Biblyon

Cinq ans de rencontres sur le livre et la création littéraire et artistique à Lyon au XVIe siècle

La cinquième édition de Biblyon a eu lieu le 3 juillet 2015 à l’université Lyon 2. C’est l’occasion de faire le point sur ce programme.
Biblyon est organisé par Michèle Clément et Raphaële Mouren, bénéficiant d’une double subvention de la région Rhône Alpes entre 2012 et 2015 pour financer les rencontres et une bourse de doctorat de 3 ans. La prochaine rencontre Biblyon aura lieu le dernier vendredi de juin 2016.

Voici la liste des communications proposées depuis 2011, par ordre alphabétique d’auteur :

Simonetta Adorni Braccesi (Lucques), Entre hérésie et hermétisme : trois  éditions de Jean de Tournes I (1544-1546) et leurs sources italiennes.
Raphaëlle Bats (enssib / Centre Gabriel Naudé), Problèmes méthodologiques et techniques pour le traitement des préfaces de Sébastien Gryphe.
Guillaume Berthon (Université Toulon Sud-Var/ EA 2649 Babel), Sur quelques découvertes bibliographiques récentes (1530-1540).
Guillaume Berthon (Université Toulon Sud-Var/ EA 2649 Babel), Antoine Du Saix et les éditions de Marot et de Plutarque dans l’atelier de Guillaume Boullé.
Guillaume Berthon (Université Toulon Sud-Var/ EA 2649 Babel), Sur l’officine « à l’enseigne du Rocher » et Sulpice Sabon.
Charlène Beziat (Master 2 Cultures de l’écrit et de l’image, Université Lyon 2-enssib), Les papiers d’Henri Baudrier à la bibliothèque municipale de Lyon : nouvelles découvertes.
Livia Castelli (Sapienza Università di Roma), Les Giunta de Lyon.
Michèle Clément (Université de Lyon 2/ GRAC), Juristes écrivains à Lyon.
Marion Chalvin (Master 2 cultures de l’écrit et de l’image, Université Lyon 2-enssib), Un imprimeur-libraire, Jacques Sacon.
David Clot (université Lyon 2), L’emblème et son cadre. À propos d’une découverte récente sur la Délie de Maurice Scève.
David Clot (IHPC, UMR 5037) en collaboration avec William Kemp (Université McGill), Les identités du livre à Lyon 1476-1515 : entre « souscription », titre, nom, marque et adresse.
Isabelle de Conihout (Bibliothèque Mazarine), Le Bassantin de Catherine de Médicis, une reliure de Jean de Tournes ?
Léa Constantin (Université Lyon 2 / enssib), L’édition religieuse lyonnaise au début des années 1560.
Richard Cooper (Brasenose College, Université d’Oxford), Présentation du projet  ‘Le livre illustré à Lyon au XVIe siècle’.
Dominique Coq (ministère de la Culture, Paris), Incunables lyonnais inconnus récemment découverts à la bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts.
Sylvie Deswarte-Rosa (CNRS / Grac), À propos d’Il Petrarca de Jean de Tournes en 1547. La Trinité trifrons en France dans le sillage de Savonarole.
Jean Duchamp (Université Lyon 2/ Grac), Une édition perdue récemment retrouvée: le premier livre des psaumes publié par Du Bosc et Guéroult.
Jean Duchamp (Université Lyon 2/ Grac), Le dicte en françois de Jehan Tisserant (Lyon, C. Nourry, 1501) : sur la notation en plain-chant d’un cantique populaire en français.
Jean Duchamp et Marion Deleuze (Université Lyon 2), L’édition de la musique dans les missels imprimés par Jacques Sacon.
Monique Hulvey (bibliothèque municipale, Lyon/Centre Gabriel Naudé), De Rome à Lyon, la bibliothèque de Sante Pagnini (1470-1536) revisitée.
Monique Hulvey (bibliothèque municipale, Lyon/Centre Gabriel Naudé), Présentation du développement de la bibliothèque numérique de la ville de Lyon, Numelyo.
Rémi Jimenes (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), Louis Miré chez Jean de Tournes : la carrière lyonnaise d’un correcteur parisien.
Michel Jourde (École normale supérieure de Lyon/Cerphi), Jean de Tournes messager de ses livres.
Michel Jourde (École normale supérieure de Lyon/Cerphi), Présentation du projet UOH « Lyon, une capitale du livre à la Renaissance.
Elsa Kammerer (Université Lille 3), Une publication féminine méconnue à Lyon : les Epistres amoureuses, Claude Nourry, ca. 1529-1534.
William Kemp (Université McGill), Sur quelques placards lyonnais (avec exposition de reproductions à l’échelle de certains placards).
Claude La Charité (Université de Québec à Rimouski), Rabelais éditeur des Lettres médicales de Giovanni Manardo. 
Claude La Charité (Université de Québec à Rimouski), Rabelais éditeur des lettres et des miscellanées de Politien chez Gryphe.
Emeline Huguet (enssib – Université Lyon 2), La politique éditoriale de Macé Bonhomme.
William Kemp (Université McGill) (in absentia – papier), Un recueil de onze pièces rassemblé à Lyon peu après la mort de François Ier : un volume commémoratif ?
Catherine Langlois-Pézeret (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours), Sylvie Laigneau-Fontaine (CPTC – Université de Bourgogne), Les Épigrammes de Ducher : édition et traduction.
Hélène Lannier (Université Lyon 2 / enssib), La publication des Libri de re rustica par Sébastien Gryphe.
Hélène Lannier (Université Lyon 2), Benoît Le Court, un juriste humaniste à Lyon dans les années 1530-1550;
Alessandro Ledda (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan), Cagliari, Lyon, or somewhere else ? Attributive questions about the 1560 edition of the Carta de Logu. With a note on book trade between Sardinia and Lyon in the XVIth Century.
Maud Lejeune (bibliothèque municipale Lyon/ Université Lyon 2), Quelques remarques autour des dessins préparatoires aux illustrations des Bibles imprimées chez Jean de Tournes, attribués au maître-peintre Bernard Salomon.
Clémence Miellet (enssib), Barnabé Chaussard et ses successeurs, 1492-1560.
Ilario Mosca (Scuola normale superiore, Pise/École pratique des hautes études, Paris), Les marchands florentins à Lyon et le livre.
Pascale Mounier (Université Lyon 2/ GRAC), Actualité de la base Éditions lyonnaises de romans (ELR).
Pascale Mounier (Université Lyon 2/ GRAC), Philandre : un nouveau roman de chevalerie lyonnais.
Pascale Mounier (Université de Caen/ Laslar EA 4256), Philandre de Des Gouttes et l’actualité narrative en 1544
Raphaële Mouren (enssib/ Centre Guillaume Budé/ Centre Gabriel Naudé), André Alciat et les imprimeurs lyonnais.
Olivier Pédeflous (Université Paris-Sorbonne, Fondation Thiers) : Entre Lyon et Paris. La poésie de circonstance néo-latine au miroir dun recueil de Benoît Le Court.
Olivier Pédeflous (Institut de recherche et d’histoire des textes, CNRS) et Romain Menini (Université Paris Est Marne-La-Vallée), Étienne Desgouttes, de Paris à Lyon.
(Université Paris III Sorbonne nouvelle), Une édition inconnue d’un recueil de Charles Fontaine.
Elise Rajchenbach-Teller (EA 174 FIRL), Un recueil perdu et retrouvé de Charles Fontaine: Le Jardin d’Amour (1572-1588).
Jérôme Sirdey (Bibliothèque nationale de France), Deux éditeurs lyonnais aux avant-postes du combat religieux : Michel Jouve et Jean Saugrain.
Jean Vignes (Université Paris Diderot), L’Étrille et drogue au querelleux pédant (Lyon, 1578) de Jean de Boissières.
Olivier Wagner (conservateur stagiaire, enssib), Le livre juridique à Lyon au seizième siècle.

de BEL16 à BEF16 ? Sans doute pas

Les lecteurs attentifs avaient peut-être remarqué que le titre officiel du carnet est : « Bibliographie des éditions françaises du XVIe siècle ».

En effet, si le carnet a été ouvert pour permettre de réfléchir et avancer sur le projet de bibliographie des éditions lyonnaises du XVIsiècle, il est bien évident qu’il s’insère, à minima, dans l’ensemble des projets consacrés à la bibliographie exhaustive rétrospective des livres publiés en France au XVIe siècle…

L’ensemble des projets : ce sont essentiellement des bibliographies rétrospectives thématiques : cela concerne les bibliographies par auteur ou imprimeur, par langues, par villes…

Mais plus précisément, il me semble que BEL16 pourrait être davantage lié aux autres projets régionaux ou locaux, qui ne sont pas nombreux. Le plus ancien est bien entendu le projet Renouard, consacré à la description de la production parisienne du XVIe siècle. Ce projet connaît en ce moment des évolutions, avec une informatisation et une mise à disposition prochaine des données en ligne… Voilà le genre de nouvelles qui pourrait intéresser le carnet « Bibliographie des éditions françaises du XVIe siècle » ! Malheureusement, mes messages au directeur du département dela BnF chargé du projet Renouard, au printemps dernier, pour lui proposer d’ouvrir aux responsables du projet le carnet, sont tout simplement restés sans réponse. Tant pis, donc, on ne saura pas si oui ou non les notices des volumes imprimés sont d’ores et déjà disponibles en ligne, et tant pis pour la grossièreté…

Autre projet récent, consacré à l’Humanisme rhénan, dont j’ai pris connaissance par hasard en participant au colloque « Strasbourg, ville de l’imprimerie« . Je n’avais vu aucune information sur ce projet, invisible sur Internet, au sein duquel James Hirstein m’a dit avoir terminé la bibliographie des livres imprimés à Haguenau. Je lui ai donc proposé de participer au carnet. Il était trop surchargé à l’époque (avril 2012) pour me répondre, j’attends toujours.

En conclusion, il semble donc que personne ne voit, à part moi, à quoi servirait de travailler ensemble pour mener à bien la bibliographie exhaustive rétrospective des livres publiés en France au XVIe siècle. Les collaborations ne pourraient-elles pas nous permettre d’obtenir davantage de moyens, en particulier techniques? d’avoir davantage de collaborations scientifiques, indispensables pour faire progresser notre connaissance de cette production, car au fond, pour cela, il faut aller voir les livres eux-mêmes?

Consolons-nous en nous disant que d’autres projets existent déjà et permettent de faire des recherches : la Bibliotheca bibliographica aureliana décrit la production par localité : Bordeaux, Strasbourg, Caen, Rouen, Lyon (12 volumes parus)… VD16 décrit la production alsacienne. Mieux : toute la production française du XVIe siècle est décrite dans les quatre volumes publiés par Brill : French vernacular books et French books in Latin and languages other than french, ouvrages dont les faiblesses ont été pointées en leur temps, faiblesses qui ont été, on l’espère, corrigées par la mise en ligne de la base de données (USTC).

Bref, à quoi bon travailler en collaboration ? Le projet lyonnais avance, bon an mal an, grâce à William Kemp qui continue à faire des découvertes essentielles pour notre connaissance de cette production, de l’histoire du livre et des libraires. Sa connaissance approfondie de cette production lui permet, au travers du travail bibliographique, de faire des découvertes importantes : datation relative des ouvrages non datés, connaissances plus précises sur les transferts de fontes… Certes, il reste à compléter, harmoniser nombre de notices. On commence à y avoir accès, malgré l’absence de moyens financiers pour la mise en ligne, sur e-corpus, grâce à la générosité du CCL. Le projet a trouvé des compléments de grande importance, comme la base des romans lyonnais. On cherche de toute urgence un doctorant en littérature française du XVIe siècle (Littérature et imprimerie à Lyon au XVIe siècle) qui pourrait apporter sa pierre à l’édifice, car on dispose d’une allocation doctorale. Bref, on avance, contre vents et marées. Avec des collaborations. Mais pas de mise en réseau au niveau national. On aura essayé.

 

Séminaires sur le livre à Lyon au XVIe siècle

Séminaires proposés en 2011-2012 à Lyon :

– Le livre au temps de l’Humanisme. Raphaële Mouren, MCF d’histoire, enssib. Séminaire de master 2 Politique des bibliothèques, ouvert aux étudiants de master 1 et 2 Cultures de l’écrit et de l’image. Premier semestre, mardi 17h-19h30, enssib.

– Microcosme de Maurice Scève. Michèle Clément, PR de littérature, université Lyon 2. Séminaire de master 1 « littérature française de la Renaissance », ouvert aux étudiants de master 1 et 2 Cultures de l’écrit et de l’image. Premier semestre, jeudi 10-11h-45, U Lyon 2 (campus du Rhône).

Disponible en pre-print : Réflexions sur l’établissement d’une bibliographie exhaustive rétrospective électronique

En juin 2008, à l’occasion du colloque Histoire du livre, histoire du texte, histoire littéraire : traditions bibliographiques, organisé par Hélène Cazes à l’Université de Victoria (B.C.), j’avais présenté une communication pour présenter BEL16. Cette communication revient sur les différentes écoles de bibliographie et les évolutions depuis un siècle. Elle devrait paraître très bientôt dans la revue Renaissance and Reformation/Renaissance & Réforme. Elle est désormais disponible en préprint dans HAL-SHS :

Réflexions autour du projet de bibliographie des éditions lyonnaises du seizième siècle (BEL16)

Raphaële Mouren

Bel 16, on avance

Bien que ralenti, Bel 16 avance toujours. William Kemp continue à établir le catalogue d’imprimeurs. Il a lancé des recherches pour la mise en ligne de la base.

Un autre essai de mise en ligne grandeur nature est mené par e-corpus, dont la structure souple, entièrement en XML, devrait permettre d’accueillir les notices de Bel16 sans les modifier et offrir surtout des modes de recherche adaptés à tous les publics.

Des mémoires ont été soutenus récemment : ceux d’Oliver Wagner, consacré aux éditions juridiques à Lyon au seizième siècle, et de Marie-Dominique Tamet, sur les Senneton éditeurs à Lyon, sont déjà en ligne dans la bibliothèque numérique de l’enssib.

Nouveauté, le projet BIBLYON, qui vise à réunir les recherches menées en histoire de la littérature, histoire du livre et histoire de l’art à Lyon, a désormais son site propre, et surtout une bibliographie. Celle-ci est encore en cours de constitution, n’hésitez pas à nous signaler des références qui manqueraient !

journée d’études : Les projets de bibliographie du livre ancien à l’époque du numérique : méthodes et réseaux

8 et 9 novembre 2010, enssib

Cette journée d’études a pour objectif d’aider les responsables de projets de bibliographie ou d’étude de corpus d’éditions des débuts de l’époque moderne et les centres de recherche à réfléchir à des collaborations possibles, dans le domaine scientifique, technique et financier.

8 novembre, 13h30-18h.

9 novembre, 9h-13h15.

Ont déjà accepté de participer :

Michèle Clément, Université Lyon 2-Grac/UMR histoire de la pensée classique, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en littérature.

Claudia Fabian, directrice du département des manuscrits et livres rares de la Bayerische Staatsbibliothek München, pour VD16 (bibliographie des éditions allemandes et en allemand du seizième siècle)

Erik Geleijns, de la Koninklijke Bibliotheek, La Haye, pour le STCN (bibliographie des livres néerlandais 1540-1800)

Jean-François Gilmont, Université de Louvain, Académie royale de Belgique, responsable scientifique de GLN 15-16 qui couvre les livres imprimés ou édités à Genève, Lausanne et Neuchâtel.

John Goldfinch, ISTC-British Library, pour présenter le fonctionnement en réseau, au niveau international, de l’Incunabula Short-Title Catalog, catalogue mondial des incunables.

Michel Jourde, ENS de Lyon-Cerphi/UMR histoire de la pensée classique, pour parler du travail de l’équipe qu’il a réunie sur l’imprimeur Jean de Tournes.

Isabelle Le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France, pour établir les conclusions de la journée.

Claudia Leoncini, ICCU, pour EDIT16, bibliographie des livres publiés en Italie ou en italien au seizième siècle.

Philippe Martin, Université de Lyon2-Larhra, pour rappeler les besoins et demandes des chercheurs en histoire.

Pascale Mounier, pour présenter le projet d’analyse des romans lyonnais du seizième siècle, qui s’appuiera sur Bel16 et lui apportera un complément scientifique très riche.

Andrew Pettigree, Université Saint-Andrews, responsable du projet USTC, qui a pour objectif de donner accès dans un seul portail à l’intégralité des ouvrages publiés au seizième siècle.

Dominique Varry, enssib-centre Gabriel Naudé, pour rappeler les apports de la bibliographie matérielle

Magali Vène, de la Réserve des livres rares, Bibliothèque nationale de France, pour présenter les évolutions en cours du projet Renouard, consacré aux imprimeurs-libraires parisiens du seizième siècle.

Voir le programme dans calenda.


Réflexions en cours : la mise en ligne

Les moyens de mettre en ligne une base de données complexe ne sont pas si nombreux. L’enssib a demandé une aide extérieure pour identifier ses besoins et les choix possibles. La société Six et Dix a répondu et mené à bien l’étude.

La partie consistant à étudier les possibiliés réelles de mise en ligne s’est révélée bien plus longue que prévu. En effet, après avoir concocté un très léger cahier des charges exposant les besoins et les demandes de Bel16, on l’a envoyé à diverses sociétés ou partenaires possibles.

Tout d’abord, signalons que la possibilité d’utiliser un SIGB a été écartée dès le début : les fiches que nous souhaitons proposer à terme pour chaque ouvrage publié à Lyon au seizième siècle sont très enrichies et le format Marc n’y correspondait pas.

Ont été contactées :

– deux sociétés spécialisées dans la conception des bases de données. Elles ont envoyé des devis tournant plus ou moins autour de 100 000 euros.

– deux sociétés spécialisées dans l’adaptation de logiciels libres. Malgré plusieurs relances, elles n’ont jamais répondu, ce que nous avons analysé comme le signe du peu d’intérêt que nous représentions pour ces sociétés, qui avaient peu de chances de réutiliser le travail qu’elles auraient fait pour nous.

– les responsables scientifiques ou exécutifs de deux projets très semblables au nôtre. Pour le premier projet, aussi bien le concepteur que les propriétaires de la base de mise en ligne ont sur le champ accepté que nous utilisons leur travail, gratuitement pour une partie, dans des conditions financières qui restent à fixer pour l’autre partie. Le responsable exécutif  du second projet a été rencontré en personne, a montré son enthousiasme, mais, après réception du cahier des charges et la demande d’une réponse écrite, n’a même pas pris la peine d’accuser réception, malgré des relances.

Au bout de six mois d’attente vaine d’une réponse pour 3 des 6 possibilités envisagées, un comité de pilotage a tranché au début du mois de juin entre les 3 possibilités, qui sont donc :

– deux possibilités à 100 000 euros où tout reste à faire

– une possibilité fonctionnant déjà depuis plusieurs années, à moitié gratuite et à moitié sans doute payante à un prix forfaitaire bien inférieur.

Je vous laisse deviner…

En guise de post -scriptum : à la suite d’échanges de mails sur un autre sujet, une proposition est arrivée le 22 juillet du responsable scientifique du deuxième projet déjà existant que nous avions contacté en mars, qui ne répond pas à notre demande mais propose une collaboration d’un type assez différent, et a spécifié que pour travailler avec lui, nous devrions changer s’il le fallait les 7 000 notices déjà établies pour les adapter à son modèle. On attendait une réponse depuis mars, on a pris une décision il y a presque deux mois… pfuuu… voilà bien le genre de dossiers qu’on range délicatement en se disant qu’on aura toute l’énergie qu’il faut pour s’en occuper après l’été.

Bon été, donc, et les affaires reprendront à la rentrée, avec en particulier une réunion prévue les 8 et 9 novembre prochains des responsables des projets déjà existants au niveau national et international : VD 16, EDIT16, GLN 15-16, ISTC, j’espère aussi le projet Renouard, ainsi que des représentants d’équipes de recherche lyonnaises. Réservez les dates si vous vous intéressez aux bibliographies exhaustives rétrospectives électroniques !

un peu de constance ne nuit pas

Ce qui est vraiment difficile, c’est de fixer un mode de description et de s’y tenir. Cela a l’air simple, pourtant. La description des livres, et des livres anciens en particulier, a fait l’objet de tentatives de normalisation depuis deux siècles. Mais comme je l’ai déjà écrit, on se heurte aux différences d’habitude des bibliographes et des bibliothécaires pour les informations de base (titre, auteur), et, par ailleurs, les choses se compliquent lorsqu’on veut aller dans un niveau de détail inhabituel dans les notices catalographiques.

Il faut partir de l’existant : se baser sur l’ISBD(A), et réfléchir aux informations supplémentaires que l’on souhaite ajouter : notices d’autorité (auteur, imprimeur, collaborateurs divers), pièces liminaires, etc.

Mais ce n’est pas si simple, car si l’ISBD(A) paraît d’un usage normal pour un bibliothécaire, il n’en est pas forcément de même pour un bibliographe, qui se posera d’autres questions. Et par ailleurs l’ISBD(A) laisse une certaine liberté au catalogueur, y compris dans sa version française (norme Afnor) actuellement en cours de mise à jour. Et puis on est parfois distrait… on laisse passer quelque chose… on part d’une notice copiée ailleurs et on ne s’aperçoit pas tout de suite qu’elle est incomplète… on oublie de faire tous les renvois vers les formes rejetées, ce qui permettrait à l’utilisateur de trouver ce qu’il cherche…

A l’automne 2009, nous avons défini un modèle de description, très complet. Il prévoit en particulier l’utilisation de nombreuses notices d’autorité destinées à aider à la recherche à l’intérieur de la base.

Bien entendu, nous ne prévoyons pas de remplir chaque notice en entier tout de suite, mais plutôt de les enrichir peu à peu par un travail collaboratif.

Eh bien, 3 mois plus tard, il s’avère qu’on ne l’utilise pas, et si on décide de l’utiliser, c’est de manière incomplète.

Il ne reste plus qu’à reprendre les notices existantes pour les fondre dans ce nouveau modèle, complet, que voici (remarques et critiques sont les bienvenues) :

Description

Commentaire

Bloc 1 : données de gestion

Numéro BEL16

Attribué une fois pour toutes par le système, non modifiable, unique. 1

CHAMP OBLIGATOIRE

Numéro source

Numéro de la notice dans une base d’origine.

CHAMP REPETABLE

Niveau de catalogage

Liste codée : « sommaire », « vérifiée », « validée ».

CHAMP OBLIGATOIRE

Niveau d’enrichissement

Liste codée : « sommaire », « avec autorités ».

CHAMP OBLIGATOIRE

Niveau édition/émission

Codé (édition (par défaut), émission)

Liens vers les autres émissions

Liens cliquables et réciproques. Ne peut être rempli que si le champ ci-dessus = « émission ».

Création par … le …

Champ système.

CHAMP OBLIGATOIRE

Fantôme

Oui/Probable/Non (valeur par défaut). Signifie qu’on considère que l’édition n’a jamais existé. « Probable » est indexé comme « Oui ».

Dernière modification par … le …

Champ système.

CHAMP OBLIGATOIRE

[Liens cliquables vers une autre notice] : nom du lien, numéro BEL16 de la cible.

Vers autre notice d’édition associée, édition partagée, réémission tardive, etc. Données répétables.

[Liens vers les exemplaires]

Bloc 2 : notice abrégée normalisée

Auteur principal

Forme normalisée, avec code de fonction.

CHAMP REPETABLE

Titre uniforme principal

Forme normalisée, avec code de fonction

CHAMP REPETABLE

Titre abrégé

Texte structuré. Titre modernisé…

CHAMP OBLIGATOIRE

Adresse (Lieu : imprimeur/libraire, dates)

Texte structuré. Adresse normalisée, éventuellement restituée entre crochets.

CHAMP OBLIGATOIRE

Date de recherche et de tri

AAAA, AAAA, AAAA… [Toutes dates sont cherchables, la première sert de critère de tri]

Fourchette de datation

AAAA-AAAA

Pour la recherche, cette fourchette est énumérée en dates du début à fin. Exemple : [1561-1563] est indexé comme 1561, 1562, 1563.

Format réel (4°, 8°, etc.) 2

Normalisé, liste de valeurs codées (cf. GLN).

Langue et musique

Saisie codée ISO 639-2, avec un niveau attaché.

1 = langue principale.

2 = langue d’ouvrage multilingue.

3 = langue résiduelle.

Affichée en clair, donnée répétable.

Exemple : français 1 ; latin 3.

Prévoir la langue « mus = musique ».

Contributeurs secondaires

Inclut : auteurs, illustrateurs, gens du livre, y compris les dédicataires.

Forme normalisée (personne + code de fonction).

CHAMP REPETABLE

Références vers un livre numérisé

Permalien cliquable, à poser ici si l’exemplaire numérisé n’est pas identifié.

CHAMP REPETABLE

Bloc 3 : notice descriptive

Titre complet

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, y compris les noms d’auteurs qui y apparaissent, les contractions étant développées, et les i/j, u/v normalisés. Uniquement en minuscules. Pas de saut de ligne.

Adresse complète sur le titre

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions.

Autres adresses

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions, et mention de l’emplacement.

CHAMP REPETABLE

Colophon

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions, et mention de l’emplacement.

Privilège

Texte libre. Tel que sur l’ouvrage, avec les mêmes conventions.

[Lien vers le privilège]

Cliquable

CHAMP REPETABLE

Marque typographique

Texte libre. Description, dimensions, références, devise, emplacement.

[Liens vers les images]

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Format | signatures | collation

Texte structuré.

Nombre de feuilles

Numérique 3

Matière codifiée

Donnée codée (liste GLN). CHAMP REPETABLE

Matière

Texte libre. Class. Brunet-Parguez ? Rameau ?

CHAMP REPETABLE 4.

Dates

Dates trouvée, emplacement dans le livre, saisie en ISO 8601 :2000 (format AAAA-MM-JJ)

Notes sur l’édition / l’émission

Texte libre

Bloc 4 : contenu

Pièces liminaires

Texte structuré. Type, emplacement, auteur, début, noms de personnes tels que dans le texte, lieu, dates. Données répétables.

Exemple : Au f. 3v, épître dédicatoire de Marc-Antoine de Muret à Jean de Belleville, signée de Lyon, 13 juillet 1564. A très honoré Seigneur…

Titre de dépouillement musical | Auteur | Forme | Emplacement

Texte structuré.

CHAMP REPETABLE

Exemple : Missa Stephane gloriosa| P. Moulu| Messe 4 v. | f. 2r

La forme normalisée des auteurs sera saisie dans le champ Contributeur secondaire du bloc 2.

Notes sur le contenu

Texte libre.

Bloc 5 : typographie et ornementation

Types de caractères

Texte libre.

Caractères utilisés

Texte libre. Références et pages concernées.

Ornements

Texte libre. Types, emplacement, techniques

[Liens vers le matériel]

Ce champ peut aussi accueillir un lien vers la base Maguelone.

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Illustrations

Texte libre. Type, nombre, emplacement, techniques.

[Liens vers les images]

Ce champ peut aussi accueillir un lien vers la base Maguelone 5.

Cliquable.

CHAMP REPETABLE

Notes sur la typographie et l’ornementation

Texte libre.

Bloc 6 : Références

Références bibliographiques

Champ unique avec toutes les références à la suite, sous la forme Code + page/numéro. Exemple :

BAUDRIER VI, 67 ; CARTIER n° 234.

Le code renvoie à une référence saisie dans la table « Référence » 6.

Liste des exemplaires

Champ temporaire servant à accueillir temporairement les exemplaires saisis sous FMP.

1 Après la suppression d’un doublon, il y aura donc un trou dans la numérotation.

2 Les formats apparents sont notés au niveau de l’exemplaire (en cm).

3 Le nombre de feuilles sert à estimer le travail de composition et de presse. Il peut être déduit du format et de la collation.

4 L’intérêt d’un champ répétable réside dans l’usage de différentes classifications qu’on ne souhaite pas mélanger.

5 http://maguelone.enssib.fr/vignette.php?samesession

6 Il pourrait d’ailleurs être sensitif au curseur. Le code des articles serait sous la forme : AUTEUR AAAA.

L’équipe du projet BEL 16

L’équipe qui mène à bien la bibliographie des éditions lyonnaises du seizième siècle est fort réduite.

L’initiateur et porteur du projet est William Kemp, spécialiste du livre lyonnais pendant cette période. Il établit les notices en s’aidant des travaux antérieurs, les siens comme ceux des autres  (bibliographies, catalogues de bibliothèques en ligne, travaux de recherche et d’étude) et en consultant des exemplaires.

Raphaële Mouren assure le suivi du projet à l’enssib, en particulier le suivi technique et financier.

Des spécialistes nous apportent leur aide pour établir ou corriger les annales d’un imprimeur particulier :

Jean Duchamp (université Lyon 2) pour la musique imprimée,

Pascale Mounier (université Lyon 2) a participé à l’établissement du catalogue de Sainte-Lucie,

Michel Jourde (École normale supérieure de Lyon) pour Jean de Tournes…

Des doctorants de l’université Lyon 2, des étudiants du master Cultures de l’écrit et de l’image et du diplôme de conservateur de bibliothèque étudient des imprimeurs ou comparent des productions :

Jérôme Sirdey, conservateur stagiaire des bibliothèques, a établi le catalogue des imprimeurs Saugrain et Jouve, et comparé leur production,

Florine Stankiewicz, conservateur stagiaire des bibliothèques, a établi le catalogue de l’imprimeur parisien Michel Lenoir, faisant avancer nos réflexions sur les questions de format de balisage (son catalogue est en XML EAD).

Du 1er octobre 2009 au 30 juin 2010, Sheza Moledina, sur un poste de postdoctorant, nous aide à finaliser les notices en vue de leur mise en ligne en complétant les informations manquantes, en cherchant des réponses à des questions difficiles, et en consultant des exemplaires des livres décrits.

Enfin, pendant l’automne 2009, la société Six et Dix, représentée par Laurent Guillo, nous aide à préciser les contours techniques et à faire les choix informatiques pour la conservation et la mise en ligne de nos données.

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

3e sous-question : les titres

Le 30 janvier avait lieu à Lyon une table ronde organisée par l’association Renaissance, Humanisme, Réforme, consacrée au roman à Lyon au XVIe siècle. Un projet de base de données des romans imprimés à Lyon au XVIe siècle a été présenté, dont j’ai pris connaissance à ce moment-là.

Le cœur du projet est de donner des informations précises sur le contenu des ouvrages: table des matières, voire transcription et/ou édition de certains romans, c’est à dire faire réellement de l’édition (comme Epistemon ?), etc. Cette partie du projet est très intéressante et ses promotrices ont entre autres comme objectif d’aider à connaître la production parfois difficile à trouver dans les catalogues de bibliothèque : titres non fixés, plaquettes parfois mal décrites dans les recueils sont autant d’obstacles qui font disparaître un texte pourtant présent dans les catalogues.

Un des aspects très importants que fait ressortir ce projet est la nécessité d’établir des titres uniformes dans ce domaine particulier du roman. Nous avons  déjà parlé de cette question, et en particulier des FRBR. Et en écoutant la présentation du projet Romans à Lyon, je me suis rendue compte que j’avais mésestimé l’importance du titre uniforme : dans le cas des romans, ce sera le seul moyen de permettre une recherche dans cette catégorie, tant les titres sont fluctuants au XVIe siècle, abandonnant peu à peu la forme médiévale de l’incipit (« Cy s’ensuyt l’histoire… ») au profit du titre moderne (« Flamette »), ou bien découpant ou réunissant des œuvres. J’ai vu donc s’ouvrir devant moi un énorme chantier sous forme de gouffre, pour lequel Bel16 aura certainement besoin de l’aide des littéraires spécialistes du domaine.