1e question : comment structurer les notices bibliographiques

2e sous question : La description des éditions : les informations nécessaires

copie exacte de la page de titre

Certains bibliographes s’interrogent sur l’utilité de la copie exacte de la page de titre, qui donne des indications difficiles à comprendre et déchiffrer, et incomplètes. Une fois encore, il faut se poser avant tout la question du type d’utilisateurs de ces notices. Pour moi, cette copie est utile et nécessaire, oui, suffisante non. L’utilité principale tient dans l’aide à l’identification d’un exemplaire : un chercheur, un bibliothécaire qui a un livre en main et cherche à savoir de quelle édition il s’agit. Il a donc besoin d’effectuer des comparaisons. Dans ce cas, une notice incomplète, dans laquelle il manque par exemple les premiers mots du titre (cela arrive!), ou bien la fin d’un long titre, rend impossible l’identification. C’est particulièrement flagrant pour des livres très souvent édités, comme Cicéron par exemple. Etablir une notice en enlevant les 3 premiers mots, « Marci Tullii Ciceronis », empêche donc l’identification et rend la bibliographie inutilisable pour une catégorie d’utilisateurs.

informations à ajouter

* nom de l’auteur et auteurs secondaires

Ces derniers n’apparaissent pas toujours sur la page de titre, ou bien à l’inverse un auteur affiché sur la page de titre n’est pas intervenu dans le livre. Quelle utilité ? Tout d’abord, différencier une édition d’une autre. Prenons le cas de Sébastien Gryphe, qui imprime tous les ans plusieurs livres de Cicéron : il réimprime régulièrement les mêmes textes, mais établis par des humanistes différents. La plupart du temps, le nom de l’éditeur scientifique n’apparaît pas au titre, et la lecture de celui-ci ne nous donne pas assez d’informations. Impossible de savoir de quel texte il s’agit, celui de Hegendorf, celui de Vettori, celui de Melanchthon…

Ainsi, dans le livre suivant : M.T. Ciceronis opera, ex Petri Victorii castigationibus, his accesserunt castigationum eiusdem Victorii explicationes, ac Joachimi Camerarii Pabenbergensis annotationes, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, [16], 742 p. : il n’y a aucune intervention de Joachim Camerarius dans le livre…

* contenu des pièces liminaires

C’est un des moyens de différencier des éditions, et en particulier d’identifier une nouvelle édition qui n’est pas une simple réimpression, ou de connaître le contenu d’un livre sans même avoir à l’ouvrir. Suffit-il de donner le titre et le nom de l’auteur, et dans le cas le plus fréquent, celui du destinataire de l’épître dédicatoire ? L’information est insuffisante, en voici quelques exemples :

1/ Paul Manuce éditeur de Cicéron.

En 1533, en commençant sa carrière, Paul Manuce édite les Lettres familières de Cicéron. Il est à la fois l’éditeur et l’éditeur scientifique, et dédicace son édition à Maffeo Leoni. Il réédite à plusieurs reprises ce livre. La réédition de 1540 contient aussi une épître à Maffeo Leoni, mais ce n’est pas la même : il en a écrit une nouvelle. La réédition de 1546 ne contient aucune des deux épîtres mais deux brèves adresses aux lecteurs érudits. Donc il faut non seulement indiquer la présence des pièces liminaires, préciser de quoi il s’agit, mais donner aussi l’incipit, les premiers mots du texte.

2/ Deux livres en un.

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Lugduni, apud Antonium Vincentium, [Excudebat Symphorianus Barbierus], 1562, 8°, 700 p.

Le titre laisse penser qu’il s’agit d’une réimpression d’un livre édité pour la première fois chez les Giunti de Venise en 1536, et réédité à Paris en 1538, puis à Bâle et Lyon en 1540 :

Petri Victorii Explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Venetiis, [in Officina Lucæantonii Iuntæ Florentini], 1536 [1537 Mense Ianuario], 2°, 79 f. + 1 f. de corrections
f. 2. « Petrus Victorius Bartholomeo Cavalcanti suo s. ». Inc. « Veram semper esse putaui… ».
f. 79 v. « Ad Lectorem » Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Parisiis, ex officina Roberti Stephani, 1538, 158 p.
« Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
p. 141. « Ad Lectorem », Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… » ; « Attende autem lector an posteriores nostrae cogitationes… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem castigationum, Basileæ in officina Hervagiana, 1540, 124 p.
« Petri Victorii Bartholomaeo Cavalcanti suo, s. » Inc. « Veram semper esse putaui… ».
« Ad Lectorem ». Inc. « Haec sunt quæ in meis castigationibus… ».

Petri Victorii explicationes suarum in Ciceronem Castigationum, Lugduni, apud Seb. Gryphium, 1540, 8°, 553, [12] p.

p. 3. « Petrus Victorius Bartholomaeo Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ». L’épître au lecteur de l’édition de 1536 est répétée aussi p. 549.

Mais sans avoir à ouvrir l’édition de 1562, la description des pièces liminaires permet de savoir qu’elle contient un autre livre, non indiqué au titre : il s’agit d’un petit livre publié pour la première fois à Lyon en 1542 :

Posteriores Petri Victorii castigationes in Epistolas, quas uocant Familiares, Luguduni [sic], apud Seb. Gryphium, 1541, 8°, 132, [4] p. Pièces liminaires :
p. 3. « Victorius Campano sal. » « Huiusmodi est studium illud… ». 8 septembre 1540.
p. 7. « Gryphius lectori ».

Voici donc la description des pièces liminaires de l’édition de 1562, dont une partie des exemplaires porte l’adresse « apud J. Frellonium ».  :
« Petrus Victorius Bartholomaœ Cavalcanti suo sal. ». Inc. « Veram semper putaui… ».
p. 549. « Ad lectorem ». Inc. « Hæc sunt quæ in meis castigationibus… ».
p. 568. « Victorius Campano sal. ». Inc. « Huiusmodi est studium illud, cui nos… ».

Qu’est-ce qu’une bonne base de données

La question a été posée récemment et des réflexions ont été menées.

Dans le cas de Bel 16, la réflexion est facilitée par le fait que la description du livre ancien est normalisée au niveau international depuis longtemps. Il ne reste qu’à s’interroger sur les informations qui ne correspondent pas aux objectifs du catalogage (signalement de collections existantes afin de permettre leur localisation et leur consultation) mais qui peuvent nous paraître indispensables pour construire une base bibliographique (réunion d’informations permettant d’identifier très précisément et sans erreur une édition spécifique et ses particularités, la description d’exemplaires n’y étant que rattachée).

Une des questions est évidemment celle de la pérennité des données, et des logiciels à utiliser, avec une réflexion en particulier sur l’utilisation de Filemaker Pro (utlisé pour la saisie de Bel 16). Toutes ces questions sont réunies dans un très riche article du carnet « Mame et fils » hébergé par hypothèses :

« L’art et la mesure : réflexions pour une base de données

Inventaire, bibliographie, catalogue?

Base de données, inventaire

Le projet a été lancé sous les noms de « base de données » et « inventaire chronologique« , c’est à dire une double référence à l’outil informatique et à la forme papier, contradictoire à mon avis. Inventaire chronologique fait référence bien entendu à l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, publié depuis 1972 par la BnF et le Service des travaux historiques de la ville de Paris.

L’idée de la base de données vient bien entendu du fait que les outils papiers existants sont incomplets et ne peuvent être enrichis. En particulier, les bibliographies décrivant la production imprimée lyonnaise au XVIe siècle laissent non datés un bon nombre d’ouvrages. Il y a donc un travail à mener dans ce sens. Une base de données est consultable à distance et peut s’enrichir. Elle permet le travail collectif et elle est aussi modulable. Ainsi si le manque d’un inventaire sous forme chronologique se fait sentir, on peut imaginer assez facilement qu’une base de données puisse être affichée au choix de l’utilisateur, par nom d’auteur, par nom d’imprimeur ou par date. La réflexion sur la forme de l’objet final n’a donc plus de raison d’être (à mon avis), si les questions techniques peuvent être réglées.

Dans une terminologie peut-être plus archivistique, »inventaire » décrit un outil de travail plus succinct, moins complet qu’une bibliographie. Et effectivement, la proposition initiale de l’inventaire était celle d’un Short Title Catalog, à l’image des notices de l’Inventaire chronologique, de l’ESTC, de l’ISTC ou du STCN. Il semblait indispensable de pouvoir disposer d’un inventaire chronologique de la production lyonnaise, qui manquait. Toutefois, il est vite apparu que la multiplication des informations désormais disponibles dans les catalogues informatiques des bibliothèques et dans les métacatalogues rendait nécessaire un travail plus fouillé. Par ailleurs, nous y reviendrons, la forme nécessairement succincte des STC rends ceux-ci à peu près inutilisables pour un certain nombre de chercheurs qui ne sont pas des bibliographes mais des spécialistes d’autres disciplines historiques ou littéraires, utilisant le livre non pour une étude de bibliographie ou d’histoire du livre, mais pour d’autres travaux, le livre imprimé ancien étant pour eux la source de leur étude.

Il apparaît donc que :

– l’outil informatique, structuré en ce sens dès l’origine, permet d’ordonner les données de manière différente, afin de permettre des lectures diversifiées de la bibliographie (et pas seulement des recherches ciblées) : présentation chronologique, ou bien par imprimeur, ou bien encore par auteur, type d’ouvrage etc.

– la richesse des informations aujourd’hui aisément disponibles par Internet (catalogues, catalogues collectifs, métacatalogues, bibliothèques numériques) et la volonté de servir des publics variés nécessite d’envisager des notices donnant davantage d’informations qu’un STC, voire qu’un catalogue de bibliothèque. Dans ce cas l’aspect évolutif de la bibliographie imprimée est primordial : les notices pourront être enrichies petit à petit.

Note tirée d’un document programmatique du 1er juin 2007.

Quelle période retenir?

La question de la période à retenir s’est posée. William Kemp et Raphaële Mouren étant spécialistes du XVIe siècle, la partie centrale ne portait pas à discussion. La réflexion a porté dans deux domaines :

– le livre avant 1501. Il est évident qu’un certain nombre d’imprimeurs sont actifs à cheval sur les deux siècles. Il sera donc impossible de ne décrire que des livres publiés à partir de 1501. Toutefois, il n’a pas paru prioritaire d’afficher la volonté de décrire les incunables, au vu des deux projets de catalogues exhaustifs déjà existants : l’Incunabula Short Title Catalogue et son extension l’Illustrated Incunabula Short-Title Catalogue, et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke. Plus ambitieux encore, le projet Incunabula : the Printing Revolution in Europe 1450-1500, ensemble de microfiches reproduisant des incunables ; 71 unités sont parues, pour environ 7100 ouvrages sur 23 000 microfiches.

Il faudra à terme intégrer les incunables lyonnais dans le projet BEL, soit environ 1250 éditions, en complétant les informations manquantes dans l’ISTC.

– la fin du projet. Doit-on, comme les projets VD16 et VD17, respecter exactement les siècles? Doit-on se caler sur l’histoire , en stoppant par exemple en 1610 (mort d’Henri IV)? ou 1660 (début du règne de Louis XIV)? Doit-on viser à terme le livre artisanal, soit jusqu’en 1810 (date traditionnelle en France), soit jusqu’en 1820 (comme la base HPB)? Pour l’instant seuls des imprimeurs actifs au XVIe siècle ont été traités.

Note tirées d’un document programmatique du 1er juin 2007.

1e question : comment structurer les notices bibliographiques

1e sous question :

comment saisir les informations présentes sur le livre

le contenu de la page de titre

Cette partie n’a rien d’évident car les deux responsables du projet viennent de traditions différentes, celle de la bibliographie d’un côté, celle des bibliothèques de l’autre.

Elle sous-entend une autre question sur laquelle je reviendrai, et que nous avons définitivement tranchée. Dans la question générale « quel projet pour quels apports scientifiques et quels publics ? », il fallait se poser la question de la composition des notices, et en particulier du modèle des Short Title Catalogs. Nous avons décidé de ne pas faire un STC, pour diverses raisons que j’essaierai de mettre en ordre bientôt.

Pour le livre lyonnais du XVIe siècle, nous avions deux exemples sous les yeux : celle de la Bibliographie lyonnaise d’Henri Baudrier, et celle des volumes concernant Lyon rédigés par Sybille von Gültlingen pour le Bibliotheca bibliographica aureliana.

Baudrier avait choisi la notice diplomatique, reproduisant les capitales, les choix de casse, indiquant les coupures de ligne et la présence de décorations.

S. V. Gültlingen propose des notices de plusieurs types, soit des notices diplomatiques, soit des notices abrégées. ces abréviations concernent parfois le début du titre, lorsque celui-ci concerne le nom de l’auteur. Ainsi un titre commençant par Marci Tullii Ciceronis opera philosophica apparaîtra sous la forme : Opera philosophica, précédé dun nom de l’auteur sous une forme moderne (notice d’autorité précédent le titre).

Nous nous sommes donc aperçus d’abord que ce qui était évident pour l’un de nous ne l’était pas pour l’autre, et nous avons réfléchi aux besoins des utilisateurs (ces réflexions seront réunies dans un autre post).

Pour moi, il était évident que nous devions recopier in extenso le contenu de la page de titre tel qu’il apparaît sur le livre, ces informations étant ensuite complétées par un certain nombre d’informations normalisées et notices d’autorité destinées à donner des informations supplémentaires et à aider aux recherches à l’intérieur du catalogue.

Nous avons donc étudié la norme internationale de description du livre ancien, l’ISBD(A), et nous sommes partis de là en enrichissant grâce à l’utilisation de champs supplémentaires comme par exemple ceux qui donnent les titres normalisés ou abrégés.

Bien longtemps plus tard, il y a quelques jours, Michel Fingerhut, trouvant que l’ISBD a ses limites, m’a interrogée pour savoir si nous avions regardé du côté des frbr, en particulier pour la question d’un titre unique pour une œuvre connue sous plusieurs noms.

C’est quelque chose que nous avons fait effectivement pour certains titres, mais pas pour tous, ni de façon très poussée pour ce qui concerne les ensembles de titres, qui peuvent être mouvants : par exemple, Cicéron, œuvres philosophiques. Les concepteurs des frbr sont en effet loin d’avoir inventé cette idée.

Que penser de l’idée de l’appliquer à toutes les notices? cela me semble illusoire car trop lourd, concernant de nombreux textes de l’Antiquité, mais aussi des textes de littérature du XVIe siècle, toutes catégories pour lesquelles il n’est pas si facile d’identifier un titre de forme, ni même de savoir en quelle langue le mettre (pour les auteurs grecs par exemple). La réflexion reste à mener et je pense qu’il nous faudra y revenir pour certains types de textes, et en particulier pour les recueils : indiquer systématiquement le titre de toutes les œuvres comprises dans des recueils et des œuvres complètes, par exemple.

Je ne sais pas du tout s’il y a des réflexions en cours dans le domaine du livre ancien sur l’utilisation des frbr, mais je suis très intéressée.

RM

mise à disposition d’une bibliographie

J’ai ouvert sur le site une page bibliographie destinée à signaler les livres ou articles portant dans un premier temps sur le livre lyonnais au XVIe siècle, car les travaux sont souvent très dispersés et pas toujours aisés à trouver. N’hésitez pas à signaler les publications récentes pourtant sur le sujet ou le traitant en partie.

RM

Le projet Bel

Le projet Bel consiste dans l’établissement de la bibliographie rétrospective exhaustive des livres imprimés à Lyon entre 1501 et 1600.

Les objectifs sont les suivants :

– compléter les connaissances actuelles au fur et à mesure des découvertes d’éditions inconnues

– compléter les identifications incomplètes de livres auxquels manque l’indication de l’imprimeur, de la date ou de la ville, en offrant des possibilités de comparaison entre livres. Un des moyens sera l’établissement d’une base de matériel typographique utilisé à cette époque, sans doute ajoutée à la base Maguelone jusqu’ici consacrée au XVIIIe siècle : http://maguelone.enssib.fr

– aider les recherches en cours sur l’histoire de l’illustration à cette période

– multiplier les possibilités de recherche afin d’être utile à un grand nombre de chercheurs : bibliographes et historiens du livre mais aussi littéraires, historiens d’art, spécialistes de l’histoire de l’éducation, de la culture… avec une attention particulière portée aux chercheurs débutants ou peu habitués aux difficultés d’étude du livre ancien.

Nos réflexions portent donc sur tous ces domaines et seront réunies sur ce texte.

Le projet a été lancé par William Kemp, qui assure l’enrichissement de la base en collaboration avec Raphaële Mouren, qui suit avec lui les questions scientifiques et techniques.

Il est entrepris et mené à bien au sein du centre Gabriel Naudé, équipe de recherche de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, en collaboration avec des enseignants-chercheurs de l’Université Louis-Lumière Lyon 2.