Quelle période retenir?

La question de la période à retenir s’est posée. William Kemp et Raphaële Mouren étant spécialistes du XVIe siècle, la partie centrale ne portait pas à discussion. La réflexion a porté dans deux domaines :

– le livre avant 1501. Il est évident qu’un certain nombre d’imprimeurs sont actifs à cheval sur les deux siècles. Il sera donc impossible de ne décrire que des livres publiés à partir de 1501. Toutefois, il n’a pas paru prioritaire d’afficher la volonté de décrire les incunables, au vu des deux projets de catalogues exhaustifs déjà existants : l’Incunabula Short Title Catalogue et son extension l’Illustrated Incunabula Short-Title Catalogue, et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke. Plus ambitieux encore, le projet Incunabula : the Printing Revolution in Europe 1450-1500, ensemble de microfiches reproduisant des incunables ; 71 unités sont parues, pour environ 7100 ouvrages sur 23 000 microfiches.

Il faudra à terme intégrer les incunables lyonnais dans le projet BEL, soit environ 1250 éditions, en complétant les informations manquantes dans l’ISTC.

– la fin du projet. Doit-on, comme les projets VD16 et VD17, respecter exactement les siècles? Doit-on se caler sur l’histoire , en stoppant par exemple en 1610 (mort d’Henri IV)? ou 1660 (début du règne de Louis XIV)? Doit-on viser à terme le livre artisanal, soit jusqu’en 1810 (date traditionnelle en France), soit jusqu’en 1820 (comme la base HPB)? Pour l’instant seuls des imprimeurs actifs au XVIe siècle ont été traités.

Note tirées d’un document programmatique du 1er juin 2007.

Le projet Bel

Le projet Bel consiste dans l’établissement de la bibliographie rétrospective exhaustive des livres imprimés à Lyon entre 1501 et 1600.

Les objectifs sont les suivants :

– compléter les connaissances actuelles au fur et à mesure des découvertes d’éditions inconnues

– compléter les identifications incomplètes de livres auxquels manque l’indication de l’imprimeur, de la date ou de la ville, en offrant des possibilités de comparaison entre livres. Un des moyens sera l’établissement d’une base de matériel typographique utilisé à cette époque, sans doute ajoutée à la base Maguelone jusqu’ici consacrée au XVIIIe siècle : http://maguelone.enssib.fr

– aider les recherches en cours sur l’histoire de l’illustration à cette période

– multiplier les possibilités de recherche afin d’être utile à un grand nombre de chercheurs : bibliographes et historiens du livre mais aussi littéraires, historiens d’art, spécialistes de l’histoire de l’éducation, de la culture… avec une attention particulière portée aux chercheurs débutants ou peu habitués aux difficultés d’étude du livre ancien.

Nos réflexions portent donc sur tous ces domaines et seront réunies sur ce texte.

Le projet a été lancé par William Kemp, qui assure l’enrichissement de la base en collaboration avec Raphaële Mouren, qui suit avec lui les questions scientifiques et techniques.

Il est entrepris et mené à bien au sein du centre Gabriel Naudé, équipe de recherche de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, en collaboration avec des enseignants-chercheurs de l’Université Louis-Lumière Lyon 2.