de BEL16 à BEF16 ? Sans doute pas

Date 2 septembre 2012

Les lecteurs attentifs avaient peut-être remarqué que le titre officiel du carnet est : "Bibliographie des éditions françaises du XVIe siècle".

En effet, si le carnet a été ouvert pour permettre de réfléchir et avancer sur le projet de bibliographie des éditions lyonnaises du XVIe siècle, il est bien évident qu'il s'insère, à minima, dans l'ensemble des projets consacrés à la bibliographie exhaustive rétrospective des livres publiés en France au XVIe siècle...

L'ensemble des projets : ce sont essentiellement des bibliographies rétrospectives thématiques : cela concerne les bibliographies par auteur ou imprimeur, par langues, par villes...

Mais plus précisément, il me semble que BEL16 pourrait être davantage lié aux autres projets régionaux ou locaux, qui ne sont pas nombreux. Le plus ancien est bien entendu le projet Renouard, consacré à la description de la production parisienne du XVIe siècle. Ce projet connaît en ce moment des évolutions, avec une informatisation et une mise à disposition prochaine des données en ligne... Voilà le genre de nouvelles qui pourrait intéresser le carnet "Bibliographie des éditions françaises du XVIe siècle" ! Malheureusement, mes messages au directeur du département dela BnF chargé du projet Renouard, au printemps dernier, pour lui proposer d'ouvrir aux responsables du projet le carnet, sont tout simplement restés sans réponse. Tant pis, donc, on ne saura pas si oui ou non les notices des volumes imprimés sont d'ores et déjà disponibles en ligne, et tant pis pour la grossièreté...

Autre projet récent, consacré à l'Humanisme rhénan, dont j'ai pris connaissance par hasard en participant au colloque "Strasbourg, ville de l'imprimerie". Je n'avais vu aucune information sur ce projet, invisible sur Internet, au sein duquel James Hirstein m'a dit avoir terminé la bibliographie des livres imprimés à Haguenau. Je lui ai donc proposé de participer au carnet. Il était trop surchargé à l'époque (avril 2012) pour me répondre, j'attends toujours.

En conclusion, il semble donc que personne ne voit, à part moi, à quoi servirait de travailler ensemble pour mener à bien la bibliographie exhaustive rétrospective des livres publiés en France au XVIe siècle. Les collaborations ne pourraient-elles pas nous permettre d'obtenir davantage de moyens, en particulier techniques? d'avoir davantage de collaborations scientifiques, indispensables pour faire progresser notre connaissance de cette production, car au fond, pour cela, il faut aller voir les livres eux-mêmes?

Consolons-nous en nous disant que d'autres projets existent déjà et permettent de faire des recherches : la Bibliotheca bibliographica aureliana décrit la production par localité : Bordeaux, Strasbourg, Caen, Rouen, Lyon (12 volumes parus)... VD16 décrit la production alsacienne. Mieux : toute la production française du XVIe siècle est décrite dans les quatre volumes publiés par Brill : French vernacular books et French books in Latin and languages other than french, ouvrages dont les faiblesses ont été pointées en leur temps, faiblesses qui ont été, on l'espère, corrigées par la mise en ligne de la base de données (USTC).

Bref, à quoi bon travailler en collaboration ? Le projet lyonnais avance, bon an mal an, grâce à William Kemp qui continue à faire des découvertes essentielles pour notre connaissance de cette production, de l'histoire du livre et des libraires. Sa connaissance approfondie de cette production lui permet, au travers du travail bibliographique, de faire des découvertes importantes : datation relative des ouvrages non datés, connaissances plus précises sur les transferts de fontes... Certes, il reste à compléter, harmoniser nombre de notices. On commence à y avoir accès, malgré l'absence de moyens financiers pour la mise en ligne, sur e-corpus, grâce à la générosité du CCL. Le projet a trouvé des compléments de grande importance, comme la base des romans lyonnais. On cherche de toute urgence un doctorant en littérature française du XVIe siècle (Littérature et imprimerie à Lyon au XVIe siècle) qui pourrait apporter sa pierre à l'édifice, car on dispose d'une allocation doctorale. Bref, on avance, contre vents et marées. Avec des collaborations. Mais pas de mise en réseau au niveau national. On aura essayé.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">