève et Lyon, de plus en plus nombreux au fur et à mesure qu’on avance dans le siècle, ont été identifiés et décrits par Jean-François Gilmont dans GLN 15-16.

L’objectif est de disposer à la fin de l’année 2010 du catalogue des imprimeurs et éditeurs ayant commencé leur carrière avant 1530, et de pouvoir les compléter pour les mettre en ligne en 2011.

L’équipe du projet BEL 16

L’équipe qui mène à bien la bibliographie des éditions lyonnaises du seizième siècle est fort réduite.

L’initiateur et porteur du projet est William Kemp, spécialiste du livre lyonnais pendant cette période. Il établit les notices en s’aidant des travaux antérieurs, les siens comme ceux des autres  (bibliographies, catalogues de bibliothèques en ligne, travaux de recherche et d’étude) et en consultant des exemplaires.

Raphaële Mouren assure le suivi du projet à l’enssib, en particulier le suivi technique et financier.

Des spécialistes nous apportent leur aide pour établir ou corriger les annales d’un imprimeur particulier :

Jean Duchamp (université Lyon 2) pour la musique imprimée,

Pascale Mounier (université Lyon 2) a participé à l’établissement du catalogue de Sainte-Lucie,

Michel Jourde (École normale supérieure de Lyon) pour Jean de Tournes…

Des doctorants de l’université Lyon 2, des étudiants du master Cultures de l’écrit et de l’image et du diplôme de conservateur de bibliothèque étudient des imprimeurs ou comparent des productions :

Jérôme Sirdey, conservateur stagiaire des bibliothèques, a établi le catalogue des imprimeurs Saugrain et Jouve, et comparé leur production,

Florine Stankiewicz, conservateur stagiaire des bibliothèques, a établi le catalogue de l’imprimeur parisien Michel Lenoir, faisant avancer nos réflexions sur les questions de format de balisage (son catalogue est en XML EAD).

Du 1er octobre 2009 au 30 juin 2010, Sheza Moledina, sur un poste de postdoctorant, nous aide à finaliser les notices en vue de leur mise en ligne en complétant les informations manquantes, en cherchant des réponses à des questions difficiles, et en consultant des exemplaires des livres décrits.

Enfin, pendant l’automne 2009, la société Six et Dix, représentée par Laurent Guillo, nous aide à préciser les contours techniques et à faire les choix informatiques pour la conservation et la mise en ligne de nos données.

Réponse au commentaire de Cécile Boulaire

Le commentaire de Cécile Boulaire à l’article précédent plonge au cœur du sujet. Je crois que tous les projets du même type se heurtent aux mêmes problèmes. Une partie de ces problèmes vient de la méthodologie retenue. Il est probable que je me pose, depuis le début du projet, des questions d’utilisation et de publics variés à cause de réflexes acquis lorsque j’étais bibliothécaire. J’ai assisté récemment à une réunion entre chercheurs et informaticien dans le cadre d’un autre projet de base de données soutenu par l’ANR, beaucoup plus complexe il est vrai. J’ai été frappée de voir que l’informaticien construit sa base théoriquement, c’est à dire en se basant uniquement sur les questions scientifiques que pose le projet, en refusant en particulier de s’interroger sur les utilisations possibles de la base. J’ai peur qu’il n’y ait de mauvaises surprises à la fin.
Ce qui est surprenant c’est que les catalogues de bibliothèques, les SIGB, savent fort bien, depuis longtemps, offrir de multiples modes d’interrogation ; et des champs qui étaient longtemps non indexables dans ces systèmes le deviennent peu à peu : la date par exemple, que l’on retrouve trop souvent encore comme restriction de recherche et rarement comme recherche principale. Je pense que les SIGB savent faire la plupart des choses qu’on veut leur demander, et ils opèrent de plus en plus facilement (ou du moins sont censés le faire) les transferts de formats (XML-Marc). Ils ont des limites, celles de logiciels propriétaires très chers à l’achat car prévus pour une utilisation très complexe dont le catalogage et la mise en ligne des notices ne sont qu’une petite partie (je laisse de côté les logiciels libres, évidemment gratuits mais impossibles à mettre en oeuvre sans une prestation de spécialistes de l’informatique documentaire).

Il existe aussi des choses déjà développées, comme le moteur Cheshire 3 auquel je ne comprends rien mais qui sera regardé de près par nos prestataires, du moins j’espère (il est utilisé par l’ISTC et la British Library en est très contente). Et quel peut être le moteur magique utilisé par SBDS, qui trouve tout n’importe où?
Mon idée depuis le début était qu’il fallait regarder du côté de XML, comme les métadonnées utilisées par les bibliothèques numériques (comme Persée par exemple) : cela a au moins l’avantage de la pérennité des données et de leur transfert possible vers un autre système. C’est aussi un avantage du format Marc.

Tout ça pour dire que je suis très, très méfiante devant la tentation de développement d’un nouvel outil, vu les outils extrêmement performants qui existent aujourd’hui. Et que j’ai l’ambition, peut-être utopique, d’y échapper. Quand je vois VD 16, EDIT 16, l’ISTC ou le projet en cours de l’Universal Short-Title Catalogue, je me dis qu’il reste sans doute encore à développer des petites choses, pour des particularités propres à tel ou tel projet, mais que nous avons à notre disposition des outils performants.

Je crois quand même que le résultat de FMP en ligne, qui demande quand même pas mal de travail aux informaticiens, sous utilise l’outil, y compris pour la saisie, la description des exemplaires, la participation collective avec enrichissement en ligne de collaborateurs distants…
Enfin, concernant votre dernière remarque, vous avez raison dans l’absolu mais parfois des raisons stratégiques et des organisations chronologiques, la lenteur de certains aspects, demandent de commencer par la saisie… Il me semble que cela sera récupérable, même s’il faudra peut-être faire un petit nettoyage… Je dois dire que pour l’instant nous avons laissés vides un certain nombre de champs pour lesquels l’outil informatique nous sera précieux : les formes d’autorité n’ont pas été entrées (auteurs, titres normalisés, dates, lieux), une partie des informations reste incomplète et non normalisée (références bibliographiques, nom des établissements conservant un exemplaire, etc.). Il s’agit pour l’instant de données brutes réunies par des spécialistes du livre lyonnais au XVIe siècle, qui pourront être complétées et corrigées par des personnes moins spécialistes.

Pour l’instant j’en suis au stade théorique, je regarde les expériences des autres en essayant d’identifier les écueils et de tirer profit de leurs erreurs mais aussi de leurs résultats… à suivre!

Si j’écris des choses fausses ou à moitié vraies, car je m’aventure dans un domaine que je maîtrise à moitié, j’espère des remarques de nos lecteurs! écrivez sans hésiter à : belxvi@gmail.com

Où en est le projet Bel 16 en mai 2009 ?

L’avancement de la saisie des données

– La page “dossiers traités” est mise à jour tous les six mois. Elle donne la liste des imprimeurs dont le catalogue a été établi, toujours pour l’instant en utilisant FilemakerPro. Certains dossiers ont été repris et enrichis à plusieurs reprises, et en particulier le dossier Sébastien Gryphe, qui sert de test pour évaluer la validité de certains choix de description.

–  le dossier Étienne Dolet a été traité en urgence pour aider les participants au colloque organisé en novembre 2009 à Lyon sur Dolet. En attendant le développement d’une base, il est pour l’instant disponible en ligne en HTML, ce qui permet de faire des recherches dans le catalogue. Pas tout à fait satisfaisant pour nous mais pratique :
http://raphaele-mouren.enssib.fr/dolet

– nous mettrons aussi en ligne dans les jours à venir le dossier Sébastien Gryphe, toujours comme test, en espérant des retours et des remarques :
http://raphaele-mouren.enssib.fr/gryphe

La construction de la base de données

– nous avons défini depuis longtemps les champs de description.

– Nous n’avons pas fini de travailler sur les modalités de recherche et d’interrogation qui nous semblent indispensables pour l’utilisateur.

– nous allons très vite lancer la réflexion avec l’aide de spécialistes de l’informatique documentaire.

– un petit essai a été fait au Québec à l’occasion de cours donnés par William Kemp : il s’agit de la mise en ligne directe des notices du dossier Vingle en FilemakerPro.

Les pistes de travail

– nous avons laissé de côté le projet d’une base d’illustrations, car le même projet a été lancé à Lyon par les historiens d’art. Nous travaillerons certainement avec eux.

– nous n’avons pas encore vraiment travaillé à la conception de la base d’ornements typographiques, mais nous restons dans l’idée d’envisager en premier lieu l’utilisation des structures existantes, déclinées à partir du modèle créé à Lausanne et réunies dans Passe-Partout : essentiellement Fleuron et Maguelone, qui est désormais hébergée à l’enssib.

– nous sommes en discussion avec l’Universal Short-title Catalogue pour travailler en collaboration, comme le font déjà VD16 et EDIT16

La question des exemplaires

Un ami, grand spécialiste du livre lyonnais, nous interpelle par mail au sujet de la question des exemplaires, car il lui semble que nous avons montré peu d’intérêt pour la question. Or, nous avons commencé nos réflexions par le début, la notice bibliographique avant la notice d’exemplaire qui lui sera liée…

Voilà une question qui nous préoccupe, et qui est un exemple intéressant des différences de culture et de traduction entre plusieurs métiers : en l’occurrence, une fois encore, bibliographes et bibliothécaires.

Un catalogue de bibliothèque, conçu pour indiquer si la bibliothèque conserve un document précis et où, indique nécessairement les exemplaires : au moins la cote, le lieu de conservation (une bibliothèque, un département spécifiques).

Les bibliographies portent généralement peu d’attention aux exemplaires : au mieux une liste indique les exemplaires localisés, généralement sans la cote et sans indication précise sur l’exemplaire lui-même.

Or les spécialistes de bibliographie matérielle, et même de nombreux chercheurs qui s’intéressent à la question, savent que pour décrire un livre, il est préférable de voir plusieurs exemplaires. Par ailleurs, une de nos préoccupations principales étant celle du public auquel s’adresse notre travail, l’importance des exemplaires est cruciale dans ce cadre : car leur description est indispensable à tous ceux qui travaillent sur la réception et l’utilisation des oeuvres, sur l’histoire des collections et des bibliothèques, et bien d’autres domaines pour lesquels les particularités d’exemplaire sont une source importante.

Les deux (catalogue et bibliographie) ne sont pas toujours incompatibles : je prendrai pour exemple le monumental et exemplaire livre intitulé The Aldine Press: Catalogue of the Ahmanson-Murphy Collection of Books by or Relating to the Press in the Library of the University of California, Los Angeles, Incorporating Works Recorded Elsewhere : ce livre, consacré à l’intégralité de la production des Manuce, et constitué à partir de la collection Ahmanson-Murphy de la Charles E. Young Library (UCLA),  donne une description très précise des exemplaires permettant d’identifier les différences d’émission et les particularités d’exemplaire : reliure, provenance, marques d’utilisation…

Il décrit en détail les éditions dont un exemplaire au moins est présent dans la Charles E. Young Library à UCLA, mais il décrit aussi, un peu plus succinctement, les éditions dont ils n’ont pas d’exemplaire ; les auteurs ont ajouté aussi les livres édités pendant deux ans par Paul Manuce pour l’Accademia veneta, fournissant ainsi une bibliographie précise et détaillée des livres édités par les Manuce. Bon, en cherchant un peu, on peut bien y trouver une erreur, mais la description des éditions aldines, aujourd’hui, c’est fait : c’est dans ce catalogue.

En revanche, quand j’ai demandé si ces notices parfaites avaient été reversées dans le catalogue en ligne de la bibliothèque, on n’a pas compris ma question (mais mon anglais n’est pas terrible).

Le projet Bel

Le projet Bel consiste dans l’établissement de la bibliographie rétrospective exhaustive des livres imprimés à Lyon entre 1501 et 1600.

Les objectifs sont les suivants :

– compléter les connaissances actuelles au fur et à mesure des découvertes d’éditions inconnues

– compléter les identifications incomplètes de livres auxquels manque l’indication de l’imprimeur, de la date ou de la ville, en offrant des possibilités de comparaison entre livres. Un des moyens sera l’établissement d’une base de matériel typographique utilisé à cette époque, sans doute ajoutée à la base Maguelone jusqu’ici consacrée au XVIIIe siècle : http://maguelone.enssib.fr

– aider les recherches en cours sur l’histoire de l’illustration à cette période

– multiplier les possibilités de recherche afin d’être utile à un grand nombre de chercheurs : bibliographes et historiens du livre mais aussi littéraires, historiens d’art, spécialistes de l’histoire de l’éducation, de la culture… avec une attention particulière portée aux chercheurs débutants ou peu habitués aux difficultés d’étude du livre ancien.

Nos réflexions portent donc sur tous ces domaines et seront réunies sur ce texte.

Le projet a été lancé par William Kemp, qui assure l’enrichissement de la base en collaboration avec Raphaële Mouren, qui suit avec lui les questions scientifiques et techniques.

Il est entrepris et mené à bien au sein du centre Gabriel Naudé, équipe de recherche de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, en collaboration avec des enseignants-chercheurs de l’Université Louis-Lumière Lyon 2.